nuance

Vous êtes dans : Accueil > Actualités médicales >

Virulence

59 résultats triés par date
affichage des articles n° 1 à 19

Grippe : la virulence de certaines souches virales mieux expliquée

Caducee.net, le 07 septembre 2001 : L'épidémie de grippe "espagnole" de 1918, particulièrement dévastatrice, a été vraisemblablement causée par une recombinaison du gène de l'hémaglutinine du virus, montre une étude publiée dans la revue Science. Dans le même journal, une autre équipe de recherche indique que l'épidémie de grippe du poulet de 1997 à Hong Kong doit sa virulence à la modification ponctuelle de deux gènes du virus, dont celui de l'hémaglutinine. Ces données permettent de mieux comprendre la virulence des souches du virus de la grippe. En raison du risque éventuel de nouvelle épidémie particulièrement virulente, il convient de se préparer au mieux à cette éventualité. […].

Des chercheurs français identifient un groupe de gènes impliqués dans la virulence du bacille tuberculeux

Caducee.net, le 04 octobre 1999 : Des chercheurs de l’Institut Pasteur à Paris rapporte avoir localisé et identifié treize gènes impliqués dans la virulence de Mycobacterium tuberculosis , dont quatre sont regroupés dans une même région du génome bactérien. […].

La virulence du bacille tuberculeux dépend de molécules lipidiques de la paroi

Caducee.net, le 03 novembre 1999 : Des chercheurs américains rapportent dans Nature avoir identifié un complexe lipidique présent à la surface de Mycobacterium tuberculosis liéà la virulence du bacille dans le tissu pulmonaire. […].

Grippe : des éclaircissements sur la virulence de certaines souches

Caducee.net, le 06 décembre 2002 : De résultats récents permettent de mieux expliquer les processus moléculaires directement impliqués dans la virulence du virus de la grippe qui a causé six décès sur 18 cas recensés à Hong Kong en 1997. […].

La virulence de la grippe de Hong Kong de 1997 est mieux expliquée

Caducee.net, le 26 août 2002 : En 1997, un virus de la grippe (sous-type H5N1) a infecté 18 personnes et entraîné six décès. Des chercheurs américains ont mis en évidence chez cette souche une mutation ponctuelle qui permet de contourner l’effet protecteur des interférons et du TNF-alpha. Ces informations pourraient être utilisées pour la surveillance des nouvelles épidémies et la mise au point d’un vaccin efficace, estiment les chercheurs. […].

Un facteur de virulence majeur identifié chez Chlamydia trachomatis

Caducee.net, le 13 novembre 2001 : Des scientifiques américains rapportent avoir mis en évidence une toxine chez C. trachomatis qui aide à expliquer pourquoi certaines souches conduisent à des infections chroniques. La présence de cette toxine était suspectée depuis longtemps et sa découverte pourrait conduire à de nouveaux outils diagnostiques et thérapeutiques. […].

Streptococcus pyogenes est décrypté

Caducee.net, le 12 avril 2001 : Une équipe de chercheurs de l'Université d'Oklahoma vient de publier la séquence complète du génome de Streptococcus pyogenes, une bactérie pathogène humaine stricte et responsable de la scarlatine, d'angines, de septicémies, de l'érysipèle, de méningites, d'impétigo ou encore de glomérulonéphrites aiguës. L'analyse de la séquence nucléique indique la présence de 1.752 gènes dont 40 semblent être des facteurs de virulence. […].

Le génome d'Escherichia coli entéro-hémorragique est séquencé

Caducee.net, le 25 janvier 2001 : Une équipe de chercheurs publie aujourd'hui la séquence du génome d'E. Coli 0157:H7, bactérie bien connue pour être responsable de graves infections gastro-intestinales souvent liées à l'ingestion d'aliments contaminés. L'étude méticuleuse de son génome et sa comparaison avec celui d'une souche non virulente montre la présence de 1.387 gènes supplémentaires. Ces différences nombreuses, qui peuvent expliquer en partie la virulence de ce sérotype, pourraient être exploitées comme outil diagnostique, estiment les auteurs de ce travail. […].

Le Campylobacter jejuni - une bactérie mal connue

EUFIC, le 01 janvier 2000 : Le Campylobacter jejuni est l'une des principales bactéries responsables d'empoisonnement dans le monde. Des scientifiques britanniques ont récemment déterminé sa séquence génétique, ce qui devrait conduire à une compréhension de la virulence de son mécanisme ainsi qu'à des stratégies destinées à le contrôler. […].

Légionellose : les génomes des souches Paris et Lens séquencées

INSERM, Institut Pasteur, CNRS, le 29 septembre 2004 : L'équipe de Carmen Buchrieser, du laboratoire de Génomique des Microorganismes Pathogènes de l'Institut Pasteur (dirigé par Frank Kunst et Philippe Glaser) et associé au CNRS (Unité Génétique des génomes), en collaboration avec la Génopole® Pasteur et le Centre National de Référence des Légionelles (dirigé par Jérôme Etienne, Inserm E-0230, Faculté de Médecine, Lyon), a entrepris de décrypter et de comparer les génomes de deux souches de Legionella : l'une isolée de l'épidémie nosocomiale survenue à l'Hôpital Georges Pompidou en 2000 (souche dénommée « Paris »), l'autre responsable d'une épidémie grave ayant touché 86 personnes et provoqué 17 décès dans le Nord pendant l'hiver 2003-2004 (souche dénommée « Lens »). Les chercheurs visaient ainsi à caractériser les bases génétiques de la virulence de Legionella et à comprendre ce qui différenciait ces souches, qui appartiennent au même sérogroupe, responsable à lui seul de 84 % des cas de légionellose constatés. […].

Un ‘îlot de pouvoir pathogène’ a été découvert chez les entérocoques résistants à la vancomycine

Caducee.net, le 13 juin 2002 : L’étude du génome de plusieurs souches d’Enterococcus faecalis vient de montrer que les déterminants de virulence sont situés sur une région bien définie sur le génome. Plusieurs gènes inconnus ont été identifiés dans cette région et semblent particulièrement associés aux isolats pathogènes. Les chercheurs estiment qu’ils définissent de nouvelles cibles thérapeutiques. […].

Vers un vaccin commun à différentes souches pathogènes de bactéries ?

Caducee.net, le 06 décembre 2001 : C’est ce vers quoi se sont rapprochés des chercheurs de l’université de Californie en immunisant des souris contre différentes souches de Salmonelles et autres bactéries pathogènes avec l’ADN du gène de l’adénine méthylase (Dam), une protéine essentielle à la virulence de ces souches. […].

Kenta Biotech réalise 12 millions de CHF de financement privé de série B

Businesswire, le 12 mars 2009 : KBPA 101, le produit-phare de Kenta, un anticorps de classe IgM ciblant Pseudomonas aeruginosa, est actuellement étudié dans le cadre d'une étude de Phase IIa pour le traitement de la pneumonie nosocomiale en Suisse et dans les pays de l'Union Européenne. Les résultats sont attendus au cours de cette année. Le KBSA 201 est un anticorps de classe IgG ciblant un facteur de virulence du Staphylocoque doré résistant à la méthicilline (MRSA), hautement pertinent d'un point de vue clinique. L'an passé, cet anticorps a obtenu des résultats très prometteurs sur un modèle animal preuve du concept dans le traitement des infections systémiques agressives . Il est actuellement évalué sur des modèles expérimentaux pour des infections localisées. […].

Une analyse génétique permet de distinguer les souches d'Enterococcus faecium responsables d'infections nosocomiales

Caducee.net, le 13 mars 2001 : Les souches d'Enterococcus faecium résistantes à la vancomycine (EFRV) constituent une réelle menace en cas d'infections nosocomiales. Une étude néerlandaise vient de montrer que les souches d'EFRV responsables d'épidémie se distinguent par la présence d'un variant du gène esp qui est associé à une virulence accrue. Ce gène est absent des souches non-épidémiques et constitue à ce titre un bon marqueur pour le contrôle et le suivi des infections nosocomiales. De plus, la protéine correspondante pourrait être utilisée comme cible thérapeutique. […].

Nouvelles informations génétiques sur la grippe aviaire

Caducee.net, le 30 janvier 2006 : Un article publié cette semaine dans la revue Science relate l’analyse massive de gènes de nombreux isolats du virus de la grippe aviaire. Ces nouveaux résultats doublent la quantité d’informations génétiques disponibles pour ce virus. Un facteur de virulence potentiel a été identifié. […].

Certaines souches d’Helicobacter pylori seraient associées aux accidents vasculaires cérébraux d’origine athéromateuse

Caducee.net, le 09 juillet 2002 : Des souches d’H. pylori porteuses du facteur de virulence CagA pourraient jouer un rôle dans la survenue des accidents vasculaires cérébraux (AVC) d’origine athéromateuse. Ceci est la conclusion d’une étude qui sera prochainement publiée dans la revue Circulation. […].

Vers un vaccin non neurotoxique contre le virus West Nile

Caducee.net, le 05 mars 2002 : Une équipe de chercheurs du National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIH, Bethesda, Maryland, EU) et du département des maladies virales de l’institut de recherche des armées (Silver Spring, Maryland, EU), a mis au point un vaccin chimérique contre le virus West Nile (basé sur le virus de la dengue) conférant chez la souris une protection totale contre le virus, avec une virulence périphérique et neurologique très diminuée. Des essais cliniques vont commencer chez le singe le mois prochain. […].

Des chercheurs français dévoilent le mécanisme d'entrée de Listeria à travers la barrière intestinale

Caducee.net, le 01 juin 2001 : Des chercheurs du CNRS et de l'Institut Pasteur décrivent dans le dernier Science quel est le facteur de virulence qui permet à Listeria monocytogenes de traverser la barrière intestinale. Ces travaux permettent de mieux connaître les mécanismes de l'infection et ont également permis de développer un modèle de la maladie chez la souris. […].

nuance

Les plus