nuance

Doctolib se lance sur le marché du logiciel de gestion de cabinet médical avec une offre « SaaS »

illustrationDoctolib a annoncé hier la mise à disposition d’un logiciel de gestion de cabinet médical à l’attention des médecins libéraux. Proposé à travers le « cloud » en mode « SaaS », « Doctolib Médecin » s’affiche comme un logiciel fluide, moderne, rapide, accessible depuis un simple navigateur Internet sur ordinateur ou sur smartphone. Doctolib promet de faire gagner à ses utilisateurs jusqu’à 4 heures de temps administratif chaque semaine.

Après la prise de rendez-vous en ligne et la téléconsultation, l’entreprise de Levallois évaluée à plus d’un milliard de dollars vient d’ajouter une troisième corde à son arc en proposant aux médecins libéraux un outil de gestion de cabinet médical.

Au menu de ce logiciel, les médecins pourront trouver un espace de consultation incluant l’historique médical du patient, une aide à la prescription avec « Vidal expert » (en option) et l’accès à des protocoles conformes aux dernières recommandations de la HAS (fin 2021). Des outils sont proposés pour partager en un clic voire automatiquement les documents produits par le médecin pendant la consultation au sein d’un espace numérique de santé « 100 % sécurisé ». Pour le médecin, la possibilité offerte aux patients d’accéder en ligne à tout moment à leurs ordonnances, sonne un peu comme la garantie de voir moins de patients débouler au cabinet en urgence, car ils ont perdu l’ordonnance qui leur avait été remise en main propre.

Enfin Doctolib fait la promesse d’une gestion documentaire intelligente, rapide et simple d’usage. Ainsi il deviendrait possible de prendre en photo avec son smartphone un document qui vient s’ajouter automatiquement au bon dossier patient ou encore de centraliser au même endroit toute la documentation médicale de façon structurée et sans latence excessive.

Pour tenir ses promesses, la licorne de la e-santé mise sur des algorithmes de reconnaissance optique de caractères qui lui permettrait de classifier automatiquement les documents selon le nom du patient, la date ou leur nature.

Après la consultation Doctolib Médecin mise sur la fluidité de la télétransmission en réduisant au minimum les fenêtres intempestives de confirmation.

« Mon ancien logiciel me demandait 13 clics pour télétransmettre et récupérer les retours NOÉMIE. C’est énorme ! », s’exclame le docteur Jean-Luc Perrot, médecin généraliste à Besançon (25). « Les es sont inutiles, de même que les fenêtres de confirmation. Doctolib Médecin ne va pas dans ce sens-là : sa fluidité d’action est vraiment appréciable et peut améliorer notre confort », estime-t-il sur Doctolib.fr. 

Le logiciel propose enfin un tableau de recette annoncé comme « clair et détaillé ». Un préambule à un futur module de comptabilité ?

Pour ce projet Doctolib a mobilisé 250 salariés depuis 2019 et a investi une bonne part des 150 millions d’euros qu’elle avait levés à l’époque. 2000 médecins testeurs déjà client de Doctolib ont également contribué à peaufiner le logiciel commercialisé en mode SaaS (Software As A Service ou Logiciel en tant que Service en français) au prix mensuel de 135 €. Le juste prix à payer pour se passer d’un serveur au cabinet et de l’ensemble des contraintes qui vont avec ? Avec la prise de rendez-vous et la téléconsultation, le loyer mensuel à verser à Doctolib pour le package complet sera donc d’environ 350 € par mois.

Si ce marché est occupé par des poids lourds, dont Cegedim et sa filiale Maiia ou l’allemand CompuGroup Médical, la concurrence ne semble guère effrayer le fondateur de Doctolib, Stanislas Niox-Château pour qui « les outils existants ont une vingtaine d’années de retard » selon l’AFP.

Coté sécurité, il vante un « chiffrement de bout en bout » des données, auquel « ni Doctolib ni un tiers ne peut accéder ». Il explique que seuls les médecins et les patients pourront accéder aux données les concernant et qu’il est exclu de les vendre à l’industrie pharmaceutique « contrairement à la majorité des logiciels médicaux actuels ». L’objectif est de convaincre quelques dizaines de milliers de médecins déjà clients.

Descripteur MESH : Logiciel , Médecins , Temps , Internet , Patients , Santé , Main , Algorithmes , Nature , Documentation , Ordonnances , Sécurité

nuance

Informatique médicale: Les +