nuance

L’Institut Paoli-Calmettes obtient sa certification pour la prise en charge des cancers de l’ovaire localement avancés

illustrationL’Institut Paoli-Calmettes (IPC), Unicancer Marseille, a été labellisé Centre certifié pour la prise en charge des cancers de l’ovaire localement avancés par la Société européenne de gynécologie oncologique (ESGO). L’IPC est le 7e centre français accrédité, le 3e en province et le seul en région Provence-Alpes Côte-d’Azur et sud-est.

Association à but non lucratif, l’European Society of Gynaecological Oncology (ESGO = Société européenne d’oncologie gynécologique) regroupe 80 centres et plus de 3 400 professionnels de la santé et de chercheurs spécialisés dans l’étude, la prévention, le traitement et le soin des cancers gynécologiques répartis dans plus de 30 pays européens.

La vocation de ce groupe européen est de contribuer à la recherche, à l’enseignement et la diffusion des savoirs, par l’édition de référentiels et de bonnes pratiques, afin de faire progresser la prise en charge de ces cancers.

 

Cette certification reconnaît l’expertise de l’Institut sur les cancers de l’ovaire localement avancés, autour des 10 critères de qualité (parmi lesquels le volume d’activités, de résection chirurgicale complète et de chirurgies cytoréductrices, la participation du centre à des essais cliniques dans cette spécialité, mais aussi la prise en charge multidisciplinaire et gestion pré, per et postopératoire) pour des établissements qui prennent en charge plus de 50 patientes par an (environ 10 centres en France selon les chiffres CNAM 2016).

« Notre expertise découle en premier lieu du nombre de patientes que nous prenons en charge chaque année pour ces cancers de l’ovaire localement avancés, explique le Professeur Éric Lambaudie, chirurgien en gynécologie oncologique à l’IPC. Mais c’est surtout le travail d’équipes pluridisciplinaires proposant une prise en charge globale des patientes qui fait la différence. »

L’expertise assurée par des chirurgiens hautement spécialisés est le gage d’une résection complète qui diminue considérablement le risque de récidive et améliore fortement le pronostic.

4 600 nouveaux cas de cancer de l’ovaire sont diagnostiqués chaque année en France. Ce cancer est une maladie rare, mais agressive et quatrième cause de décès par cancer chez les femmes.

 

Parce que les symptômes sont tardifs, 75 % des cas sont des cancers avancés. La qualité de la prise en charge est donc fondamentale, avec un impact direct sur le pronostic.

L’IPC est également reconnu comme centre expert régional par l’Institut national du cancer (INCa) pour les cancers rares de l’ovaire et les tumeurs gynécologiques rares, au sein du réseau national créé en 2011.

 

À propos de l’IPC :

Certifié par la Haute Autorité de Santé (HAS) en 2015 niveau A, et accrédité Comprehensive Cancer Center par l’OECI l’Organisation of European Cancer Institutes en juin 2019, l’Institut Paoli-Calmettes est membre du réseau Unicancer.

L’IPC rassemble 1 550 chercheurs et personnels médicaux et non médicaux, engagés dans la prise en charge globale de l’ensemble des pathologies cancéreuses : recherche, soins médicaux et de support, enseignement et formation. L’IPC a réalisé plus de 100 000 consultations et accueilli plus de 11 000 nouveaux patients en 2018. La prise en charge à l’IPC s’effectue exclusivement sur la base des tarifs de la sécurité sociale, et les dépassements d’honoraires ne sont pas pratiqués dans l’établissement.

L’IPC a établi des coopérations avec une vingtaine d’établissements de santé de la région.

Pour plus d’informations : www.institutpaolicalmettes.fr

 

 

Descripteur MESH : Gynécologie , Santé , France , Pronostic , Recherche , Réseau , Soins , Essais , Sécurité , Sécurité sociale , Femmes , Patients , Travail , Enseignement , Expertise , Diffusion , Risque , Cause de décès , Récidive , Maladie , Tumeurs

nuance

Hôpital: Les +