nuance

#Coronavirus : un rebond de l’épidémie est probable selon des épidémiologistes de l'Institut Pasteur

illustrationAprès quelques jours de déconfinement, une équipe française d’épidémiologiste dirigée par Simon Cauchemez de l’Institut Pasteur vient d’actualiser dans la revue science les prévisions qu’elle avait publiées en avril dernier.

Le 11 mai 2,8 millions de personnes, soit (4,4 % de la population) auraient été contaminées par le Coronavirus SARS COV-2 alors que leur prévision du mois d’avril projetait 3,7 millions de personnes contaminées à la même date dans une fourchette comprise entre 2,3 et 6,7 millions. Dans les régions les plus touchées, le taux de contamination culminerait à 9,9 % en Île-de-France [6,6 – 15,7 %] et 9,1 % [6 – 14,6 %] dans le Grand Est.

Selon leur modèle, environ 3900 personnes, soit une fourchette comprise, entre 2600 et 6300 personnes ont probablement été infectées dans la seule journée du 11 mai. 58 % de ces nouvelles contaminations seraient géolocalisées dans les 2 régions citées précédemment.

Le taux de reproduction du virus R0 serait passé de 2,9 avant le confinement à 0,67 en début de déconfinement. Le modèle initial prévoyait environ 1300 infections quotidiennes en sortie de confinement et un R0 qui passait de 3,3 à 0,5.

En d’autres termes, si le virus circule moins qu’avant le confinement, il circule bien plus que prévu initialement et l’immunité de groupe de la population française est très insuffisante pour garantir à elle seule l’absence d’une seconde vague épidémique.

Pour l’AFP, les chercheurs expliquent que si l’on veut éviter un rebond de l’épidémie, il est impératif de limiter les risques de transmissions en maintenant des mesures de contrôles efficaces au-delà du 11 mai

« toutes les données disponibles, toutes les études publiées suggèrent qu’une reprise de l’épidémie est probable en l’absence de mesures de contrôle » Simon Cauchemez

 

Si le maintien des mesures de contrôles semble en effet nécessaire, leur réévaluation pourrait également l’être au fur et à mesure que la recherche avance sur les modes de contamination du coronavirus SARS COV-2. Car contrairement à la doxa gouvernementale qui prévalait en début d’épidémie, la contamination aéroportée sous forme d’aérosols serait son principal mode de contamination, si l’on se fie aux dernières publications disponibles sur le sujet.

 

 

Crédit Photo Tumisu

Descripteur MESH : Coronavirus , Personnes , Population , Virus , Reproduction , Recherche , Prévision , Archives , Publications , France

Epidémiologie: Les +