nuance

Vous êtes dans : Accueil > Actualités médicales >

Benzodiazépines

24 résultats triés par date
affichage des articles n° 1 à 19

Vers des benzodiazépines dénuées d’effets indésirables

Caducee.net, le 21 octobre 1999 : Des chercheurs suisses rapportent dans Nature que les benzodiazépines exercent leurs multiples effets, recherchés et indésirables, par l’intermédiaire de différents sous-types spécifiques du récepteur GABA. Ces résultats permettent pour la première fois d’envisager, par une approche rationnelle, des stratégies thérapeutiques plus ciblées potentiellement dépourvues de certains effets secondaires. […].

Le lien entre les fractures de la hanche et les benzodiazépines n’est pas confirmé

Caducee.net, le 23 mars 2001 : Une étude française parue dans le Bristish Medical Journal montre que l’utilisation de benzodiazépines par les personnes de plus de 65 ans n’augmente pas, en général, le risque de fracture de la hanche. Toutefois, l’exposition à au moins deux de ces médicaments augmente ce risque. […].

Les benzodiazépines inefficaces dans le traitement du trouble anxieux généralisé

Caducee.net, le 06 octobre 2015 : Non seulement les benzodiazépines sont d'une faible efficacité dans le traitement des troubles anxieux généralisés mais ils sont, de plus, corrélés à un risque accru de démence, d'Alzheimer, de chute, d'overdose et de décès, particulièrement chez les plus de 65 ans. C'est ce que rappelle avec force les experts de l' American College of Osteopathic Neurologists and Psychiatrists avant leur grand colloque, OMED 15, qui doit se tenir courant octobre aux Etats unis. […].

Réduire la sur-prescription de benzodiazépines et apparentés : quelles solutions ?

Réduire la sur-prescription de benzodiazépines et apparentés : quelles solutions ?

CNGE, le 15 septembre 2016 : Les benzodiazépines (BZD) et apparentés sont indiquées dans les troubles anxieux et les troubles du sommeil pour une durée limitée. La balance bénéfice/risque n’est pas favorable en cas d’utilisation régulière de plus de 3 mois : augmentation des accidents de la voie publique, du risque de chutes, addiction et toxicomanie, détournement d’usage, risque de soumission chimique, syndromes de sevrage et possibilité de troubles cognitifs [1,2]. […].

Le sevrage alcoolique traité par les benzodiazépines semble apporter un bénéfice

Caducee.net, le 27 mai 2002 : Lors du sevrage alcoolique, il est généralement prescrit en première intention des doses fixes de benzodiazépines, afin de diminuer les symptômes de manque dus à la dépendance. Cette étude suisse randomisée avec placebo, avait pour objectif de déterminer les bénéfices d’un traitement sur mesure (doses et durée) durant le sevrage alcoolique de 117 patients. […].

Règles de bonnes pratiques des Benzodiazepines

Caducee.net, le 26 septembre 2012 : Les benzodiazépines constituent les substances les plus largement prescrites du groupe des hypnotiques et anxiolytiques. Ils agissent sur les neurotransmetteurs GABA en augmentant leurs effets: ils diminuent ainsi l’hyperactivité cérébrale associée à l’anxiété. […].

Plus d'une fois sur deux les médecins prescrivent à tort des somnifères aux plus de 65 ans

Caducee.net, le 26 septembre 2012 : La prescription quasi systématique de somnifères pour plaintes du sommeil chez des patients de plus de 65 ans n'est pas une bonne pratique. C'est le message qu'adresse à nouveau la HAS aux médecins. Elle précise que la consommation chronique de benzodiazépines hypnotiques ou d'anxiolytiques est contre-indiquée dans plus de la moitié des cas. Qui plus est elle entraine dépendance, perte de mémoire et chute. […].

Prendre en charge des crises convulsives avant l'arrivée à l'hôpital

Caducee.net, le 30 août 2001 : En cas de crises convulsives, l'administration de benzodiazépines, réalisée par le personnel paramédical sur le trajet de l'hôpital, est un moyen d'intervention efficace et sûr. Ceci est la conclusion d'un essai publié dans le nouveau numéro du New England Journal of Medicine. […].

Le collège national des généralistes enseignants s’interroge sur l’intérêt de la visite médicale pour l’efficience des prescriptions

Le collège national des généralistes enseignants s’interroge sur l’intérêt de la visite médicale pour l’efficience des prescriptions

CNGE, le 12 novembre 2019 : Le prestigieux British Medical Journal (BMJ) vient de publier une étude inédite de l’équipe du département de médecine générale de Rennes sur l’influence des cadeaux de l’industrie pharmaceutique sur les prescriptions des médecins généralistes [1]. Ce travail méthodologiquement très sérieux atteste de la corrélation entre cadeaux de l’industrie et, d’une part, coût plus important des prescriptions, et d’autre part, moindre qualité de ces dernières à travers quelques indicateurs (prescription d’antibiotiques, de benzodiazépines et de vasodilatateurs). […].

Quelles attentes peut-on avoir aujourd’hui de la pharmacothérapie des troubles liés à l’usage d’alcool ?

Quelles attentes peut-on avoir aujourd’hui de la pharmacothérapie des troubles liés à l’usage d’alcool ?

Jean Adès, le 24 février 2015 : Au cours des dernières années, de nombreuses molécules ont été proposées dans le traitement des troubles liés à l’usage d’alcool. A côté de médicaments déjà classiques, tel l’acamprosate ou la naltrexone, de nouvelles molécules (nalméfène, GHB, baclofène) sont proposées, soit comme traitement de substitution de l’alcool, indiquées quand une abstinence totale est proposée au patient, soit comme réducteur du « craving » facilitant le retour à une consommation contrôlée ou le maintien d’une abstinence déjà obtenue. Certains de ces produits, déjà largement utilisés à l’étranger, attendent d’être commercialisés en France (nalmefene, GHB) ou, comme le baclofène peuvent désormais être prescrits sous couvert d’une Recommandation Temporaire d’Utilisation. Malgré l’engouement très médiatisé pour le baclofène, dont les effets en fonction des doses seront précisés par les résultats de deux études contrôlées en cours, les médicaments ne sont qu’un des éléments de la prise en charge du trouble complexe bio-psycho-social qu’est l’alcoolo-dépendance. Diverses formes de psychothérapies demeurent indispensables dont les médicaments proposés peuvent être un appoint utile. […].

Intoxication volontaire aiguë par ingestion d’une dose excessive unique d’un opacié de synthèse

Caducee.net, le 10 mars 2000 : Le Dr N. Sembach et ses collègues du service des urgences médicales de l’Hôpital Pitié-Salpétrière (Paris) rapportent, dans la revue ‘La Presse Médicale’, l’observation d’un homme de 22 ans, aux antécédents psychiatriques, ayant présenté dans la salle d’attente des urgences, alors qu’il était venu consulté de lui-même pour asthénie, une dépression respiratoire prolongée avec myosis punctiforme à la suite d’une intoxication médicamenteuse volontaire par quatre pots de méthadone (opacié de synthèse agoniste puissant des récepteurs µ) obtenue de façon illicite et ingérée dans un but suicidaire. Selon les auteurs, cette observation pose le problème de l’utilisation de la méthadone par des sujets, toxicomanes ou non, qui peuvent se procurer de la méthadone de manière illicite, une situation qui peut se présenter de plus en plus fréquemment là où les traitements de substitution par la méthadone sont largement utilisés. […].

Rémunération médicale : la CNAMTS dresse un bilan positif de la ROSP sur 4 ans.

Rémunération médicale : la CNAMTS dresse un bilan positif de la ROSP sur 4 ans.

CNAMTS, le 25 avril 2016 : Après 4 années de déploiement, la Caisse nationale d'assurance maladie dresse un bilan positif de la rémunération sur objectifs de santé publique (Rosp). Lancé en 2011, ce dispositif éligible chez les médecins libéraux a favorisé une prise en charge optimisée des malades chroniques, une prescription plus pertinente et plus économe et a encouragé la modernisation du cabinet médical. Le taux d’atteinte global d'objectif est passé en 4 ans de 52.9 à 68.3 %. Seuls les indicateurs du volet prévention ne progressent pas. […].

La sédation profonde et prolongée de plus en plus fréquente aux Pays-Bas

Caducee.net, le 24 mars 2008 : L’utilisation de la sédation profonde et prolongée chez les patients en fin de vie est en augmentation aux Pays-Bas, montre une étude publiée par le British Medical Journal. Cette pratique semble être perçue comme entrant dans le cadre d’une pratique médicale normale. […].

Synosia lance une étude de phase II visant à évaluer l'efficacité du rufinamide

PR Newswire, le 31 mars 2008 : Bâle, Suisse, March 31 /PRNewswire/ -- Synosia Therapeutics a annoncé ce jour le lancement d'une étude clinique multicentrique de phase II visant à évaluer l'efficacité du rufinamide (SYN-111), un inhibiteur des canaux sodiques, en tant que traitement potentiel des troubles anxieux généralisés. […].

Point d’information sur les dossiers discutés en commission d’AMM - Séance du jeudi 7 juillet 2011

Caducee.net, le 13 juillet 2011 : Au cours de la séance du 7 juillet 2011, la commission d’AMM a notamment :    - eu retour d’information sur des dossiers examinés par le CHMP, comité scientifique de l’EMA (Agence européenne des médicaments) qui vont prochainement impacter la pratique en France    - réévalué le bénéfice/risque des médicaments contenant de la nitrofurantoïne    examiné des référentiels de bon usage des tumeurs cérébrales    - discuté de l’actualisation du Protocole Thérapeutique Temporaire (PTT) immunoglobulines intra-veineuses (IV) et rougeole    - discuté des dossiers de demandes d’autorisation de mise sur le marché (AMM) ou de modifications d’AMM de médicaments. […].

« L’état de mal épileptique d’origine toxique et conséquences neurobiologiques. Prise en charge thérapeutique par des associations à base de kétamine »

Caducee.net, le 31 janvier 2012 : Les intoxications par les inhibiteurs de cholinestérases de type organophosphoré (OP), qu’ils soient des agents de guerre, neurotoxiques organophosphorés (soman par exemple), ou des organophosphorés pesticides (paraoxon par exemple), constituent toujours un danger notable pour la population militaire et civile. Une intoxication sévère par ces agents affecte les sphères cardio-vasculaire, respiratoire ainsi que le système nerveux central (SNC) où elle peut aboutir à un état de mal épileptique (EME), une urgence médicale. […].

Les stupéfiants et les antidépresseurs augmentent le risque de fracture chez les femmes âgées

Caducee.net, le 28 avril 2003 : Les patientes âgées qui prennent des stupéfiants ou des antidépresseurs ont un risque plus élevé de fracture non vertébrale, indique un article paru dans l’édition des Archives of Internal Medicine du 28 avril 2003. […].

Médicaments, reflux gastro-oesophagien et risque accru d'adénocarcinome de l'œsophage

Caducee.net, le 01 août 2000 : L'utilisation croissante de médicaments qui entraînent un reflux gastro-oesophagien par la relaxation du sphincter oesophagien inférieur (SIO) pourrait être liée à une augmentation des adénocarcinomes de l'œsophage. Cette association est particulièrement marquée pour les anticholinergiques. […].

nuance

Les plus

12