nuance

Stérilisation par ligature des trompes : pas plus de risques d’anomalies menstruelles

Les femmes qui ont subi une stérilisation par ligature des trompes n’ont pas plus de risques que les autres femmes de présenter des anomalies du cycle menstruel. C’est ce qui ressort d’une étude américaine parue dans le New England Journal of Medicine.

Le problème des anomalies du cycle menstruel suite à une ligature des trompes est débattu depuis plusieurs décennies. Aussi, le Dr H. Peterson et ses collaborateurs ont utilisé les données du Collaborative Review of Sterilization afin de déterminer si la probabilité des anomalies persistantes du cycle menstruel est plus importante chez les femmes ayant subi une ligature des trompes comparé à celles qui n’ont pas été stérilisées.

Un total de 9514 femmes ayant subi une stérilisation par ligature des trompes et 573 femmes dont les partenaires ont subi une vasectomie sont entrées dans une étude de cohorte prospective multicentrique. Ces femmes ont été interrogées par téléphone pendant cinq ans (une enquête téléphonique annuelle).

L’étude montre que les femmes qui ont subi une ligature des trompes n’ont pas rapporté plus de changements persistants dans les saignements inter-menstruels ou dans la longueur du cycle, comparé aux femmes qui n’ont pas subi cette intervention.

Néanmoins, comparé aux femmes non-stérilisées, les femmes qui ont subi cette stérilisation ont rapporté une diminution du nombre de jours des saignements (odds ratio=2,4 ; IC 95 % = 1,1-5,2), une diminution de la quantité des saignements (odds ratio = 1,5 ; IC 95 % = 1,1-2,0) et une diminution des douleurs menstruelles (odds ratio = 1,3 ; IC 95 % = 1,0-1,8). L’augmentation des irrégularité du cycle est plus probable chez ces femmes (odds ratio = 1,6 ; IC 95 % =1,1-2,3).

Parmi les femmes qui ont eu des saignement très importants, les femmes qui ont subi cette stérilisation ont une probabilité plus importante de présenter une diminution de ces saignements, comparé aux femmes qui n’ont pas subi cette intervention (45 % vs 33 %, P = 0,03).

En conclusion, les femmes qui ont subi une ligature des trompes ne présentent pas plus d’anomalies du cycle menstruel que les autres femmes.

Source : N Engl J Med 2000 ; 343 : 1681-1687

Descripteur MESH : Ligature , Femmes , Cycle menstruel , Stérilisation , Probabilité , Téléphone , Vasectomie

nuance

Recherche scientifique: Les +