Vous êtes dans : Accueil > Actualités médicales >

Mammifères

93 résultats triés par date
affichage des articles n° 1 à 19

Maladie à virus Ebola ou fièvre hémorragique africaine

F.Campagne, C.Perbet, le 15 novembre 2001 : Jusqu' ce jour, le virus de l'ébola a été la source d'une demi-douzaine de violentes épidémies surtout en Afrique de l'Ouest. - Le virus Ebola a été identifié pour la première fois en 1976 Nzara au Soudan ainsi qu Yambuku au nord du Zaïre. De juin novembre 1976, le virus Ebola a infecté 284 personnes au Soudan faisant 117 morts. Au Zaïre, il y eut 318 cas dont 280 décès de septembre octobre. Un cas isolé s'est déclaré Tandala au Zaïre en 1977 et une seconde flambée a éclaté au Soudan en 1979. […].

Pourquoi les chromosomes X doivent savoir compter jusqu'à2

CNRS, le 12 décembre 2007 : Chez les mammifères, l'existence de chromosomes sexuels de taille différente aurait pu être à l'origine d'une injustice génétique. Le chromosome Y qui caractérise les mâles est de petite taille et contient beaucoup moins de gènes que le chromosome X. Pour éviter une inégalité génétique, les femelles mammifères inactivent un de leur deux chromosomes sexuels au cours de l'embryogenèse. Mais comment se déroule cette extinction, qui ne doit avoir lieu que chez les femelles et au cours de laquelle la cellule doit choisir entre le chromosome X hérité du père et celui hérité de la mère ? […].

De nouveaux neurotransmetteurs impliqués dans les troubles de l'humeur ?

Caducee.net, le 17 juillet 2001 : Certaines amines sont retrouvées à l'état de trace dans le cerveau des mammifères. Apparentées aux autres neurotransmetteurs, leur rôle n'est pas complètement démontré. Des chercheurs viennent pour la première fois d'identifier les récepteurs de ces "amines traces" dans le système nerveux de mammifères. D'après leurs résultats, elles pourraient être impliquées dans le contrôle des réactions émotionnelles. […].

Importante avancée dans la recherche du réservoir du virus Ebola

Caducee.net, le 13 octobre 1999 : Des virologistes et des zoologistes travaillant à Bangui (République Centrafricaine) et en France viennent de franchir une étape importante dans la recherche du réservoir du virus Ebola en découvrant la présence du matériel génétique de l’agent pathogène chez de petits mammifères terrestres, en l’occurrence chez trois espèces de rongeurs et une musaraigne. […].

Selexys Pharmaceuticals et Cytovance® Biologics signent un contrat pour la mise en œuvre des processus et la fabrication du produit de Selexys Pharmaceuticals, l'anticorps monoclonal HPL1 (AcM)...

Businesswire, le 26 janvier 2009 : Cytovance® Biologics LLC, une entreprise de fabrication de produits biopharmaceutiques en sous-traitance qui est spécialisée dans la culture de cellules mammifères, a annoncé aujourd’hui la signature d’un contrat de services complets liés à la mise en œuvre de processus et à la collaboration dans la fabrication avec Selexys Pharmaceuticals. […].

Une protéine indispensable à l’assemblage de VIH dans la cellules mise en évidence

Caducee.net, le 03 janvier 2002 : Des chercheurs américains ont identifié une protéine, nommée HP68, indispensable à l’assemblage de VIH à la membrane avant sa sortie. Dans des modèles de reconstitution in vitro et dans des systèmes cellulaires de mammifères, les doubles mutants HP68 ne sont pas capables de produire du virus. […].

Un lien moléculaire entre le vieillissement et la restriction calorique

Caducee.net, le 04 mars 2005 : Une nouvelle découverte devrait aider à mieux expliquer comment la restriction calorique peut être associée à un allongement de l'espérance de vie chez certains animaux. Elle montre qu'un gène impliqué dans le vieillissement peut aussi influencer le métabolisme glucidique chez les mammifères. […].

Un récepteur aux phéromones chez l'homme

Caducee.net, le 28 août 2000 : Des chercheurs de l'Université Rockefeller (New York) et de l'Université de Yale (Connecticut) ont identifié un gène qui semble coder pour un récepteur aux phéromones. Ce gène nommé V1RL1 est le premier candidat sérieux à être identifié chez l'homme. Néanmoins, l'organe voméronasal qui porte ce récepteur aux phéromones est très réduit voire absent chez l'homme. Bien que des vestiges persistent, les phéromones ne semblent plus jouer chez l'homme le rôle qu'elles jouent encore chez les mammifères. […].

La mutation d’un gène chez la drosophile double sa durée de vie

Caducee.net, le 15 décembre 2000 : Des chercheurs de l’Université du Connecticut ont montré que cinq mutations indépendantes dans le gène Indy chez la drosophile résulteraient dans un doublement de la durée de vie, et ceci sans apparemment altérer sa « qualité de vie ». Une analyse de la séquence révèle que le produit de ce gène, nommé Indy, est étroitement apparenté à une protéine du métabolisme intermédiaire chez les mammifères. Les résultats de leur étude sont parus dans la revue Science. […].

Un clone à la puissance deux

Caducee.net, le 27 janvier 2000 : Des chercheurs japonais ont annoncé la naissance dimanche 23 janvier d'un veau cloné issu d'un taureau lui-même cloné. Bien que des clones de clones aient déjà été réalisés chez la souris par une équipe américaine, des clones de deuxième génération de grands mammifères n'avaient jamais été obtenus auparavant. […].

Encéphalite provoquée par les ascaris du raton laveur : attention aux enfants !

Caducee.net, le 07 janvier 2002 : Le centre de contrôle des maladies (Atlanta, EU) reporte deux cas d’encéphalites, l’un à Chicago, l’autre à Los Angeles, provoqués par l’ingestion d’aliments contaminés par les fèces de raton laveurs contenant des ascaris. Baylisascaris procyonis (BP), le nom du ver retrouvé dans le petit intestin du raton laveur, provoque des encéphalites (neural larva migrans) chez les oiseaux et les mammifères, dont l’homme. Ce rapport souligne l’importance du risque d’exposition en milieu urbain aux ratons laveurs et à leurs déjections. […].

Epidémie de grippe aviaire A (H5N1) en Asie : le point au 22/09/2005

INVS, le 22 septembre 2005 : La grippe aviaire est une infection par un virus grippal qui comprend plusieurs genres (ou types) dont influenza virus A. Celui-ci est divisé en sous-types parmi lesquels H5 et H7. Cette infection peut toucher presque toutes les espèces d'oiseaux, sauvages ou domestiques. Elle peut être fortement contagieuse, surtout chez les poulets et les dindes, et peut entraîner une mortalité extrêmement élevée, en particulier dans les élevages industriels. Le virus influenza aviaire infecte parfois d'autres espèces animales comme le porc et d'autres mammifères. Les canards domestiques, chez qui l'infection est le plus souvent asymptomatique, pourraient jouer un rôle important dans la dissémination du virus en servant de réservoir silencieux. […].

Le tissu intestinal contient aussi des cellules issues de la moelle osseuse

Caducee.net, le 20 juin 2002 : Une recherche anglaise basée sur la technique d’hybridation in situ par des sondes spécifiques du chromosome Y, montre chez la souris comme chez l’homme, que ces mammifères ayant bénéficié d’une greffe de moelle osseuse possèdent des cellules intestinales différenciées issues des cellules souches transplantées. […].

Détecter les dioxines grâce aux lucioles

Caducee.net, le 19 octobre 2000 : La société Xenobiotic Detection Systems (XDS) a mis au point un système permettant de déterminer la quantité de dioxines présentes dans un échantillon en utilisant des cellules de mammifères transfectées par un gène provenant de la luciole. […].

Le triclosan, une nouvelle voie dans la lutte contre le paludisme

Caducee.net, le 08 février 2001 : Un nouvel article publié dans International Journal for Parasitology démontre que le triclosan, un agent antibactérien peu coûteux, inhibe la croissance de l'agent du paludisme et de celui de la toxoplasmose. Le triclosan inhibe un enzyme nommé FabI impliqué dans la synthèse des acides gras et que l'on ne retrouve pas chez les mammifères. […].

Une horloge circadienne rétinienne indépendante de la vision

Caducee.net, le 31 janvier 2002 : Une équipe américaine du Maryland à Bethesda a découvert un groupe de cellules photoréceptrices dans la rétine interne de la souris, qui ne participent pas à la vision de celle-ci mais qui leur permettent de savoir s’il fait jour ou nuit, qu’elles soient aveugles ou non. Ce récepteur qui détecte la luminosité de façon inconsciente, servirait d’horloge du cycle circadien chez de nombreux mammifères selon les auteurs, l’homme inclus. […].

Le cuivre, un élément essentiel au développement embryonnaire

Caducee.net, le 05 juin 2001 : Des chercheurs ont identifié la protéine responsable de la capture du cuivre à la surface des cellules. Ce transporteur est codé par le gène CTR1 et il joue un rôle crucial dans le développement embryonnaire. D'après les chercheurs, ce transporteur est le principal responsable de la capture du cuivre dans les cellules de mammifères. […].

Foxd3 permet aux cellules souches embryonnaires de rester indifférenciées

Caducee.net, le 15 octobre 2002 : Des chercheurs de l’université de Pennsylvanie ont mis en évidence chez la souris un gène impliqué dans le processus de l’embryogenèse et dans l’établissement des lignées des cellules souches embryonnaires (CSE) chez les mammifères. Cette découverte, qui place le gène Foxd3 comme un facteur clé du maintien de la totipotence des CSE, pourrait constituer une avancée considérable dans la médecine thérapeutique régénératrice. […].

Les plus