nuance

La FAO et l’OMS appellent au renforcement de la sécurité alimentaire européenne

Lors de la Première Conférence paneuropéenne sur la sécurité sanitaire et la qualité des aliments, qui se termine aujourd'hui à Budapest, la FAO et l’OMS ont déclaré conjointement un renforcement de la sécurité alimentaire dans toute la zone Euro. La recrudescence de contaminations d’ordre microbiologique (salmonelles, campylobacter) mais également chimique (dioxine, plomb), alertent en effet ces instances qui recommandent la mise en place, ou le renforcement, dans tous les pays européens, de «systèmes d’évaluation et de gestion des risques à fondement scientifique».

Selon David Nabarro, directeur exécutif de l’OMS, «une personne sur trois dans les pays industrialisés, peut être victime d’intoxications alimentaires chaque année, ce qui se traduit par des souffrances humaines et des pertes de l’ordre de milliards de dollars».

Même s’il est vrai que les systèmes de surveillance sanitaires détectent de plus en plus de cas de maladies d’origine alimentaire, il apparaît cependant que la salubrité des aliments décline depuis plusieurs décennies, en raison du manque de collaborations entre les pouvoirs publics au niveau national, selon l’OMS.

Sont incriminés la salmonelle et le campylobacter en ce qui concerne les intoxications alimentaires, observées essentiellement dans les services de restauration commune. Côté chimique, c’est la pollution industrielle avec le plomb, la dioxine et le cadmium qui sont sujets d’inquiétudes, avec un point chaud dans la région de la mer d’Aral.

«Nous entendons promouvoir un dialogue entre consommateurs et les organisations internationales, tout au long de la chaîne –de la fourche à la fourchette-», a expliqué Nabarro, qui précise que la FAO et l’OMS sont en train d’établir des évaluations des risques microbiologiques à l’échelle internationale.

Les deux organisations mondiales ont recommandé de mettre en place un système de réseau de surveillance des risques alimentaires, avec une base scientifique, et de coordonner ce réseau entre tous, après l’évaluation des risques à l’échelle planétaire.

«Ces évaluations de risques fourniront des modèles aux Etats membres adaptables à leur situation nationale, de façon à les aider à affronter les menaces de ces agents pathogènes le plus efficacement possible», a déclaré Nabarro.

Source : OMS 25-28 février 2002 Première Conférence paneuropéenne sur la sécurité sanitaire et la qualité des aliments Budapest, Hongrie

PI

Descripteur MESH : Sécurité , Sécurité alimentaire , Risque , Campylobacter , Plomb , Réseau , Aliments , Cadmium , Membres , Restauration

nuance

Recherche scientifique: Les +