nuance

Le sélénium est lié au risque de cancer prostatique

Une faible concentration en sélénium est associée à un risque de cancer de la prostate multiplié par quatre ou cinq, selon les conclusions d'une étude qui paraîtra le 1° décembre dans le Journal of Urology. Il reste maintenant à savoir si une complémentation en sélénium peut réduire le risque.

Le Dr James Brooks (Université de Stanford) qui a coordonné cette étude tient à souligner que ces nouvelles données confirment que des concentrations plasmatiques élevées en sélénium sont associées à un risque plus faible de cancer de la prostate.

"Peut-être que la découverte la plus intéressante dans cette étude était que les taux de sélénium plasmatiques diminuent avec l'âge, chose qui n'avait pas été démontrée jusqu'à présent", a ajouté Brooks. "De plus, cette étude a montré qu'il y avait une connexion directe entre le sélénium et le cancer de la prostate – les hommes les plus âgés avec des niveaux de sélénium élevés avaient moins de risques".

La suite logique à cette étude sera de savoir s'il est possible d'augmenter la concentration plasmatique en sélénium par une complémentation. Si c'est bien le cas, il faudra s'assurer que cette augmentation en sélénium se traduit par une réduction du risque de cancer de la prostate.

L'étude cas/contrôles de Brooks a été réalisée auprès de 52 patients avec un cancer prostatique et 96 sujets contrôles. L'âge médian était juste inférieur à 69 ans.

"Parce que le sélénium plasmatique diminue avec l'âge du patient, la complémentation pourrait être particulièrement bénéfique aux hommes les plus âgés", concluent Brooks et ses confrères.

Source : J Urol 2001;166:2034-8. Stanford University Medical Center.

Descripteur MESH : Sélénium , Risque , Prostate , Tumeurs de la prostate , Hommes , Logique , Patients

nuance

Recherche scientifique: Les +