nuance

Le cancer du col de l'utérus : problématique de la prise en charge

Dans une étude rétrospective menée à l’hôpital Sendwe à Lubumbashi (RDC) les auteurs constatent que le cancer du col de l’utérus atteint des personnes relativement plus jeunes (âge moyen 30 à 40 ans) qu’en Occident (âge moyen en France : 45 à 53 ans). Les facteurs incriminés sont nombreux.

Certains parmi eux comme la multiparité, la promiscuité et les mauvaises conditions socio-économiques ce sont retrouvés dans cette étude. En effet, 92% de nos patientes ont au moins 4 enfants et plus de la moitié d’entre elles se retrouve dans la tranche d’âge de 30 à 40 ans. 72% des malades proviennent des cités populaires.

Cette pathologie que n’altère l’état général que très tardivement (30% des malades) pose des problèmes réels de prise en charge étant donné qu’elle reste méconnue par les patientes pendant très longtemps (stades pré-évasifs qui peuvent durer jusqu’à 13 ans pour certains auteurs) et ne devient symptomatique qu’à des stades qui conduisent soit à une chirurgie radicale de propreté (45% des malades) soit à un simple traitement symptomatique (55% des patientes). Faute d’équipement adéquat et peut-être aussi d’expérience et compétence appropriées. 7,5% des malades

vues à un stade précoce n’ont pas pu bénéficier d’un traitement chirurgical conservateur.

Les auteurs notent enfin que les complications chirurgicales les plus importantes sont les fistules urinaires (10% des malades). Pour améliorer cette situation (modification du profile de la maladie), les auteurs pensent que la meilleure arme se résume dans la prévention par la prise en charge correcte de la pathologie bénigne du col et dans le dépistage systématique de la maladie sur la population à risque qu’il faudrait déterminer par une autre étude plus approfondie.

Mots-clés : cancer, col utérin, traitement

I.Introduction

Le cancer du col de l’utérus est une pathologie bien connue tant en ce qui concerne son épidémiologie, sa clinique, son anatomie pathologie, son évolution, et son traitement que ses complications. Cette étude vise d’abord à présenter les difficultés rencontrées dans la prise en charge des malades et ensuite montrer que c’est un problème sérieux de santé publique dont seuls la prévention et le dépistage précoce pourront modifier son profile et allonger ainsi l’espérance de vies de nos patientes.

II. Patientes et méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective menée au service de gynécologie obstétrique de l’hôpital Sendwe sur une période de 4 ans (1994 à 1997). Les 40 dossiers retenus ne représentent pas l’ensemble des malades reçues, mais seulement des patientes hospitalisées soit en vue d’un traitement

Chirurgical, soit pour remonter leur état général.

Pour notre série nous avons retrouvé dans la plupart des dossiers exploités les éléments suivants : l’âge des patientes, leur provenance, la parité, les plaintes, l’état général, le diagnostic clinique, le traitement et les complications.

III. Résultats et discussions

Tableau I : répartition des malades suivant l’âge.

AGE

EFFECTIFS

POURCENTAGE

30-35

16

40

36-40

5

12,5

41-45

8

20

46-50

4

10

51-55

3

7,5

56-60

3

7,5

³ 61

1

2,5

Total

40

100

 

Plus de la moitié de nos patientes ont un âge compris entre 30 et 40 ans (52,5% des cas). En France, par contre, l’âge moyen des malades se situe entre 45 et 53 ans (7,9). L’âge moyen des cancers invasifs est de 55 ans, celui des lésions pré invasives entre 30 et 35 (6).

L’apparition du cancer du col de l’utérus plus tôt chez nos semble être liée à plusieurs facteurs de risque dont les mauvaises conditions socio-économiques, la maternité précoce, les rapports sexuels précoces, les partenaires multiples, les maladies sexuellement transmissibles (papillomavirus et plus secondairement l’herpès virus) ainsi que le traumatisme causé par les maternités nombreuses. De nombreux auteurs reconnaissent ces facteurs (5,6,7,8,9,11,12)

BANZA K*, KIZONDE J*, UNGA M*, MUIACH K*, KABILA B**, KALENGA MK*

 

(*) Service de Gynécologie et Obstétrique de lhôpital Sendwe de Lubumbashi (RDC).

(**) Département de Gynécologie et Obstétrique des Cliniques Universitaires de Lubumbashi (RDC).

Descripteur MESH : Utérus , Gynécologie , Obstétrique , Risque , France , Maladie , Maladies sexuellement transmissibles , Virus , Santé publique , Santé , Population , Personnes , Parité , Anatomie , Facteurs de risque , Épidémiologie , Éléments , Diagnostic , Dépistage systématique

PUBLICITE