nuance

Petit pays, gros efforts : comment la Géorgie est devenue un exemple dans la lutte contre le COVID-19

illustrationTBILISSI, Géorgie, 12 mai 2020 /PRNewswire/ -- Le virus COVID-19 représente un défi majeur pour les pays du monde entier, même ceux qui possèdent de solides systèmes de santé. Le nombre de morts est spectaculaire et les dégâts économiques sont dévastateurs. 

Entre-temps, un petit pays situé au carrefour de l'Asie occidentale et de l'Europe de l'Est est devenu un modèle de par les mesures qu'il a prises dans la lutte contre la pandémie. Comment la Géorgie a-t-elle réussi à prévenir si efficacement la propagation du virus ?

Deux mois après la confirmation du premier cas dans le pays, il n'y avait que 517 cas d'infection, dont 178 sont déjà guéris. Les six personnes décédées étaient âgées ou atteintes de maladies chroniques.

« Bien que la Géorgie soit assez loin de l'épicentre de cette maladie géographiquement parlant, nous savions bien que c'était seulement une question de temps avant que le virus n'atteigne le pays », a déclaré Ekaterine Tikaradze, ministre de la Santé.

Depuis le début du mois de janvier, le ministère géorgien des Personnes déplacées de l'intérieur des territoires occupés, du Travail, de la Santé et des Affaires sociales a pris des mesures concrètes pour atténuer la menace que représente l'épidémie. Une campagne d'information a été lancée dans les aéroports et aux frontières. À leur arrivée, les passagers recevaient des informations sur la manière de reconnaître les symptômes du virus et sur les endroits où demander de l'aide s'ils pensaient être infectés. Peu de temps après, le dépistage thermique a commencé à la frontière. En outre, les passagers provenant de pays à haut risque étaient emmenés directement dans des zones de quarantaine pour surveillance.

Parallèlement aux recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la Géorgie a agi conformément à son propre protocole, qui est devenu l'un des facteurs les plus importants pour prévenir la propagation du virus dans le pays. Les personnes entrant dans le pays présentant des températures relativement basses, telles que 37,5 °C, étaient emmenées dans un établissement de santé local et testées pour vérifier l'absence du virus.

Outre ces mesures, Ekaterine Tikaradze, ministre de la Santé, a émis à la fin du mois de janvier une recommandation visant à limiter les déplacements vers la Chine. Quelques jours plus tard, les vols directs vers la Chine étaient suspendus. Peu après, la Géorgie a fermé ses frontières aux pays à haut risque, puis à tous les pays.

Un mois avant que le virus ne soit détecté dans le pays, la Géorgie avait déjà la capacité d'identifier et de diagnostiquer le COVID-19.

Le premier cas de coronavirus dans le pays a été signalé le 26 février. Aujourd'hui, il n'y a que 333 cas actifs.

La principale stratégie qui a empêché la propagation du virus en Géorgie a été l'isolement de chaque cas confirmé ou soupçonné. En outre, des campagnes visant à sensibiliser le public sur l'importance de la distanciation sociale et du confinement chez soi ont contribué à ce résultat. Afin d'empêcher la propagation du virus et d'informer rapidement ceux qui auraient pu être en contact avec une personne infectée, le ministère de la Santé a lancé l'application pour téléphones portables « Stop COVID ». Le déploiement de cette application a eu lieu en collaboration avec l'ONG autrichienne NOVID20 et Dolphin Technologies, une société de logiciels hautement innovante. 

Selon la ministre de la Santé, les efforts du ministère visaient à aplanir la courbe du virus tout en tirant parti de toutes les ressources du système de santé pour atteindre cet objectif.

« Notre objectif est d'éviter d'atteindre un pic viral et de créer plutôt un plateau, qui aidera le système de santé géorgien à résister à l'impact du COVID-19 et nous permettra de traiter tous les patients et d'assurer leur rétablissement.

On ne s'attend pas à ce que le virus COVID-19 disparaisse tout de suite. Par conséquent, pour assurer que la réponse sanitaire soit correctement gérée et sûre, il est important que chaque pays et ses citoyens apprennent à coexister avec le virus, jusqu'à ce qu'un vaccin soit trouvé et que des traitements plus efficaces soient introduits », a déclaré la ministre géorgienne de la Santé.

La Géorgie commence déjà à assouplir les mesures qu'elle a prises pour contenir le virus. Cependant, comme l'indique Mme Tikaradze, la levée de toutes les restrictions et le retour à une vie normale dépendent du taux de reproduction du virus (Rt).

« Nous savons tous très bien que la manière la plus efficace de lutter contre le virus est de maintenir la distanciation sociale et le respect des normes d'hygiène. Le taux de Rt est directement proportionnel au respect de ces règles. C'est la seule façon de gérer le processus et de ne pas dépasser le seuil critique de notre système de santé. Si l'indicateur Rt tombe à moins de un, les restrictions seront levées une par une. Cependant, si le taux augmente, nous devrons renforcer nos mesures de réponse immédiatement », a affirmé Mme Tikaradze.

Les données d'aujourd'hui sont prometteuses pour le pays, avec un indicateur Rt inférieur à un (R0 = 0,88 /- 0,09). En conséquence, la première phase de levée des restrictions a déjà commencé.

La réponse de la Géorgie face à la pandémie a été citée comme l'un des meilleurs et des plus efficaces exemples de contrôle de l'épidémie. La pandémie a clairement montré que les ressources d'un pays sont importantes en période de crise, mais que leur gestion efficace et opportune l'est aussi.



Contact :
Ministère des Personnes déplacées de l'intérieur des territoires occupés, du Travail, de la Santé et des Affaires sociales de Géorgie
Tatia Tsereteli, Département des RP
Tél. : 995 599 499 004
E-mail : Press@moh.gov.ge

 

 

 

 

Descripteur MESH : Géorgie , Lutte , Virus , Santé , Personnes , Temps , Chine , Travail , Risque , Reproduction , Hygiène , Savons , Aéroports , Vie , Maladie , Patients , Infection , Organisation mondiale de la santé , Quarantaine , Coronavirus , Asie , Face

nuance

Epidémiologie: Les +