nuance

Vous êtes dans : Accueil > Actualités médicales >

Axones

30 résultats triés par date
affichage des articles n° 1 à 19

Myéliniser les axones endommagés de la moëlle épinière grâce aux cellules souches embryonnaires

Caducee.net, le 23 mai 2000 : La transplantation d'oligodendrocytes issus de la culture de cellules souches embryonnaires permet, in vitro et in vivo, de remyéliniser les axones endommagés. Cette "néo-formation" de myéline a été réalisée chez le rat et la souris. Les chercheurs américains à l'origine de ces travaux publient leurs résultats dans le dernier numéro de Proceedings of the National Academy of Sciences. Ils estiment que cette approche fournit une alternative intéressante pour le traitement des maladies qui impliquent des processus de démyélination telles que la maladie d'Alzheimer, les leucodystrophies ou les lésions du système nerveux central. […].

Lésion de la racine dorsale : des facteurs neurotropes induisent la repousse des axones sensitifs

Caducee.net, le 19 janvier 2000 : Des chercheurs britanniques montrent que l’administration intrathécale de facteurs neurotropes peut provoquer chez le rat victime d’un traumatisme de la racine dorsale la régénération des axones sensitifs endommagés à proximité immédiate de la moelle épinière. […].

Les molécules de guidage des fibres nerveuses: des molécules à (presque) tout faire pour les neurones.

CNRS, le 06 août 2004 : Pendant le développement embryonnaire, les neurones du cerveau établissent des milliards de connexions en émettant de longs prolongements appelés axones. Leur croissance n'est pas aléatoire, mais précisément orientée, guidée par des molécules situées dans l'environnement cellulaire que traverse l'axone. Deux équipes du CNRS [1] associées à deux équipes américaines [2] viennent de réaliser des avancées importantes dans la compréhension de ces mécanismes de guidage. Elles montrent en particulier sur deux exemples différents que les molécules de guidage des axones peuvent intervenir à d'autres niveaux dans la plasticité cérébrale. Ces résultats donnent lieu à trois publications dans Nature Cell Biology et dans Neuron, parues en juillet 2004. Ils ouvrent de nouvelles perspectives thérapeutiques pour les lésions traumatiques du système nerveux. […].

Une enzyme bactérienne capable de favoriser la croissance des neurones après une lésion de la moelle épinière

Caducee.net, le 11 avril 2002 : Le handicap qui résulte des lésions de la moelle épinière est dû à l'incapacité des prolongements des neurones (axones) à se régénérer dans la région lésée. Cet effet est en partie imputable à la présence de molécules inhibitrices dans cette région. Une équipe de chercheurs vient de montrer que la dégradation de ces molécules par une enzyme bactérienne favorise la régénération des axones et le rétablissement fonctionnel. […].

Epilepsie : une piste thérapeutique ciblée.

INSERM, le 22 juillet 2004 : L'épilepsie est une maladie neurologique très fréquente qui affecte 1 à 2% de la population mondiale. Il existe de nombreux types d'épilepsies qui peuvent impliquer des régions du cerveau très différentes. L'épilepsie du lobe temporal est la forme la plus fréquente chez l'adulte. Dans cette manifestation, les neurones atteints se trouvent dans le lobe temporal du cerveau, en particulier dans une petite région qui joue un rôle clé dans la mémoire : l'hippocampe. Les médicaments sont souvent inefficaces contre cette forme d'épilepsie, qui ne peut alors être traitée que par chirurgie. […].

Un peptide capable de stimuler la repousse des axones

Caducee.net, le 30 mai 2002 : Un groupe de l’Université de Yale a développé un peptide capable de stimuler la régénération des axones après une lésion de la moelle épinière chez le rat. Ces travaux mettent en lumière des mécanismes importants pour la repousse axonale et laissent entrevoir la possibilité de nouveaux traitements. […].

Comment induire la remyélinisation dans la SEP ?

Caducee.net, le 17 janvier 2002 : La sclérose en plaques (SEP) est caractérisée au niveau cellulaire par la destruction de la gaine de myéline qui entoure les axones. Une étude détaillée sur le cerveau de patients décédés montre que la plupart des lésions présentent un nombre normal d'oligodendrocytes, les cellules productrices de myéline. Les chercheurs à l'origine de cette découverte estiment donc que l'absence de remyélinisation ne résulte pas de l'absence des oligodendrocytes. L'inhibition de la remyélinisation serait imputable à des facteurs qui agissent sur l'interaction oligodendrocytes/axones. […].

Geron reçoit l’approbation de la FDA pour commencer le premier essai clinique humain au monde de thérapie à base de cellules souches embryonnaires

Businesswire, le 25 janvier 2009 : Cette autorisation permet à Geron de lancer la première étude au monde portant sur une thérapie réalisée chez l’homme, à base de cellules souches humaines embryonnaires (hESC). Geron projette de lancer un essai multicentrique de phase I, destiné à établir l’innocuité de GRNOPC1 chez les patients souffrant de lésions sub-aiguës « complètes » de la moelle épinière dorsale, correspondant à un degré de complétude A, selon l'échelle de déficience établie par l’ASIA (American Spinal Injury Association). […].

De nouvelles pistes moléculaires pour la réparation des lésions du SNC

Caducee.net, le 12 novembre 2008 : Deux groupes de recherche apportent de nouvelles informations sur les voies de signalisation qui empêchent la régénération des neurones du système nerveux central (SNC). Ces découvertes ont notamment permis une croissance axonale après une lésion du nerf optique chez des souris. Les perspectives de ces travaux concernent l’ouverture de nouvelles voies pour le traitement des lésions de la moelle épinière. […].

MedDay publie les données complètes des études pivots de phase IIb/III MS-SPI/MS-ON avec MD1003 dans la sclérose en plaques à l’AAN

MedDay, le 21 avril 2016 : Les études MS-SPI et MS-ON ont testé l’efficacité de MD1003, une biotine brevetée de grade pharmaceutique administrée à une dose de 300 mg par jour dans le traitement de la sclérose en plaques (SEP) et, en particulier, la forme la plus difficile à traiter, la « SEP progressive non active », pour laquelle il n’y a pas de médicament approuvé. […].

Un indicateur précoce de la maladie d'Alzheimer

Caducee.net, le 25 février 2005 : Des chercheurs viennent de montrer que les dysfonctionnements du transport axonal sont clairement visibles un an avant l'apparition des symptômes chez des souris modèles de maladie d'Alzheimer. Des défauts semblables ont été observés lors des premiers stades de la maladie chez des patients. Ces résultats viennent de faire l'objet d'une publication dans la dernière livraison de la revue Science. […].

Syndrome de la guerre du Golfe : des résultats en faveur d'une exposition à une arme chimique

Caducee.net, le 13 avril 2000 : Les résultats d'une nouvelle étude américaine semblent montrer que les troubles de l'équilibre rencontrés par les soldats atteints du syndrome de la guerre du Golfe pourraient être dus à une exposition à un gaz toxique. […].

Alzheimer : la découverte d’une protéine aberrante ouvre une voie thérapeutique potentielle

Caducee.net, le 10 décembre 1999 : Des chercheurs américains annoncent avoir découvert une protéine anormale qui intervient dans la pathogénèse de la maladie d’Alzheimer. Présente dans les neurones en dégénérescence neurofibrillaire, cette protéine s’accumule dans le cerveau des malades. […].

Maladie de Parkinson : les mécanismes de la stimulation cérébrale profonde

CNRS, le 05 septembre 2005 : La stimulation cérébrale profonde est utilisée depuis une dizaine d'années dans le traitement de la maladie de Parkinson. Jusqu'à présent, ses mécanismes d'actions étaient mal connus. Des chercheurs du CNRS (1) ont levé une partie du voile. […].

Différenciation orientée et fonctionnelle de motoneurones à partir de cellules souches embryonnaires

Caducee.net, le 19 juillet 2002 : Selon les chercheurs de l’université de Columbia qui ont réalisé, in vitro, à partir de cultures de cellules souches embryonnaires de souris, une différenciation de ces dernières en motoneurones fonctionnels, ces expériences ont toutes les chances d’être transposées à des cellules embryonnaires humaines. Publiés immédiatement sur le site internet de la revue Cell, ces résultats montrent le protocole d’obtention de motoneurones induits par l’ajout, à des temps et à des concentrations déterminés, de facteurs de différenciation, comme cela se passe probablement in vivo. […].

MedDay fait le point sur la conception novatrice d'une étude pivot de phase III sur la sclérose en plaques progressive

MedDay, le 07 avril 2015 : MS-SPI est un essai multicentrique randomisé en double aveugle contrôlé par placébo (2:1) visant à évaluer le MD1003, à une dose quotidienne de 300 mg chez des patients atteints de sclérose en plaques progressive et dont la maladie a progressé dans les 2 années précédant leur recrutement pour l'essai clinique. […].

MedDay annonce que son étude pivot de phase III sur le MD1003 chez des patients atteints de sclérose en plaques progressive a donné des résultats positifs

MedDay, le 24 avril 2015 : Le critère principal de l’étude a été atteint (p = 0,0051, test exact de Fisher) dans la population en intention de traiter avec 12,6 % des patients du bras MD1003 présentant une amélioration du score EDSS (échelle d’incapacité) ou du score au TW25 (test mesurant la vitesse de marche du patient sur une distance de 25 pieds [7,62 m.]) à 9 mois, confirmée à 12 mois en comparaison à aucun des patients (0 %) du bras placebo. […].

nuance

Les plus

12