nuance

Encéphalite provoquée par les ascaris du raton laveur : attention aux enfants !

Le centre de contrôle des maladies (Atlanta, EU) reporte deux cas d’encéphalites, l’un à Chicago, l’autre à Los Angeles, provoqués par l’ingestion d’aliments contaminés par les fèces de raton laveurs contenant des ascaris. Baylisascaris procyonis (BP), le nom du ver retrouvé dans le petit intestin du raton laveur, provoque des encéphalites (neural larva migrans) chez les oiseaux et les mammifères, dont l’homme. Ce rapport souligne l’importance du risque d’exposition en milieu urbain aux ratons laveurs et à leurs déjections.

Les hommes infectés par BP le sont généralement parce qu’ils ont absorbé du soja ou d’autres aliments provenant de la terre, contaminés par des fèces de raton laveur contenant des œufs de BP. Les jeunes enfants sont particulièrement à risque car ils portent souvent des objets souillés à leur bouche et sont au contact de la terre via leurs mains.

Dans l’un des deux cas de contamination reportés, un garçon de 2,5 ans vivant à Chicago est entré à l’hôpital en 2000 avec une fièvre. Le diagnostic d’encéphalite a été effectué et en moins de 24 heures, l’enfant est tombé dans le coma.

Dix-huit jours avant son admission, les parents de l’enfant ont observé qu’il avait des saletés dans la bouche alors qu’il jouait près d’un bosquet d’arbre dans un quartier de Chicago où le raton laveur est présent.

Des anticorps dirigés contre le BP ont été détectés dans les liquides céphalorachidiens et sanguins de l’enfant. Des anomalies dans la matière blanche de ses hémisphères cérébraux ont été également constatées.

L’enfant, bien que traité aux corticoïdes, a gardé des séquelles neurologiques graves.

Le second cas s’est produit à Los Angeles en janvier 2000 chez un adolescent de 17 ans, qui est resté dans le coma pendant un an puis est décédé.

Au moins douze cas d’encéphalites fatales à BP se sont produits depuis 1981 aux Etats Unis, dont 10 chez des enfants de 9 mois à 6 ans.

Le docteur Peter Schantz tient à souligner que les enfants ayant l’habitude d’absorber ou de porter à leur bouche n’importe quel objet (2 à 5% des jeunes enfants selon lui) sont particulièrement susceptible d’ingérer des boues contaminées.

Source : MMWR 2002;50:1153-55.

Descripteur MESH : Attention , Chicago , Risque , Fèces , Los Angeles , Ratons laveurs , Oiseaux , Larva migrans , Mammifères , Bouche , Coma , Fièvre , Soja , Parents , Hommes , Adolescent , Diagnostic , Anticorps , Aliments

nuance

Recherche scientifique: Les +