nuance

De l'électricité pour améliorer la réponse aux vaccins à ADN

Une stratégie de vaccination consiste en l'administration intracellulaire de séquences d'ADN codant pour des protéines qui vont induire une réponse immunitaire spécifique. Des chercheurs italiens indiquent qu'il est possible d'accroître la réponse immunitaire en couplant l'injection de l'ADN à l'administration de légères décharges électriques sur le site de l'injection. Ce système a été étudié chez l'animal avec un vaccin à ADN contre le virus de l'hépatite C.

L'ADN utilisé sous forme de plasmide (ADN circulaire) engendrait une réponse contre une protéine d'enveloppe du VHC. Le but de la vaccination à ADN est de faire exprimer les antigènes par les cellules de l'hôte.

Les chercheurs ont administré le plasmide à des souris, des rats et des lapins par injection intramusculaire. L'injection était suivie par l'application d'impulsions électriques (50 V, 100 mA) autour du site d'injection.

Les impulsions ont permis d'accroître par un facteur 10 l'expression des antigènes chez les souris traités, par rapport à la simple injection du plasmide.

En parallèle, la réponse humorale était multipliée par 10 à 30 fois chez les souris, rats et lapins traités par impulsion. De même, la réponse immunitaire cellulaire était plus soutenue.

Selon le Dr Zucchelli (Institut de Recherche en Biologie Moléculaire, Rome) et ses confrères, cette méthode est sûre, peu coûteuse et applicable à l'homme. De plus elle pourrait être utile "pour le développement de vaccins prophylactiques ou thérapeutiques contre le VHC et d'autres maladies infectieuses". Source : J Virol 2000;74(24):11598-11607.

Descripteur MESH : Hépatite , Hépatite C , Vaccins , Électricité , ADN , Vaccination , Protéines , Virus , Antigènes , Lapins , ADN circulaire , Biologie , Biologie moléculaire , Cellules , Recherche , Rome

nuance

Recherche scientifique: Les +