nuance

Détecter les sténoses coronaires avec l'angiographie par résonance magnétique

Un groupe international rapporte dans le NEJM les bons résultats de l'angiographie par résonance magnétique pour la détection des sténoses coronaires. Selon les résultats publiés, cette technique non invasive est aussi efficace que l'angiographie par rayons X pour écarter la présence d'une lésion du tronc commun gauche ou une maladie tritronculaire.

Cette étude signée Kim et al. est parue dans l'édition du 27 décembre du New England. Ces auteurs ont recruté 109 hommes et femmes chez lesquels une sténose coronaire était suspectée. Un matériel et un protocole standardisé étaient utilisés pour réaliser les angiographies par résonance magnétique.

Les patients ont bénéficié dans un premier temps d'une angiographie par résonance magnétique dont la durée était d'environ 70 minutes. Une angiographie par rayons X était ensuite réalisée et les résultats des deux méthodes comparés.

L'angiographie par résonance magnétique a identifié 83 % (78/94) des sténoses coronaires (>50 %) détectées par angiographie par rayons X. En prenant comme référence l'angiographie par rayons X, la précision globale était de 72 % pour l'ensemble des sténoses coronaires.

Les auteurs soulignent l'efficacité de l'angiographie par résonance magnétique pour les lésions du tronc commun gauche ou les atteintes coronariennes tritronculaires : la sensibilité et la spécificité de la méthode étaient respectivement de 100 % et 85 %. La valeur prédicitive négative était de 81 % pour l'ensemble des sténoses et de 100 % pour les sténoses du tronc commun gauche ou les atteintes tritronculaires.

Cette technique donne donc de bons résultats pour l'identification des sténoses du tronc commun gauche ou les sténoses trictronculaires. Par ailleurs, sa valeur prédictive négative élevée pourrait aider à écarter la présence d'une atteinte majeure et ainsi éviter l'emploi de l'angiographie par rayons X. Cette étude multicentrique montre aussi que l'emploi de l'angiographie par résonance magnétique peut être standardisé et donc généralisable.

Ces résultats sont commentés par Achenbach et Daniel dans un éditorial du NEJM. Ils soulignent que cette étude représente une avancée majeure dans l'angiographie non invasive par résonance magnétique. Bien que la durée de l'examen soit importante, ils s'accordent avec Kim et al. sur un point essentiel : son intérêt pour écarter la présence de sténoses majeures chez des patients sélectionnés.

Source : N Engl J Med 2001;345:1863-9, 1909-10.

Descripteur MESH : Angiographie , Rayons X , Angiographie par résonance magnétique , Tronc , Maladie , Emploi , Patients , Édition , Éditorial , Étude multicentrique , Femmes , Hommes , Méthodes , Temps

nuance

Recherche scientifique: Les +