nuance

Des scientifiques de ShanghaiTech résolvent la structure du « récepteur de la marijuana » chez l'être humain

SHANGHAI, 20 octobre 2016 /PRNewswire/ -- Une équipe de scientifiques dirigée par l'université iHuman Institute of ShanghaiTech a déterminé et analysé la structure atomique à haute résolution du récepteur humain des cannabinoïdes (CB1), également connu sous le nom de « récepteur de la marijuana ». L'image en trois dimensions du CB1, présentée le 20 octobre dans Cell, pourrait expliquer la façon dont les médicaments contre la douleur destinés à imiter l'utilisation du cannabis sans donner l'effet de « planer » peuvent provoquer des effets secondaires involontaires, et fournir la base pour de prochaines thérapies.

 

« La structure moléculaire détaillée du récepteur dans le complexe avec un agoniste ou un antagoniste va aider les gens à comprendre comment la signalisation cellulaire est affectée par les molécules de la médicine, et va offrir un cadre précieux pour concevoir des médicaments sûrs et plus efficaces », a déclaré le directeur adjoint d'iHuman et professeur Zhi-Jie Liu, l'un des auteurs responsables de l'article.

Les images en 3D révèlent comment les molécules comme le THC se lient au CB1, lequel se retrouve intégré à la surface de nombreuses cellules nerveuses. « Les chercheurs sont fascinés par la façon dont on peut réaliser des changements dans le THC ou dans des cannabinoïdes synthétiques et obtenir ainsi des effets différents », déclare le directeur fondateur d'iHuman et professeur Raymond Stevens, codirecteur de l'étude. « Maintenant que nous avons trouvé la structure du CB1, nous pouvons commencer à comprendre comment ces changements de la structure de la drogue peuvent affecter le récepteur. »

Le premier auteur de cette étude, Tian Hua, une étudiante diplômée du laboratoire du professeur Zhi-Jie Liu, et ses collègues ont déterminé la structure du cristal du CB1 en complexe avec AM6538 à une résolution de 2,8 Å. AM6538, synthétisé par le deuxième auteur Kiran Vemuri de l'université Northeastern, États-Unis, devrait avoir une longue demi-vie et être potentiellement utile dans le traitement des troubles liés à l'addiction. En outre, leurs études ont trouvé qu'un certain nombre de ligands structurellement dissemblables du CB1 peuvent être accueillis quand ils sont retenus dans le champ de liaison défini par la structure du cristal du CB1. Cela devrait permettre à un ensemble différent de ligands du CB1 d'interagir avec le CB1 à travers différents motifs de liaison et d'avoir des profils pharmacologiques différents.  

Contact avec l'auteur :

Zhi-Jie Liu, PhD
Professeur, iHuman Institute
Université ShanghaiTech
liuzhj@shanghaitech.edu.cn

Contacts avec la presse :

Xun Liu, PhD
Responsable de la presse, ShanghaiTech University
liuxun@shanghaitech.edu.cn
Téléphone : 86-21-2068-5159

Photo - http://photos.prnewswire.com/prnh/20161019/430264
Photo - http://photos.prnewswire.com/prnh/20161019/430265

Descripteur MESH : Cannabinoïdes , Cannabis , Douleur , Auteur , Ligands , Addiction , Cellules , Structure moléculaire , Vie

nuance

Recherche scientifique: Les +