nuance

Vous êtes dans : Accueil > Actualités médicales >

Charge virale

176 résultats triés par date
affichage des articles n° 1 à 19

La charge virale plasmatique est le principal facteur prédictif du risque de transmission hétérosexuelle du VIH-1

Caducee.net, le 30 mars 2000 : Au terme d’une vaste étude prospective menée auprès de 15127 personnes vivant dans un district rural en Ouganda et destinée à évaluer l’influence de la charge virale par rapport aux facteurs de risque de transmission hétérosexuelle du VIH-1, des chercheurs de l’équipe de Thomas Quinn de la division des maladies infectieuses de la Johns Hopkins University (Baltimore, Maryland, USA) concluent dans une étude à paraître jeudi dans le New England Journal of Medicine (NEJM) que la charge virale plasmatique est le principal facteur prédictif du risque de transmission du virus du sida d’une personne séropositive à son partenaire hétérosexuel et que ce risque est faible lorsque la charge virale plasmatique est inférieure à 1500 copies d’ARN viral par millilitre. […].

VIH et multithérapie : des précisions sur les facteurs associés à la réduction de la charge virale et au rebond virologique

Caducee.net, le 26 avril 2000 : Une large étude européenne précise les conditions nécessaires à une diminution efficace de la charge virale chez les patients infectés par le VIH. La multithérapie permet de réduire la charge virale à un niveau indétectable lorsqu'elle est initiée chez des patients dont le taux d'ARN viral plasmatique est faible et le nombre de CD4 élevé. Les patients les plus jeunes et ceux qui ont déjà bénéficié d'un traitement antirétroviral présentent plus de risques de rebond virologique. […].

Risque de cancer du col de l'utérus et papillomavirus : une charge virale élevée et durable semble déterminante

Caducee.net, le 23 juin 2000 : Le risque de cancer du col de l'utérus associé au papillomavirus (HPV) est lié à une charge virale élevée et non pas seulement à l'absence ou à la présence du HPV 16. Selon deux articles parus dans le Lancet, une charge virale élevée constante et durable est un facteur de risque de cancer du col de l'utérus. Les auteurs indiquent que le dépistage du HPV 16 par PCR quantitative et l'examen cytologique pourrait permettre d'identifier les femmes à haut risque. […].

VIH/SIDA : Des différences hommes/femmes dans la charge virale initiale après la séroconversion

Caducee.net, le 08 mars 2001 : La charge virale plasmatique initiale est plus faible chez les femmes que chez les hommes, indique une étude prospective parue dans le NEJM. Malgré cette différence, le nombre initial de CD4 et le risque de progression vers le stade Sida ne varie pas selon le sexe. Les critères d'initiation du traitement antirétroviral, s'ils sont basés sur la charge virale, devraient être modulés en fonction du sexe, estiment les auteurs. […].

Augmentation de la charge virale VHC sous multithérapie anti-VIH chez des hémophiles co-infectés

Caducee.net, le 15 décembre 1999 : Une étude américaine réalisée auprès d'une cohorte d’hémophiles co-infectés par le virus de l’hépatite C (VHC) et celui du sida (VIH) indique que la charge virale VHC augmente de façon durable et significative parallèlement à la diminution de la charge virale VIH sous multithérapie antirétrovirale. […].

Augmentation transitoire de la charge virale : quelle signification clinique ?

Caducee.net, le 11 juillet 2001 : Chez des patients infectés par le VIH et avec réplication virale basse et bien contrôlée, une augmentation transitoire de la charge virale ne semble pas modifier le risque d'échec virologique par la suite. Ceci est la conclusion d'une étude qui est publiée dans le JAMA du 11 juillet. […].

Persistance d’une réplication virale chez un grand nombre de patients avec charge virale indétectable sous multithérapie

Caducee.net, le 29 décembre 1999 : Une équipe anglo-américaine rapporte avoir détecté, grâce à la mise au point d’un nouveau test moléculaire, la présence d’une réplication virale cachée chez un grand nombre de patients infectés par le VIH-1 recevant une association d’antirétroviraux efficaces et ayant une charge virale plasmatique maintenue pendant au moins un an en deçà du seuil de détection de la méthode de quantification. […].

VIH : diminution de la charge virale chez des patients atteints du scrub-typhus

Caducee.net, le 07 août 2000 : Chez des patients infectés par le VIH, l'infection à Orienta tsutsugamushi (Rickettsia tsustugamushi) peut conduire dans certains cas à une diminution de la charge virale durant la phase aiguë de l'infection. Selon un article publié dans le Lancet, une étude approfondie des facteurs "suppresseurs" induit par cette infection aiderait au développement de nouvelles stratégies contre le SIDA. […].

Roche obtient l'approbation de la FDA pour son test de charge virale de l'hépatite C sur sa plate-forme de PCR en temps réel entièrement automatisée

PR Newswire, le 31 octobre 2008 : PLEASANTON, Californie, October 31 /PRNewswire/ -- Roche Molecular Diagnostics a annoncé aujourd'hui que la FDA (Food & Drug Administration) des Etats-Unis avait approuvé l'utilisation de son test du VHC sur COBAS(R) AmpliPrep / COBAS(R) TaqMan(R) aux Etats-Unis. Les tests utilisent la technologie PCR en temps réel propriétaire de Roche pour déterminer la quantité d'acides ribonucléiques de l'hépatite C dans le sang d'un patient. Les médecins utilisent les résultats des tests de charge virale de l'hépatite C afin de déterminer un niveau de base de l'infection par le VHC et étudier l'évolution de la charge virale ainsi que l'efficacité des traitements chez les patients bénéficiant d'un suivi thérapeutique. […].

VIH : Abbott met en évidence des personnes naïves de traitement, séropositives avec une charge virale faible

VIH : Abbott met en évidence des personnes naïves de traitement, séropositives avec une charge virale faible

ABBOTT, le 04 mars 2021 : Abbott a annoncé le 2 mars qu’une équipe de scientifiques a découvert en République démocratique du Congo (RDC) un nombre inhabituellement élevé de personnes testées positives en anticorps VIH, mais dont la charge virale est faible ou non détectable, et ce, sans aucun traitement antirétroviral1. Ces personnes sont appelées contrôleurs d’élite du VIH. Ces découvertes révolutionnaires publiées aujourd’hui dans EBioMedicine ( qui fait partie de la revue The Lancet) pourraient aider les chercheurs à découvrir de nouvelles caractéristiques biologiques au sein de cette population, ce qui conduirait à des avancées dans la découverte de traitements contre le VIH — et éventuellement de vaccins. […].

VIH, cycle menstruel et charge virale

Caducee.net, le 07 janvier 2002 : D'après une étude américaine, le cycle menstruel n'aurait pas d'influence sur la charge virale du VIH dans les sécrétions vaginales. Ce résultat est la conclusion d'une étude publiée dans le Journal of Infectious Diseases du 15 janvier 2002. […].

VIH: développement d'un kit de mesure de la charge virale utilisable par les patients

Caducee.net, le 09 mars 2000 : Des chercheurs de la Michigan Technological University développent actuellement un appareil personnel de mesure de la charge virale du VIH. L'aboutissement de ce projet pourrait faciliter la vie des personnes infectées. […].

Le taux de transmission hétérosexuelle du VIH vers la femme dépend de la charge virale de l’homme

Caducee.net, le 07 mars 2002 : Il est, pour des raisons que l’on comprend aisément, difficile d’évaluer le niveau de transmission d’un agent pathogène, à fortiori VIH, entre les personnes, de façon fiable et statistique. C’est pourquoi cette étude, réalisée sur un grand nombre de couples hétérosexuels cambodgiens, revêt une grande importance pour améliorer la compréhension des mécanismes de transmission du VIH ainsi que la prévention de l’épidémie de SIDA. […].

#coronavirus : le traitement à la #chloroquine réduit la charge virale à 6 jours pour 75 % des patients selon le Pr Raoult

#coronavirus : le traitement à la #chloroquine réduit la charge virale à 6 jours pour 75 % des patients selon le Pr Raoult

Caducee.net, le 17 mars 2020 : Dans une vidéo de 18 minutes, le professeur Raoult annonce des résultats spectaculaires dans le cadre de l’essai clinique mené sur 24 patients. Au bout de 6 jours de traitement, 75 % des patients traités avec du Plaquenil ne seraient plus porteurs du virus contre 10 % seulement des patients qui n’ont pas reçu ce traitement. […].

VIH : Un faible charge virale prolongée ne montre pas de signe de nouvelle résistance

Caducee.net, le 11 juillet 2001 : D'après des résultats préliminaires, la persistance d'une virémie très basse chez des patients sous traitement antirétroviral résulterait d'un virus antérieur à l'initiation du traitement et cet état ne nécessiterait pas l'apparition de nouvelles mutations liées au traitement en cours. Ce résultat provient d'une étude réalisée sur un nombre réduit de patients. […].

VIH/SIDA : relation entre les réponses immunologiques et virologiques dans l'évolution clinique des patients après 6 mois de trithérapie

Caducee.net, le 19 septembre 2000 : Une augmentation du nombre de CD4 après 6 mois de trithérapie suggère une évolution clinique favorable, indépendamment de l'évolution de la charge virale. Par contre, les patients qui présentent seulement une réduction de la charge virale ont plus de risques d'évoluer vers le SIDA. […].

VIH/SIDA : Une étude sur l'interruption thérapeutique programmée chez les patients en échec virologique

Caducee.net, le 15 février 2001 : En cas de persistance prolongée d'une charge virale détectable malgré un traitement antirétroviral, la poursuite du traitement permet de conserver une charge virale plus faible que celle obtenue après un arrêt des antirétroviraux. Ceci est la conclusion d'un essai réalisé auprès de 16 patients infectés par le VIH. Ces travaux ont été conduits par Deeks et al et viennent de faire l'objet d'une publication dans le New England Journal of Medicine. […].

De nouvelles données en faveur de l’utilisation du bain de bouche contre la transmission du SARS-CoV-2

De nouvelles données en faveur de l’utilisation du bain de bouche contre la transmission du SARS-CoV-2

Unilever, le 04 décembre 2020 : Une nouvelle étude in vitro démontre une efficacité virucide d’un bain de bouche avec la technologie CPC (chlorure de cétylpyridinium) pour réduire la charge virale du SARS-CoV-2 de 99,9 %.1,2 Cette étude a été réalisée par un laboratoire de virologie accrédité indépendant, de renommée internationale, Microbac Laboratories, pour le compte d'Unilever Research Laboratories.3 […].

nuance

Les plus