nuance

Diagnostiquer la maladie d’Alzheimer en temps réel : bientôt possible ?

Des chercheurs ont développé des marqueurs qui peuvent montrer la présence des plaques amyloïdes dans le cerveau de souris vivantes. Ce type de marqueur pourrait ouvrir la voie à la détection in situ des plaques amyloïdes chez des sujets vivants.

Dans un article paru dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, Brian Bacskai et collaborateurs décrivent un moyen de détecter les plaques amyloïdes dans des cerveaux de souris encore vivantes. Leur méthode fait appel à un composé dénommé « Pittsburgh Compound-B » ou PIB.

Les auteurs ont montré que le PIB traverse rapidement la barrière hématoencéphalique et se fixe aux plaques amyloïdes de façon spécifique en quelques minutes. Ces propriétés ont été émises en évidence dans un modèle de la maladie d’Alzheimer chez la souris.

En raison de ses propriétés de fluorescence, les chercheurs ont pu observer par microscopie multiphotonique la présence en temps réel des plaques amyloïdes dans les cerveaux des souris vivantes. L’étude de cerveaux post mortem a confirmé que le PIB se fixe spécifiquement sur les dépôts beta-amyloïdes.

Enfin, le PIB peut être marqué avec un isotope radioactif couramment employé dans les études d’imagerie, suggérant qu’il pourrait être utilisé chez l’homme. Des applications pour un diagnostic précoce sont envisagées par les auteurs.

Source: PNAS Online Early Edition. "Four-dimensional imaging of brain entry, amyloid-binding, and clearance of an amyloid-beta ligand in transgenic mice using multiphoton microscopy" by Brian J. Bacskai, Gregory A. Hickey, Jesse Skoch, Stephen T. Kajdasz, Yanming Wang, Guo-feng Huang, Chester A. Mathis, William E. Klunk, and Bradley T. Hyman

Dans un article paru dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, Brian Bacskai et collaborateurs décrivent un moyen de détecter les plaques amyloïdes dans des cerveaux de souris encore vivantes. Leur méthode fait appel à un composé dénommé « Pittsburgh Compound-B » ou PIB.

Les auteurs ont montré que le PIB traverse rapidement la barrière hématoencéphalique et se fixe aux plaques amyloïdes de façon spécifique en quelques minutes. Ces propriétés ont été émises en évidence dans un modèle de la maladie d’Alzheimer chez la souris.

En raison de ses propriétés de fluorescence, les chercheurs ont pu observer par microscopie multiphotonique la présence en temps réel des plaques amyloïdes dans les cerveaux des souris vivantes. L’étude de cerveaux post mortem a confirmé que le PIB se fixe spécifiquement sur les dépôts beta-amyloïdes.

Enfin, le PIB peut être marqué avec un isotope radioactif couramment employé dans les études d’imagerie, suggérant qu’il pourrait être utilisé chez l’homme. Des applications pour un diagnostic précoce sont envisagées par les auteurs.

Source: PNAS Online Early Edition. "Four-dimensional imaging of brain entry, amyloid-binding, and clearance of an amyloid-beta ligand in transgenic mice using multiphoton microscopy" by Brian J. Bacskai, Gregory A. Hickey, Jesse Skoch, Stephen T. Kajdasz, Yanming Wang, Guo-feng Huang, Chester A. Mathis, William E. Klunk, and Bradley T. Hyman

Descripteur MESH : Maladie , Temps , Cerveau , Barrière hématoencéphalique , Diagnostic , Diagnostic précoce , Fluorescence , Microscopie

nuance

Recherche scientifique: Les +