nuance

Syndrome des apnées obstructives du sommeil : les résultats mitigés de l'uvulopalatoplastie assistée par laser

Le traitement chirurgical du syndrome des apnées obstructives du sommeil (SAOS) par uvulopalatoplastie assistée par laser (UPAL) ne semble pas donner de bons résultats à long terme. Selon une nouvelle étude, les résultats subjectifs plutôt positifs à court terme ne sont pas retrouvés à long terme. Par ailleurs, l'UPAL peut conduire à une détérioration du ronflement et des apnées existantes.

Ceci est la conclusion d'une étude israélienne publiée dans le numéro d'avril d'Archives of Otolaryngology-Head & Neck Surgery. Finkelstein et al décrivent le suivi de 26 cas de SAOS traités par UPAL.

Une évaluation des symptômes du ronflement a été menée avant l'opération, à 4 semaines après l'intervention et à 12,3 +/- 9,1 mois après l'intervention.

Globalement, l'amélioration de ces symptômes concernait 88 % des patients à la première évaluation post-opératoire mais seulement 65 % des patients à la dernière évaluation. Parallèlement, les participants étaient plus nombreux à présenter une aggravation du ronflement à la dernière évaluation comparée à la première (12 % vs 4 %). L'évaluation d'autres symptômes liés au sommeil confirme cette tendance, ajoutent les auteurs. Au final, 58 % des patients se sont déclarés satisfaits du traitement chirurgical.

Ces mesures subjectives de l'évolution des patients ont été complétées par des études polysomnographiques après l'intervention. Elles ont révélé que seulement 31 % des interventions ont été un succès tandis que 31 % étaient associées à une détérioration des apnées existantes.

Bien que l'UPAL soit devenue une technique de plus en plus employée, les auteurs écrivent qu'il y a "un manque de preuve irréfutable sur le fait qu'elle fournisse un remède durable contre [l'apnée obstructive du sommeil]". Ils soulignent que cette technique largement discutée n'est pas dépourvue de réactions adverses et de complications.

"Nous avons obtenu un succès chirurgical chez seulement un tiers de nos patients et avons trouvé une détérioration de leur condition chez un nombre considérable en plus d'une aggravation des résultats subjectifs initiaux", poursuivent-ils. Selon eux, cette technique n'est pas appropriée pour traiter le SAOS. Le développement d'une fibrose liée au laser expliquerait les complications observées.

Source : Arch Otolaryngol Head Neck Surg 2002;128:429-34. American Medical Association.

SR

Descripteur MESH : Sommeil , Ronflement , Syndrome , Patients , Apnée , Association , Évaluation des symptômes , Fibrose

nuance

Recherche scientifique: Les +