nuance

Vous êtes dans : Accueil > Actualités médicales >

Vasoconstriction

15 résultats triés par date
affichage des articles n° 1 à 19

L'effet positif de l'exercice physique sur la fonction endothéliale vasculaire chez les patients ayant une maladie artérielle coronaire

Caducee.net, le 21 février 2000 : L'exercice améliore la vasodilatation endothélium-dépendante à la fois au niveau des artères de l’épicarde coronaire et dans les vaisseaux de résistance chez les patients souffrant de troubles coronariens, révèle une étude allemande, publiée dans le new England Journal of Medicine, réalisée sur 19 patients présentant une dysfonction endothéliale coronaraire, définie comme une vasoconstriction anormale après acétylcholine. Ce résultat fournit un cadre physiopathologique pour la compréhension des effets positifs de l’exercice physique sur la perfusion myocardique et souligne la valeur thérapeutique de l’entraînement chez des patients présentant une maladie artérielle coronaire stable. […].

Les bienfaits cardiovasculaires du vin rouge enfin expliqués?

Caducee.net, le 20 décembre 2001 : Le ‘French paradox’, ainsi appelé par les britanniques pour caractériser l’apparente protection cardiovasculaire conférée par le vin chez les français par rapport aux anglais, vient peut-être d’être expliqué par une équipe de recherche londonienne. Les chercheurs ont découvert que les polyphénols présents dans la peau du raisin, inhibaient la production de l’endothéline-1, un peptide à l’origine de la vasoconstriction. Consommé avec modération, le vin rouge, et non le blanc ou le rosé, aurait enfin dévoilé les origines de ses bienfaits cardioprotecteurs. […].

Le récepteur β aux oestrogènes est essentiel au contrôle de la pression artérielle et de la fonction vasculaire

Caducee.net, le 18 janvier 2002 : On sait que les récepteurs aux oestrogènes (α et β) sont présents à la surface des cellules endothéliales et des cellules musculaires lisses des vaisseaux, sans vraiment connaître leurs rôles. Des chercheurs américains et suédois ont montré que chez la souris déficiente pour le récepteur β aux oestrogènes (ERβ), ceux-ci provoquent une vasoconstriction et les souris deviennent hypertendues avec l’âge. […].

L’endothéline est fortement impliquée dans l’hypertension sévère

Caducee.net, le 04 février 2002 : Une étude italienne publiée dans la revue Circulation semble montrer que le fait de bloquer les récepteurs à l’endothéline permet de diminuer nettement l’hypertension de patients. Carmine Cardillo et ses collaborateurs (Rome) ont testé sur 18 patients rendus hypertendus et 18 patients contrôle les effets du blocage des récepteurs à l’endothéline, responsable de la vasoconstriction de l’endothélium. […].

Les complications cardiaques induites par les inhibiteurs de la COX-2 peut-être expliquées

Caducee.net, le 19 avril 2002 : On connaît les problème cardiaques rencontrés par certaines personnes qui passent, pour des raisons de mauvaise tolérance gastrique, de l’aspirine aux inhibiteurs de la cyclooxygénase 2 (COX-2) dans leur traitement de prévention de la douleur (voir dépêche Caducee), sans comprendre bien pourquoi. Une recherche sur la souris semblerait monter que les inhibiteurs de la COX-2, à l’instar de l’aspirine, n’inhibent pas le thromboxane A2 (TxA2), une molécule favorisant l’agrégation plaquettaire et la vasoconstriction. […].

Une molécule utilisée dans l'hypertension artérielle pulmonaire pourrait aider à traiter la drépanocytose

Caducee.net, le 03 avril 2008 : La drépanocytose ou anémie falciforme est la maladie génétique de l'hémoglobine la plus fréquente. Priorité de santé publique de l'OMS, elle fait l'objet d'un dépistage à la naissance dans les pays industrialisés. A défaut d'une prise en charge rapide, cette pathologie due à une malformation des globules rouges peut en effet s'avérer mortelle, en raison de crises répétées d'obstruction des petits vaisseaux. Alors que les thérapies actuelles visent principalement à éviter la survenue et les conséquences de ces crises drépanocytaires, des chercheurs du Centre de Recherche Cardiovasculaire Inserm Lariboisière (Unité Inserm 689), de l'Université de Vérone en Italie et leurs collègues viennent de mettre en évidence le mécanisme contribuant à leur survenue. Ils montrent alors le potentiel thérapeutique d'une molécule disponible sur le marché et utilisée en traitement de l'hypertension artérielle pulmonaire. Leurs travaux sont publiés en ligne dans le Journal of Clinical Investigation. […].

Médicaments avec une activité directe sur les reins

Dr Xavier Soubra, pharmacien, le 26 avril 2013 : De nombreux médicaments ont une action directe sur les reins. Voyons grâce à ce tableau leurs actions. […].

Une étude sur les raisons de l'élévation de la pression artérielle (PA) avec la cocaïne

Caducee.net, le 05 mars 2002 : Des travaux récents viennent de confirmer que la cocaïne inhibe la recapture de la noradrénaline dans la circulation périphérique. Toutefois, cette action ne contribue que de façon partielle à l'augmentation de la PA. […].

Migraine : une molécule différente des triptans montre son efficacité en essai clinique

Caducee.net, le 12 octobre 2001 : Dans le dernier Lancet, des chercheurs des laboratoires Lilly et de centres universitaires décrivent l'efficacité du LY334370, un agoniste sélectif du récepteur 1F de la sérotonine. Leur essai randomisé indique que ce composé, qui agit par une inhibition neuronale sélective du système trijéminovasculaire, est efficace pour le traitement des migraines aiguës. […].

Sérotoninergiques et accidents cérébrovasculaires : attention aux combinaisons

Caducee.net, le 08 janvier 2002 : Des chercheurs et médecins américains reportent dans un article de la revue Neurology le cas de patients ayant rencontrés des problèmes vasculaires cérébraux et des céphalées à la suite de la prise de plusieurs médicaments sérotoninergiques. Selon eux, la combinaison de ces molécules peut entraîner de soudaines pathologies cérébrovasculaires. […].

L’étude de Phase III du darusentan de Gilead contre l’hypertension résistante répond aux critères d’évaluation primaires

Businesswire, le 03 avril 2009 : Dans l’étude DAR-311, des baisses par rapport à la ligne de base de la PAS moyenne en position assise de 8,6 mmHg, 16,5 mmHg, 18,1 mmHg et 18,1 mmHg ont été observées pour les groupes sous placebo et sous darusentan 50 mg, 100 mg et 300 mg, respectivement, après 14 semaines de traitement. Des baisses par rapport à la ligne de base de la PAD moyenne en position assise de 5,3 mmHg, 10,1 mmHg, 9,9 mmHg et 10,7 mmHg ont été observées pour les groupes sous placebo et sous darusentan 50 mg, 100 mg et 300 mg, respectivement, après 14 semaines de traitement. Ces résultats ont été statistiquement significatifs pour tous les groupes sous darusentan (p […].

Les données de phase III du darusentan de Gilead Sciences acceptées dans une présentation de dernière minute à l’ASH 2009

Businesswire, le 13 avril 2009 : Le résumé, intitulé « Comparaison du darusentan en doses fixes au placebo dans le traitement de l’hypertension » (présentation n° LB-OR-06), sera présenté par Michael A. Weber, MD, professeur de médecine au SUNY Downstate Medical College of Medicine de Brooklyn, à New York, à 16 h 30 PDT, le vendredi 8 mai pendant la séance des essais cliniques de dernière minute. […].

Les données de l’étude de phase III de Gilead Sciences sur le darusentan indiquent des baisses significatives de la tension artérielle chez les patients souffrant d’hypertension résistante

Businesswire, le 11 mai 2009 : L’étude DAR-311 est un essai de phase III international par groupes parallèles en double aveugle, contrôlé par placebo dans lequel 379 patients ont été randomisés pour recevoir pendant une durée pouvant aller jusqu’à 14 semaines des doses quotidiennes de darusentan 50 mg (n = 81), 100 mg (n = 81), 300 mg (n = 85) ou un placebo (n = 132) comme traitement d’appoint aux régimes antihypertenseurs. Les critères d'évaluation d’efficacité co-primaires ont été la variation par rapport aux valeurs initiales de la tension artérielle systolique (TAS) en position assise et de la tension artérielle diastolique (TAD) en position assise jusqu’à la semaine 14. Les critères d'évaluation secondaires ont été la variation par rapport aux valeurs initiales de la TAS et de la TAD moyennes sur 24 heures et le pourcentage de patients atteignant la TAS cible. Gilead a annoncé les résultats préliminaires de l’étude en avril. […].

The Lancet publie des données décisives démontrant l’efficacité du Darusentan pour le traitement de l’hypertension artérielle résistante

Businesswire, le 15 septembre 2009 : L’étude DAR-311 est un essai de phase III international par groupes parallèles en double aveugle et sous placebo dans lequel 379 patients ont été randomisés pour recevoir pendant une durée pouvant aller jusqu’à 14 semaines des doses quotidiennes de darusentan 50 mg (n = 81), 100 mg (n = 81), 300 mg (n = 85) ou un placebo (n = 132) comme traitement d’appoint aux régimes antihypertenseurs. Les critères d'évaluation d’efficacité co-primaires ont été la variation par rapport à la ligne de base de la PAS en position assise et de la PAD en position assise jusqu’à la semaine 14. Les critères d'évaluation secondaires ont été la variation par rapport à la ligne de base de la PAS et de la PAD moyennes sur 24 heures et le pourcentage de patients atteignant la PAS cible. Les effets indésirables les plus fréquents rapportés par les patients ont été de l’œdème et/ou de la rétention d’eau, des vertiges, des céphalées et de la fatigue. Les résultats de cette étude ont été présentés au vingt-quatrième congrès et exposition annuels de l’American Society of Hypertension, Inc. (ASH 2009) en mai 2009. […].

L’hémorragie cérébrale

L’hémorragie cérébrale

Christian STAPF, le 14 novembre 2014 : Parmi les différents types d’accidents vasculaires cérébraux, l’hémorragie cérébrale constitue l’une des formes les plus graves. Pourtant, la prise en charge des patients en phase aiguë de l’hémorragie se heurte toujours à plusieurs obstacles : (1) Il n’existe actuellement aucune classification systématique des hémorragies cérébrales. (2) La stratégie du bilan diagnostique en phase aiguë de l’hémorragie n’a pas encore été standardisée. (3) Nos moyens d’intervention thérapeutique restent limités. (4) Pour certaines pathologies neurovasculaires à risque hémorragique (anévrismes, malformations artérioveineuses, cavernomes cérébraux), le bénéfice d’une intervention préventive préalablement à tout signe de rupture reste parfois incertain. L’évolution récente vers une classification étiologique, la mise en place d’un bilan étiologique standardisé, ainsi que les grandes lignes des nouvelles stratégies thérapeutiques - dont l’abaissement rapide de la pression artérielle en phase aiguë de l’hémorragie cérébrale - seront illustrés dans le cadre de cette présentation. […].

nuance

Les plus