nuance

Vous êtes dans : Accueil > Actualités médicales >

Leucémie myéloïde

55 résultats triés par date
affichage des articles n° 1 à 19

Deux essais prometteurs sur un nouveau traitement de la leucémie myéloïde chronique

Caducee.net, le 05 avril 2001 : Le STI571 (Signal-transduction inhibitor-571 ou Glivec) est un inhibiteur de la protéine de fusion BCR-ABL, une tyrosine kinase qui provient de la formation du chromosome Philadelphie retrouvé dans la majorité des cas de leucémie myéloïde chronique. Cette molécule a donné de bons résultats dans le traitement de la leucémie myéloïde chronique bien qu'ils soient moins marquants dans la phase aiguë. […].

La Commission européenne accorde une autorisation marketing complète au VIDAZA®pour le traitement des patients présentant un risque élevé de développer des syndromes myélodysplastiques (SMD) et une leucémie myéloïde aiguë (LAM)

Businesswire, le 23 décembre 2008 : Première et unique thérapie épigénique anti-cancer capable de prolonger considérablement l'espérance de vie des patients présentant un risque intermédiaire-2 et élevé de contracter des syndromes myélodysoplastiques (SMD) et une leucémie myéloïde aiguë (LAM) […].

Le Vidaza® médicament anticancéreux, reçoit l'avis favorable de l'autorité réglementaire européenne pour le traitement du syndrome myélodysplastique (MDS) et de la leucémie myéloïde aiguë (AML)

Businesswire, le 24 octobre 2008 : Syndromes myélodysplastiques (SDM) intermédiaire 2 et élevé, selon le système international de score de prognostics (IPSS) Leucémie myélomonocytique chronique (CMML) avec 10-29% de blastes dans la moelle sans trouble myéloprolifératif Leucémie myéloïde aiguë (AML) avec 20-30% de blastes et dysplasie multi-lignée, selon la classificiation de l'Organisation Mondiale de la Santé (WHO) […].

Les bons résultats de l'imatinib dans le traitement de la leucémie myéloïde chronique

Caducee.net, le 28 février 2002 : Un article publié dans le NEJM rapporte les résultats d'un large essai sur le traitement de la leucémie myéloïde chronique avec l'imatinib mésylate. Le traitement a induit une réponse cytogénétique et hématologique chez la plupart des patients chez lesquels un traitement par interféron avait échoué. […].

La Commission Européenne autorise l’extension de l’indication de Sprycel (dasatinib) pour le traitement des enfants atteints de Leucémie Myéloïde Chronique à chromosome Philadelphie positive en phase chronique

La Commission Européenne autorise l’extension de l’indication de Sprycel (dasatinib) pour le traitement des enfants atteints de Leucémie Myéloïde Chronique à chromosome Philadelphie positive en phase chronique

Caducee.net, le 17 juillet 2018 : Bristol-Myers Squibb a annoncé le 5 juillet dernier que la Commission Européenne a élargi l’indication de Sprycel (dasatinib) au traitement chez les enfants et d’adolescents âgés de 1 an à 18 ans atteints de Leucémie Myéloïde Chronique (LMC) à chromosome Philadelphie positive (Ph ) en phase chronique (PC), pour y inclure la formulation de poudre pour suspension buvable. Cette autorisation fait suite à une opinion positive du Comité des Médicaments à Usage Humain de l’Agence Européenne des Médicaments le 26 Avril 2018 et fait de Sprycel (dasatinib) le premier inhibiteur de tyrosine kinase à recevoir une autorisation sous la formulation de poudre pour administration à des patients pédiatriques ou à des patients ne pouvant pas avaler des comprimés. […].

Deux nouveaux inhibiteurs du récepteur tyrosine kinase prometteurs dans le traitement de la leucémie myéloïde chronique

Caducee.net, le 10 juin 2002 : Après le gleevec, deux autres inhibiteurs du récepteur tyrosine kinase (FLT3) pourraient constituer une alternative dans le traitement chimiothérapeutique (hors greffe de moelle osseuse) de la leucémie myéloïde chronique (LMC), si l’on en croit deux nouvelles études effectuées au Brigham and Women’s Hospital (Boston, MA, EU) et publiées en avance sur le site web de la revue Cancer Cell […].

La leucémie myéloïde chronique peut avoir une origine in utero et se déclencher ultérieurement

Caducee.net, le 30 mai 2002 : C’est la conclusion qui se dégage de cette recherche anglo-américaine sur l’étude des translocations génétiques à l’origine de la leucémie myéloïde chronique (LMC), réalisée auprès de 10 enfants atteints de LMC dont les chercheurs disposait d’échantillons sanguins prélevés à leur naissance. Cinq d’entre eux ont montré qu’il pré-existait une translocation [t(8;21)AML1-ETO] dans leur génome bien que deux n’aient développé une LMC qu’après l’âge de 10 ans. […].

Des études précliniques montrent des résultats prometteurs pour une nouvelle thérapie aux anticorps pour la leucémie myéloïde aiguë (LMA)

PR Newswire, le 10 décembre 2007 : ATLANTA, December 10 /PRNewswire/ -- CSL Limited, la société biopharmaceutique chef de file en Australie, a présenté aujourd'hui, à la 49éme rencontre annuelle de l'American Society of Hematology (ASH), des données qui démontrent l'activité pré-clinique prometteuse d'un nouvel anticorps monoclonal pour le traitement potentiel de la leucémie myéloïde aiguë (LMA). […].

Une étude de phase I évaluant l'azacitidine orale comme traitement potentiel des patients atteints de leucémie myéloïde aiguë a été présentée à la réunion de l'American Society of Hematology

Businesswire, le 11 décembre 2011 : Dans la première partie de l'étude, les patients ont reçu un cycle initial d'azacitidine sous-cutanée (75 mg/m2 fois par jour pendant les 7 premiers jours d'un cycle de 28 jours). Ils ont été alors affectés à des doses différentes d'azacitidine orale (120-600 mg par jour) pendant les sept premiers jours de dosages répétés de 28 jours. Dans la deuxième partie, les patients ont été affectés à l'un de quatre dosages d'azacitidine orale : 300 mg par jour ou 200 mg deux fois par jour, chacun pendant 14 ou 21 jours de chaque cycle de 28 jours. Les patients ont suivi le traitement jusqu'à la progression de la maladie ou jusqu'à leur retrait de l'étude. […].

Une étude observationnelle ne démontre aucune incidence accrue de progression vers la leucémie myéloïde aiguë avec REVLIMID® chez des patients atteints de syndromes myélodysplasiques avec délétion 5q à risque faible

Businesswire, le 08 décembre 2010 : L'étude n'a enregistré aucune différence statistiquement significative de risque de progression d'un diagnostic de SMD vers la LMA entre les patients dépendants de transfusion de culots globulaires (RBC TD) atteints d'un SMD avec délétion 5q à risque faible qui ont été traités à la lénalidomide, et un groupe comparable de patients traités avant que la lénalidomide ne soit disponible. De la même manière, aucune différence de survie statistiquement significative n'a été observée entre les deux groupes. […].

Dans une étude de suivi sur trois ans, SPRYCEL® (dasatinib) 100 mg une fois par jour démontre une réponse plus rapide et plus profonde que l’imatinib 400 mg chez des patients atteints de leucémie myéloïde chronique à chromosome de Philadelphie positif en phase chronique, nouvellement diagnostiqués.

Caducee.net, le 13 juillet 2012 : Bristol-Myers Squibb et Otsuka Pharmaceutical Europe Ltd., ont annoncé les résultats de suivi sur trois ans de l’essai DASISION, qui démontrent qu’un traitement de première  intention  par  SPRYCEL®  100 mg  présente  des  taux  de  réponse  plus  rapides  et  plus profondes que le Glivec® (imatinib) 400 mg [tels que définis par le temps nécessaire pour atteindre une réponse cytogénétique complète (RCyC) ou une réponse moléculaire majeure (RMM)]. […].

Une nouvelle molécule pour traiter une forme commune de leucémie myéloïde chronique

Caducee.net, le 03 juin 2002 : Des chercheurs de l’université Johns Hopkins (Baltimore, EU) ont testé un inhibiteur du récepteur-tyrosine-kinase impliqué dans près de la moitié des leucémies myéloïdes chroniques (LMC), in vitro et in vivo sur un modèle animal. La drogue semble avoir une certaine cytotoxicité sur les cellules cancéreuses et prolonger la survie des souris modèles. […].

VIDAZA®Une étude AZA-001 signale que l'accroissement, jusque-là inégalé, de l'espérance de vie des patients présentant un risque élevé de développer des syndromes myélodysplastiques...

Businesswire, le 09 décembre 2008 : VIDAZA®Une étude AZA-001 signale que l'accroissement, jusque-là inégalé, de l'espérance de vie des patients présentant un risque élevé de développer des syndromes myélodysplastiques (SDM) s'étend désormais aux patients atteints de leucémie myéloïde aiguë (LAM) […].

Un pas vers une arme universelle contre les tumeurs

CNRS, le 31 janvier 2005 : La recherche en biologie du cancer se concentre aujourd'hui sur une stratégie thérapeutique capable d'éliminer les cellules tumorales sans affecter les autres. Dans cette optique, l'étude menée par Hinrich Gronemeyer de l'Institut de Génétique et de Biologie Moléculaire et Cellulaire (IGBMC CNRS/Inserm/ULP, Illkirch) de Strasbourg sur la leucémie myéloïde aiguë et publiée dans Nature Medicine de Janvier 2005, montre le rôle majeur d'une protéine particulière appelée TRAIL. Les chercheurs suggèrent que toute thérapie capable d'induire TRAIL pourrait constituer une « arme universelle » contre une grande variété de tumeurs. […].

Leucémie myéloïde chronique : un vaccin pour compléter le traitement

Caducee.net, le 22 février 2005 : Un vaccin dirigé contre la protéine de fusion p210, signature de la leucémie myéloïde chronique, pourrait venir compléter le traitement standard contre la maladie. Un essai vient de montrer que ce vaccin apporte des éléments positifs en matière de réduction de la maladie résiduelle. […].

6ème colloque Médecine et Recherche de la Fondation Ipsen sur le thème du cancer :

Businesswire, le 11 mai 2010 : Les cellules souches se caractérisent par leur capacité à s’auto-renouveler indéfiniment et à engendrer des types cellulaires variés. L’auto-renouvellement mal régulé peut aboutir à l’activation de cellules souches cancéreuses, souvent résistantes aux thérapies qui détruisent les cellules cancéreuses. A titre d’exemple, une haute proportion de cellules souches leucémiques dans la leucémie myéloïde aigüe est prédictrice d’une faible chance de survie. Les thérapies utilisées pour soigner le cancer sont souvent évaluées sur leur capacité à réduire la masse de la tumeur. Dans la plupart des cas cependant la tumeur réapparaît après l’arrêt du traitement. Dans le cas du cancer du sein, par exemple, la régression de la tumeur ne se traduit pas nécessairement par une espérance de survie plus longue pour les patients. Ces dernières années, il a été constaté que dans une majorité de cancers, les cellules souches sont responsables de la réapparition des tumeurs et que leur destruction pourrait contribuer à l'élimination complète de ces tumeurs. […].

Fondation Ipsen : 5ème colloque Médecine et Recherche sur le thème du cancer : « Les cibles moléculaires de la thérapie du Cancer »

Businesswire, le 26 mars 2009 : Le plus connu et abouti de ces médicaments est l’imatinib, autorisé pour le traitement de la leucémie myéloïde chronique, des tumeurs stromales digestives et de nombreux autres cancers. Mais il existe plusieurs autres médicaments qui sont également entrés dans l’arène ; pour n’en nommer que quelques-uns : le gefitinib, un médicament pour le cancer du poumon, qui cible la tyrosine kinase, récepteur du facteur de croissance de l’épiderme (EGF-R), le bevacizumab contre les cancers du colon, du sein et du poumon et le bortezomib contre le myélome multiple. Toutefois, malgré le succès de la plupart de ces médicaments, certains problèmes peuvent subsister , tel que celui des patients non-répondeurs aux médicaments ou encore de la résistance au traitement après une certaine période d’utilisation. […].

LMC chromosome Philadelphie positive (Ph ) : l’arrêt de traitement est envisageable pour certains patients ayant été traité par Tasigna

LMC chromosome Philadelphie positive (Ph ) : l’arrêt de traitement est envisageable pour certains patients ayant été traité par Tasigna

NOVARTIS, le 19 octobre 2017 : Rueil-Malmaison, le 19 octobre 2017 - Novartis a annoncé en juin dernier que la Commission européenne a approuvé l'intégration de données concernant la rémission sans traitement (RST) dans l’AMM de Tasigna® (nilotinib). La RST est la capacité à maintenir une réponse moléculaire (RM) après l'arrêt d'un traitement par inhibiteurs de tyrosine kinase (ITK) chez les patients atteints de leucémie myéloïde chronique (LMC) positive au chromosome de Philadelphie (Ph ) en phase chronique1. Il s'agit d'une étape importante pour la communauté qui travaille sur la LMC Ph , Tasigna étant à ce jour le seul ITK à présenter des informations sur la RST dans son AMM. […].

nuance

Les plus