nuance

61 % des téléconsultations de LIVI proviennent de déserts médicaux

illustration6 mois après le début du remboursement par l’assurance maladie des téléconsultations médicales, LIVI, opérateur européen d’origine suédoise, revendique pas moins de 16 000 consultations, dont 61 % seraient issues de déserts médicaux. Les données publiées par LIVI confirment non seulement la téléconsultation comme outil pertinent de lutte contre les déserts médicaux, mais aussi comme levier de désengorgement des urgences.

Plus de 16 000 téléconsultations réalisées en 6 mois, dont une large majorité issue de déserts médicaux

LIVI, le centre de santé digital, passe la barre des 16 000 consultations en moins de 6 mois. Si au niveau national, 61 % des consultations se sont déroulées en Zone d’Intervention Prioritaire (ZIP), en Zone d’Action Complémentaire (ZAC) ou zone de vigilance, c’est-à-dire dans un désert médical, en Ile-de-France, ce sont plus de 85 % qui proviennent d’un désert médical.

Selon LIVI, ces chiffres démontrent l’efficacité de la téléconsultation dans la lutte contre les déserts médicaux, et témoignent de l’intérêt du digital pour apporter du temps médical supplémentaire dans les territoires où il en manque.

L’opérateur a par ailleurs demandé aux patients ce qu’ils auraient fait sans l’opportunité d’utiliser LIVI. Il en ressort que si une majorité avait cherché à un consulter un médecin de ville, 28 % d’entre eux, se seraient rendus aux urgences ou auraient appelé un service d’urgence.

« Ce pourcentage montre que la téléconsultation est un dispositif réellement efficace pour pallier l’engorgement des services d’urgence, et répond aux attentes des patients et des autorités de santé. » LIVI

Des motifs de consultations variés 

Comme l’ensemble des offreurs de soins du territoire, LIVI a contribué à la prise en charge des pics épidémiques ; l’activité variée et composée de pathologies saisonnières ou de symptomatologies non spécifiques a permis d’éviter des passages aux urgences dans les cas où le médecin traitant du patient n’est pas disponible.

Top 5 des motifs de consultation via l’application

1. Rhume et syndrome grippal (12 %)
2. Diarrhée ou vomissements (9 %)
3. Maux de gorge (8 %)
4. Fièvre (7 %)
5. Éruptions cutanées et démangeaison (7 %)

 

« Nous sommes satisfaits de ces derniers chiffres issus des 6 mois de téléconsultation qui remplissent totalement notre promesse d’offreur de soins. La capacité de LIVI à prendre en charge les patients pour de nombreux symptômes prouve la nécessité d’encourager le développement de solutions alternatives, dont la téléconsultation fait entièrement partie, pour contrer les déserts médicaux ou l’engorgement des urgences ? » explique Maxime Cauterman, Directeur médical LIVI.

Ces premiers chiffres de l’année 2019 réaffirment le potentiel de la téléconsultation comme réponse aux enjeux actuels, et surtout la nécessité d’encadrer la pratique pour les années à venir. ? « Nous sommes très soucieux de la pertinence des soins effectués par notre équipe médicale. Il est important pour nous de poursuivre dans cette direction, afin de développer une offre adaptée aux besoins des patients, et des territoires. » affirme Maxime Cauterman.

 

 

À propos de LIVI

Lancé en France le 15 septembre 2018, LIVI permet aux patients, où qu’ils soient sur le territoire, d’avoir accès à un médecin généraliste en quelques minutes. Ouvert du lundi au samedi de 7 h à 23 h et le dimanche de 10 h à 20 h

LIVI fonctionne comme un centre de santé digital et permet aux patients de consulter un médecin en vidéo, via une application gratuite disponible sur smartphone et tablette(iOs et Android).


D’origine suédoise, l’entreprise KRY a levé 53 millions d’euros en 2018 pour financer son développement européen. Outre la suède, KRY est présent en Angleterre, en Norvège et en France

Descripteur MESH : Urgences , Lutte , Maladie , Patients , Soins , Santé , France , Syndrome , Fièvre , Diarrhée , Solutions , Temps , Angleterre , Norvège , Suède

nuance

Informatique médicale: Les +