Vous êtes dans : Accueil > Actualités médicales >

Probabilité

190 résultats triés par date
affichage des articles n° 1 à 19

Expression des gènes et cancer : une question de probabilité ?

CNRS, le 01 janvier 2006 : Sait-on pourquoi un gène s'exprime ou non, au sein d'une cellule ? Depuis les années 60, l'explication la plus courante fait appel à la notion de programme génétique : il existe dans toute cellule des gènes dits répresseurs ou activateurs qui commandent ou répriment la production de protéines indispensables à la cellule. Depuis une quarantaine d'années, plusieurs démonstrations expérimentales sont venues remettre en question cette approche déterministe (une molécule-signal au niveau du gène détermine une réponse de la cellule) au profit d'une nouvelle théorie dite probabiliste : un gène a simplement une probabilité de s'exprimer ou pas à tout moment. Les travaux de chercheurs de l'Inserm, du CNRS et de l'Université Pierre et Marie Curie1 apportent une contribution supplémentaire à l'édification de cette nouvelle théorie du développement embryonnaire. Le changement de paradigme que sous-tendent ces nouvelles données permet notamment de considérer les phénomènes de la cancérogenèse, sous un angle totalement nouveau. Ces travaux, publiés ce mois-ci dans la revue Progress in Biophysics & Molecular Biology, sont accessibles en ligne2. […].

Un petit gabarit à la naissance réduit la probabilité de se marier

Caducee.net, le 30 mars 2001 : Ce sont les résultats d'une étude parue dans le British Medical Journal, et qui montre que les hommes ayant un faible poids à la naissance sont moins susceptibles de se marier. […].

Déclaration de la société pharmaceutique Schwabe à propos des résultats de l’étude GEM (Ginkgo Evaluation of Memory) publiés dans le Journal of the American Medical Association: l'étude GEM laisse certaines questions sans réponse.

Businesswire, le 18 novembre 2008 : GEM est l’une des cinq études qui s’intéressent ou se sont intéressées à l’effet de l’extrait de ginkgo normalisé dans la prévention de la démence. L’étude GEM a évalué la probabilité de développer une démence chez 3069 sujets (âgés en moyenne de 79 ans lors de leur inclusion) recevant quotidiennement 240 mg d’EGb 761® ou un placebo. Au cours des 6 années qu'a duré la période de traitement, l'observance est tombée à 60 % seulement. […].

Poids et réduction de la fertilité sont liés pour les femmes sous procréation assistée

Caducee.net, le 24 novembre 2000 : Une surcharge pondérale importante tout comme un poids insuffisant sont associés à une réduction de la probabilité de mener à terme une grossesse chez des femmes recevant un traitement de procréation assistée. Ce sont les résultats d’une étude rétrospective australienne parue dans le Bristish Medical Journal. […].

La résistance des moustiques aux insecticides perturbe le développement des parasites

Caducee.net, le 26 octobre 2000 : Une étude parue dans Nature montre que le moustique Culex quinquefasciatus résistant aux insecticides a une probabilité moindre de transmettre la filariose que ses congénères sensibles. Si ces découvertes surprenantes s’étendent à d’autres espèces d’insectes, ceci aura des conséquences importantes pour le contrôle des maladies transmises par les moustiques. […].

Les saignements colo-rectaux sont associés à un risque plus élevé de cancer colo-rectal chez les plus de 60 ans

Caducee.net, le 20 octobre 2000 : Une étude belge parue dans BMJ montre que les individus ayant des saignements colo-rectaux ont une probabilité plus importante d’avoir un cancer s’ils sont âgés de plus de 60 ans et si ce symptôme est associé à un état de fatigue, à une perte de poids et à la présence d’une masse palpable. […].

La susceptibilité génétique au mélanome est influencée par des facteurs géographiques

Caducee.net, le 19 juin 2002 : Les mutations du gène CDKN2A sont les causes les plus fréquentes des cas familiaux de mélanome. Selon une étude internationale, la probabilité de développer un mélanome pour les porteurs de ces mutations est surtout influencée par les variables géographiques. […].

Hypertension : le risque à long terme est élevé

Caducee.net, le 27 février 2002 : Le risque de développer une hypertension serait de 90 % pour les Américains âgés de 55 à 65 ans. Ce chiffre correspond à la probabilité pour qu'un individu de cette tranche d'âge développe une hypertension durant le temps qui lui reste à vivre. […].

Pas de relation entre téléphone portable et cancer cérébral

Caducee.net, le 20 décembre 2000 : Une étude rétrospective portant sur des individus utilisant régulièrement le téléphone cellulaire montre qu’il n’y a pas d’association entre sa fréquence d’utilisation et la probabilité de développer une tumeur cérébrale. Les résultats de cette étude américaine sont parus dans le Journal of the American Medical Association. […].

Café et grossesse : risque d’avortement spontané au-delà de 6 tasses

Caducee.net, le 24 novembre 1999 : La probabilité est faible qu’une consommation modérée de caféine augmente le risque d’avortement spontané, montre une étude américaine publiée dans le New England Journal of Medicine. En revanche, ce risque existe, en particulier au cours du deuxième trimestre de la grossesse, lorsque les concentrations sériques maternelles de paraxanthine, métabolite principal de la caféine, sont particulièrement élevées, équivalentes à une consommation de plus de 6 tasses de café américain par jour (600 mg de caféine). […].

La majorité des souches de VIH résistantes seraient présentes avant le début de la thérapie

Caducee.net, le 04 juillet 2000 : Selon une étude publiée dans le très sérieux journal Proceedings of the National Academy of Sciences, la plupart des souches de VIH résistantes aux antirétroviraux ne seraient pas générées durant la thérapie mais seraient préexistantes. Pour arriver à ce résultat, deux chercheurs ont développé un modèle mathématique complexe permettant de calculer la probabilité que ces mutants préexistent ou qu'ils apparaissent au cours du traitement. […].

Dépistage du cancer du sein

F.Girard, le 11 juillet 2001 : Le dépistage du cancer du sein reste un problème d'actualité, il s'agit du cancer féminin le plus fréquent, responsable de 10 789 décès par an, la probabilité d'avoir un cancer du sein étant évalué, pour une femme française, à ce jour à 10,1 %. […].

Parents : arrêtez de fumer, il sera alors d'autant moins probable que vos enfants fument

PR Newswire, le 29 mai 2008 : LONDRES, May 29 /PRNewswire/ -- Si les deux parents d'un enfant n'ont jamais fumé, des études montrent que la probabilité que leur enfant fume quotidiennement est réduite de plus de 70 %(1) par rapport à la situation où les deux parents continuent de fumer. Si les deux parents étaient fumeurs mais qu'ils arrêtent, cette probabilité est réduite de près de 40 %.(1) D'autres études montrent que les mères qui arrêtent de fumer sont moins susceptibles d'avoir des enfants qui se mettent à fumer.(2) […].

La fertilité des femmes commence à diminuer dès 25 ans

Caducee.net, le 30 avril 2002 : C'est la première fois que l'on montre que la fertilité des femmes diminue avant leur trentième année, indique une étude publiée aujourd'hui dans la revue Human Reproduction. On pensait jusqu'à présent que ce déclin survenait à partir de trente ans. […].

illustration

#diabete : les glucomètres inégaux en précision selon une étude menée par Ascensia

Ascensia Diabetes Care, le 21 février 2020 : MADRID, 21 février 2020 /PRNewswire /-- Aujourd'hui, lors de la conférence internationale sur les technologies et les traitements avancés pour le diabète (ATTD) 2020, Ascensia a présenté les données d'une étude qui a évalué les performances des systèmes de contrôle de la glycémie (glucomètres) lorsqu'ils étaient utilisés avec des applications mobiles (applis) pour la gestion du diabète1.  […].

Détection de la maladie coronaire par les examens non invasifs d’imagerie cardiaque chez le patient symptomatique stable: la seule performance diagnostique est-elle suffisante pour guider la stratégie?

Pr Pascal GUERET, le 24 février 2015 : De nombreuses méthodes non invasives d’imagerie cardiaque sont actuellement à notre disposition pour rapporter à une maladie coronaire les douleurs thoraciques ressenties par un patient stable: électrocardiogramme d’effort, scintigraphie myocardique, échocardiographie de stress, IRM de stress, Tomographie à Emission de Positons et scanner coronaire. D’après les recommandations européennes récentes, la démarche diagnostique doit être guidée par l’estimation préalable du niveau de risque coronaire auquel se situe le patient. Le choix de la méthode la plus appropriée dépend ensuite des paramètres habituels que sont la disponibilité locale, l’expertise locale et le respect des contre indications respectives de chaque examen. Bien qu’empruntant des voies physiopathologiques différentes, la performance diagnostique de ces examens pour détecter une maladie coronaire est actuellement assez comparable. A elle seule, elle n’est donc pas suffisante pour justifier la démarche diagnostique choisie. Il est devenu très important de prendre en considération les risques de chacun de ces examens auxquels sont éventuellement exposés les patients ainsi que les données médico économiques de coût/efficacité. […].

Inégalité aux USA entre les hommes et les femmes devant l’administration du traitement de l’infarctus aigu du myocarde

Caducee.net, le 10 juillet 2000 : Comparés aux hommes, les femmes reçoivent un traitement légèrement moins intensif lors de la prise en charge précoce des infarctus aigus du myocarde. Cependant, beaucoup de ces différences sont peu importantes et il n’existe pas d’effet apparent sur la mortalité précoce. C’est ce que montre une étude conduite par des cliniciens du département de cardiologie du Swedish Medical Center de Seattle (Etat de Washington, USA). […].

Le TYSABRI®indique une amélioration durable des résultats fonctionnels chez les patients atteints de sclérose en plaques, selon une nouvelle analyse "post-hoc"

Businesswire, le 19 septembre 2008 : "Ces résultats indiquent que les patients traités par TYSABRI constatent beaucoup plus fréquemment une amélioration durable de leur invalidité que ceux traités par placebo. Cette constatation, en résultat d'une analyse "post-hoc" de l'essai pivot AFFIRM soutient à la fois les constatations précédentes de l'essai AFFIRM, selon lesquelles le TYSABRI est associé à une amélioration de la qualité de la vie et à des cas isolés de recouvrement fonctionnel chez certains patients." a déclaré Frederick E. Munschauer, MD, Professeur et Président du Service de Neurologie de l'Université d'Etat de New York à Buffalo. "Alors que, à l'image du TYSABRI, d'autres thérapies ont montré un ralentissement de la progression de l'invalidité, cette analyse correspond à la première preuve d'amélioration fonctionnelle durable, associée à une thérapie approuvée de modification de la maladie." […].

Les plus