nuance

Le gène de la polykystose rénale autosomique récessive a été identifié

Des chercheurs de la Mayo Clinic rapportent dans la revue Nature Genetics l'identification du gène responsable de la polykystose rénale autosomique récessive (ARPKD, autosomal polycystic kidney disease). Le gène coderait une nouvelle protéine, la fibrocystine, qui pourrait jouer une fonction de récepteur.

On savait depuis plusieurs années que le gène responsable de l'ARPKD était situé sur le chromosome 6. Ce gène nommé PKHD1 n'avait pas été caractérisé jusqu'à présent.

Dans un article publié aujourd'hui sur le site de la revue Nature Genetics, Ward et al. détaillent comment l'étude d'une forme récessive de polykystose rénale chez le rat a conduit à l'identification du gène responsable de la polykystose rénale autosomique récessive chez l'homme.

La découverte de la mutation responsable de la maladie chez ces rats a été mise à profit pour rechercher un gène homologue chez l'homme. Les chercheurs ont pu ainsi isoler le gène PKHD1 sur le chromosome 6 qui est muté chez des patients atteints de polykystose rénale autosomique récessive.

Le produit du gène PKHD1 a été nommé fibrocystine par Ward et al.. Ils expliquent que les informations sur la structure de cette protéine sont aujourd'hui limitées en raison de la "composition unique de la protéine" et "du manque de connaissance sur la fonction des protéines homologues les plus proches".

Les modèles prédictifs utilisés montrent que la fibrocystine serait formée de 4.074 acides aminés avec un poids moléculaire de 447 kD dans sa forme non glycosylée. "La structure globale de la protéine est nouvelle mais elle contient des homologies significatives avec plusieurs autres protéines", précisent les chercheurs.

Les scientifiques proposent tout de même une structure générale avec une grande région extracellulaire fortement glycosylée, un seul domaine transmembranaire et une courte queue cytoplasmique qui contient des sites de phosphorylation potentiels. "Cela indique que la fibrocystine pourrait être une molécule récepteur", concluent Ward et al..

Source : Nature Genetics, advance online publication ; 4 February 2002; DOI: 10.1038/ng833

Descripteur MESH : Polykystose rénale autosomique récessive , Rein , Protéines , Acides , Acides aminés , Connaissance , Maladie , Mutation , Patients , Phosphorylation , Queue

nuance

Recherche scientifique: Les +

Un nouveau rapport de l'IFPA révèle le lien entre la maladie psoriasique et la santé mentale

Une IA pour détecter précocement les maladies pancréatiques lors des écho-endoscopies

La DNDi et BenevolentAI collaborent pour accélérer la recherche de médicaments vitaux contre la dengue

La FDA a accordé la désignation de procédure accélérée au CMG901 pour le traitement du cancer gastrique ou du cancer de jonction gastro-œsophagienne non résécable ou métastatique qui ont rechuté et/ou qui sont réfractaires aux thérapies approuvées

ASICS - STATE OF MIND INDEX : UNE ÉTUDE MONDIALE SOULIGNE L'IMPACT POSITIF DU SPORT SUR LA SANTÉ MENTALE

La Food and Drug Administration des États-Unis a octroyé la désignation de médicament orphelin au CMG901 pour le traitement du cancer gastrique et de l'adénocarcinome de jonction gastro-œsophagienne

Jubilant Therapeutics Inc. annonce que des inhibiteurs isoformes sélectifs de la PAD4 présentent une sélectivité et une puissance in vitro, une biodisponibilité orale et une activité antitumorale in vivo élevées

Personalis publie de nouvelles données prouvant la capacité d’un algorithme hautement sensible à détecter la perte d’hétérozygotie du gène HLA

La Patient Safety Movement Foundation annonce les dates et la liste des intervenants du 8e Sommet mondial annuel sur la sécurité des patients, la science et la technologie

Traitement de l'APDS : Pharming présente des données positives de l'essai de phase II/III sur le leniolisib