nuance

La dépression est liée à un risque accru de maladie coronarienne

La dépression est associée à un risque accru de maladie coronarienne chez les femmes et chez les hommes. De plus, le risque d'accident coronarien mortel est plus élevé chez les hommes déprimés. Ces résultats proviennent d'une étude américaine publiée dans le numéro du 8 mai d'Archives of Internal Medicine.

La relation entre la dépression et l'incidence des maladies coronariennes a déjà été mise en évidence par de précédents travaux mais ces études ne concernaient que des hommes ou ne faisaient pas la distinction hommes/femmes.

A Ferketich et ses collaborateurs (The Ohio State University College of Medicine and Public Health) ont évalué la relation dépression / maladie coronarienne chez les hommes et les femmes de façon distincte. Selon les auteurs, cette étude est la première à démontrer une relation entre ces deux affections chez les femmes.

Les auteurs ont analysé les données de 5.007 femmes et 2.886 hommes ayant participé à une enquête nationale américaine (National Health and Nutrition Examination Survey). Ces sujets ne présentaient pas de maladie coronarienne au début de l'étude entre 1982 et 1984. Une dépression a été diagnostiquée chez 9,7 % des hommes et 17,5 % des femmes. Les participants ont été suivis jusqu'en 1992 ou jusqu'à la survenue d'un accident coronarien.

Pendant l'étude, 187 accidents coronariens non mortels et 137 accidents coronariens mortels ont été enregistrés chez les femmes (contre187 non mortels et 129 mortels chez les hommes).

Le risque relatif d'accident coronarien était plus élevé (rr = 1,73) chez les femmes dépressives mais la dépression n'était pas liée à une augmentation du risque de décès par maladie coronarienne chez ces femmes.

L'incidence des accidents coronariens était comparable chez les hommes déprimés avec un risque relatif de 1,73. Par ailleurs, le risque de décès par maladie coronarienne était multiplié par 2,34 chez les hommes souffrant de dépression.

La dépression est donc liée à une augmentation du risque de maladie coronarienne chez les hommes et les femmes. Néanmoins, seuls les hommes souffrant de dépression présentent un risque de décès (suite à un accident coronarien) plus élevé.

Les auteurs notent que des travaux complémentaires sont nécessaires afin d'établir "les mécanismes qui lient la dépression à un risque plus élevé de maladie coronarienne". La connaissance de ces mécanismes permettrait de développer des stratégies ("comportementales ou pharmacologiques") destinées à réduire ce risque.

Source : Arch Intern Med. 2000;160:1261-1268

Descripteur MESH : Risque , Dépression , Maladie , Hommes , Femmes , Maladie coronarienne , Accidents , Incidence , Connaissance , Ohio

nuance

Recherche scientifique: Les +