nuance

Vous êtes dans : Accueil > Actualités médicales >

Prostate

342 résultats triés par date
affichage des articles n° 1 à 19

Cancer de la prostate : une évaluation du surdiagnostic avec les dosages de PSA

Caducee.net, le 03 juillet 2002 : Une augmentation marquée de l’incidence des cancers de la prostate est observée aux Etats-Unis depuis les années 80. Elle coïncide avec la généralisation du dépistage du PSA (prostate specific antigen). Une étude publiée dans le Journal of the National Cancer Institute montre que le taux de surdiagnostic oscille entre 29 % et 44 % chez les hommes avec un cancer de la prostate détecté par PSA. Ces cas correspondent à des patients pour lesquels le cancer de la prostate n’aurait jamais été détecté. Ces résultats peuvent poser problème si l’on considère la morbidité associée au traitement. […].

Cancer de la prostate : les auto-anticorps bientôt sur le devant de la scène ?

Caducee.net, le 22 septembre 2005 : Rechercher les auto-anticorps dirigés contre des antigènes du cancer de la prostate devrait apporter des informations complémentaires au dosage de l’antigène spécifique de prostate (PSA), d’après les conclusions d’une étude publiée dans le NEJM daté du 22 septembre. […].

De nouvelles données révèlent que la présence de métastases lors du diagnostic initial de cancer de la prostate peut exercer un impact crucial sur le pronostic des patients atteints d'un cancer métastatique de la prostate résistant à la castration

Janssen, le 04 juin 2016 : Les données, présentées aujourd'hui lors du Congrès 2016 de la American Society of Clinical Oncology (ASCO) à Chicago, aux Etats-Unis, ont décrit les caractéristiques, au début de l'étude, d'hommes atteints de mCRPC présentant des métastases distantes lors du diagnostic primaire (M1), en comparaison avec celles de patients dont le cancer n'avait pas métastasé lors du diagnostic primaire (M0). Les données ont démontré des niveaux supérieurs d'antigène prostatique spécifique (PSA), une incidence accrue de lésions osseuses et un niveau de fonctionnement légèrement moindre, en termes de capacité des patients à prendre soin d'eux-mêmes, d'activités quotidiennes et de capacité physique (mesurée selon l'échelle de statut de rendement ECOG) des patients atteints de M1 lors du diagnostic initial, en comparaison avec ceux ne présentant aucune métastase (M0) lors du diagnostic initial. […].

Cancer localisé de la prostate : la déprivation androgénique est fréquente en première intention

Caducee.net, le 20 mars 2002 : D'après une étude parue dans le Journal of the National Cancer Institute, les Américains avec un cancer de la prostate localisé reçoivent souvent en première intention un traitement par déprivation androgénique. De ce fait, les risques d'impuissance, de bouffées de chaleur et de gynécomastie devraient être mieux connus par le patient. […].

Cancer de la prostate et résistance : le récepteur aux androgènes est surexprimé

Caducee.net, le 22 décembre 2003 : Le niveau d’expression du récepteur aux androgènes module la résistance aux anti-androgènes utilisés dans le traitement du cancer de la prostate, indique une étude publiée dans Nature Medicine. Les résultats apportent des éclaircissements sur les mécanismes d’apparition de cette pharmacorésistance et sur les moyens éventuels de la contourner. […].

Hypertrophie bénigne de la prostate : associer deux traitements pour ralentir la progression

Caducee.net, le 29 mai 2002 : Selon un essai présenté au congrès de l’American Urological Association (AUA), l’association doxazosine + finastéride retarde la progression clinique de l’hypertrophie bénigne de la prostate par rapport à chacun de ces médicaments pris isolément. […].

Le laser vert pour le traitement peu invasif de la prostate : le nec plus ultra de l'urologie ? / La toute première édition du nouveau « Prostate NEWS »

PR Newswire, le 23 octobre 2007 : HEIDELBERG, Allemagne, October 23 /PRNewswire/ -- Le traitement de l'hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) connaît actuellement un changement radical. Des techniques laser ultramodernes sont en train de supplanter la méthode de résection classique. Entretien avec le Dr. Joachim-Ernst Deuster, urologue, fondateur de la Heidelberg Klinik für Prostata-Therapie. […].

Alimentation et hypertrophie bénigne de la prostate : un lien plutôt modeste

Caducee.net, le 25 mars 2002 : Les facteurs alimentaires n'auraient qu'un impact limité sur le risque d'hypertrophie bénigne de la prostate ou HBP. Une enquête épidémiologique américaine vient de mettre en évidence un lien assez faible entre l'HBP et l'apport énergétique total, la consommation de protéine et certains acides gras poly-insaturés. […].

Cancer de la prostate : identification des facteurs de risque et pertinence d’un dépistage par dosage de l’antigène spécifique de la prostate (PSA) de populations d’hommes à haut risque ?

Caducee.net, le 11 juin 2012 : La Haute Autorité de Santé publie, à la demande de la Direction Générale de la Santé (DGS), un rapport d’orientation sur la question de l’identification des facteurs de risque de survenue de cancer de la prostate et de la pertinence d’un dépistage par dosage de l’antigène spécifique prostatique (PSA) auprès de populations d’hommes considérées comme « à haut risque ». […].

Cancer de la prostate : les résultats immunologiques encourageants du premier essai de thérapie génique

Caducee.net, le 22 octobre 1999 : Une immunothérapie faisant appel à des injections de cellules cancéreuses autologues génétiquement modifiées a permis d’induire une réponse immunitaire cellulaire et humorale chez des patients atteints de cancer prostatique. […].

Cancer de la prostate : baisse sensible du sur-diagnostic et du sur-traitement

Cancer de la prostate : baisse sensible du sur-diagnostic et du sur-traitement

Caducee.net, le 22 mars 2016 : Pour la première fois, une étude publiée dans le dernier Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l'Institut de veille sanitaire (InVS) indique clairement une diminution du nombre d'ablations de la prostate, de dosage du PSA (« Prostate Specific Antigen ») et de biopsies de la prostate pratiqués dans le but de détecter un cancer. Et c'est une bonne nouvelle non seulement pour l'assurance maladie qui y trouve son compte financièrement mais surtout pour les patients qui dans de nombreux cas ne trouveront aucun bénéfice, au contraire, à se voir diagnostiquer un stade précoce du cancer de la prostate. […].

Janssen annonce que la Commission européenne approuve l'utilisation élargie de Erleada®▼ (apalutamide) pour le traitement des patients atteints d'un cancer de la prostate métastatique hormono-sensible

Janssen annonce que la Commission européenne approuve l'utilisation élargie de Erleada®▼ (apalutamide) pour le traitement des patients atteints d'un cancer de la prostate métastatique hormono-sensible

Janssen, le 30 janvier 2020 : « Le cancer de la prostate est la forme de cancer la plus répandue chez les hommes dans toute l'Europe, et l'approbation élargie de l'apalutamide représente une avancée significative pour les personnes vivant avec le CPmHS », a déclaré le Prof. Axel S. Merseburger, président du département d'urologie, Campus de Lübeck, Hôpital universitaire du Schleswig-Holstein à Kiel, en Allemagne. « Dans le traitement du cancer de la prostate, notre objectif premier est de toujours retarder la progression de la maladie et de prolonger la survie, afin de garantir les meilleurs résultats possibles pour les patients. Les nouvelles d'aujourd'hui sont donc encourageantes pour les patients en Europe, pour lesquels l'importance d'une option de traitement supplémentaire pouvant à la fois retarder la progression de la maladie et prolonger la survie ne peut être sous-estimée ». […].

Les principaux thèmes de la Journée nationale de la prostate sont maintenant connus

PR Newswire, le 03 septembre 2007 : ARNHEM, Pays-Bas, September 3 /PRNewswire/ -- « Les risques d'être atteint d'une maladie de la prostate augmentent avec l'âge. Les antécédents familiaux, la descendance africaine ainsi qu'une alimentation riche en graisses animales et pauvres en fruits et légumes seraient d'autres facteurs susceptibles d'accroître les risques de développer une maladie de la prostate. Tous les hommes, particulièrement ceux qui sont âgées de plus de 50 ans, devraient être informés à ce sujet et sont priés de visiter leur urologue en cas d'inquiétudes », selon les directives de l'Association européenne d'urologie (EAU). […].

FIRMAGON® (dégarélix) est non inférieur à la goséréline et bicalutamide sur la réduction du volume prostatique dans le cancer de la prostate et offre un meilleur soulagement des symptômes de l’appareil urinaire inférieur

Businesswire, le 28 février 2012 : L’essai de phase IIIb CS30 évaluait FIRMAGON® en tant qu’hormonothérapie néoadjuvante chez les hommes présentant un cancer de la prostate à risque intermédiaire ou élevé. En effet, une analyse récemment publiée montre que chez les patients présentant un cancer de la prostate localisé à haut risque ou localement avancé, une suppression androgénique avant la radiothérapie peut améliorer la mortalité spécifique liée à la maladie ainsi que la survie globale par rapport à la radiothérapie seule5. Les résultats à 12 semaines de l’essai CS30 ont montré la non-infériorité de FIRMAGON® par rapport à l’association goséréline et bicalutamide sur la réduction du volume prostatique (variation moyenne du volume prostatique : -36 % sous FIRMAGON® contre -35,3 % sous goséréline plus bicalutamide). Par ailleurs, FIRMAGON® a montré un soulagement supérieur des LUTS par rapport à la goséréline plus bicalutamide. L’incidence globale des événements indésirables (EI) était similaire dans les deux groupes ; les EI les plus fréquents correspondaient aux effets prévisibles de la suppression androgénique1. […].

Un nouveau test de dépistage du cancer de la prostate est prêt à être commercialisé à la suite de réalisation satisfaisante de tests cliniques définitifs

Businesswire, le 08 août 2008 : Les résultats des études de validation clinique en double aveugle, de phase I, II et III réalisées avec des tissus prostatiques prélevés sur des sites multiples, notamment ceux qui ont été testés en collaboration avec le centre de cancérologie MD Anderson Cancer Center, ont fait la preuve d’un taux de réussite très élevé pour l’identification de la présence de cellules cancéreuses prostatiques de 3ème degré ou plus (cancer significatif sur le plan clinique), ainsi que de cellules normales et HPB (hyperplasie prostatique bénigne). À ce jour, 322 tissus prostatiques ont été testés. Les résultats combinés des études de validation clinique en double aveugle récemment réalisées ont démontré que le nouveau test diagnostique moléculaire génique du cancer de la prostate parvenait à une sensibilité de 90 % pour l’identification correcte de la présence de cellules cancéreuses de 3ème degré ou plus et à une sensibilité de 97 % pour l’identification correcte de cellules non cancéreuses (normales et BPH), ce qui représente une précision globale de 93 % pour le test. […].

Appel à l'action contre les décès du cancer de la prostate en Europe

PR Newswire, le 18 septembre 2009 : ANVERS, Belgique, September 18 /PRNewswire/ -- Une coalition de groupes de soutien et de professionnels européens influents se réunit aujourd'hui pour lancer un appel à l'action auprès du parlement européen afin qu'il s'engage à prendre des mesures sérieuses pour réduire le nombre d'hommes atteints par et mourant du cancer de la prostate. Ce, en garantissant aux hommes ayant un profil à risque ou atteints du cancer de la prostate un accès rapide aux informations ainsi qu'aux services de soins et de soutien. […].

Hypertrophie bénigne de la prostate : vers un traitement personnalisé

Hypertrophie bénigne de la prostate : vers un traitement personnalisé

AFU, le 26 novembre 2018 : Avec l’âge, la prostate augmente de volume et perd de sa souplesse. Cette évolution naturelle et normale peut entraîner des troubles urinaires qui obèrent la qualité de vie. L’enrichissement de la palette des traitements médicamenteux et des approches chirurgicales permet aujourd’hui de proposer un suivi personnalisé aux patients souffrant d’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP). Le rapport annuel de l’Association française d’Urologie, qui sera présenté au prochain congrès français d’urologie (CFU), est consacré à cette prise en charge. […].

nuance

Les plus