nuance

Des preuves de la multiplication des myocytes après un infarctus du myocarde

Il est généralement admis que les myocytes ne se répliquent pas chez l'adulte. L'examen du cœur de plusieurs patients décédés après un infarctus du myocarde montrent une activité mitotique en bordure de la zone d'infarcissement mais également sur des zones distantes. Les chercheurs à l'origine de cette observation estiment donc que le cœur pourrait être capable de se régénérer dans certaines conditions.

Ce résultat est publié par Beltrami et al dans le New England Journal of Medicine. Ces auteurs rappellent que des données récentes laissaient suggérer que le myocarde disposait de telles facultés. Ces travaux semblent en apporter une preuve très claire.

Des zones du myocarde de 13 patients décédés dans les 4 à 12 jours après un infarctus ont été examinés et comparés à 10 cœurs témoins. Les mitoses étaient étudiées sur des zones proches ou éloignées de la zone lésée. Les divisions cellulaires étaient détectées par le marquage d'un marqueur nucléaire spécifique.

Les chercheurs ont pu montrer l'existence d'une activité mitotique dans ces zones : 4 % des noyaux de myocytes étaient en mitose dans la zone de l'infarcissement contre 1 % dans la zone distante. Comparé aux cœurs contrôles, ces chiffres sont respectivement 70 et 24 fois plus élevés, ajoute un communiqué des NIH.

D'après le Dr Anversa qui a participé à ces travaux, la prochaine étape est l'identification de la source de ces mitoses : "Est-ce que ces cellules sont une sous-population de cellules connues qui conservent leur faculté à se diviser ou est-ce que ces cellules proviennent de cellules souches présentes dans le cœur ?".

Source : N Engl J Med 2001; 344:1750-7. National Institutes of Health .

Descripteur MESH : Infarctus , Myocarde , Patients , Adulte , Infarctus du myocarde , Observation , Cellules , Cellules souches , Mitose , Population

Recherche scientifique: Les +