nuance

Vache folle en France : de nouvelles estimations

Selon les calculs d'une épidémiologiste anglaise, au moins 1.200 animaux auraient été infectés par l'agent infectieux de l'ESB en France depuis 1987. Cet article publié aujourd'hui dans la célèbre revue Nature indique également que 49 animaux infectés auront été consommés pendant l'année 2000. Il faut souligner que ces résultats sont issus d'un modèle mathématique, qui en tant que modèle, présente donc des limitations. Néanmoins, il semble confirmer une sous-déclaration des cas d'ESB depuis le début de l'épidémie.

Ce modèle mathématique de l'épidémie d'ESB utilise les données françaises publiées et des paramètres d'une analyse de l'épidémie en Grande-Bretagne.

Le Dr Christl Donnely de l'Imperial College School of Medicine de Londres présente plusieurs estimations correspondant chacune à un scénario différent.

Concernant le nombre d'animaux infectés par l'agent infectieux de l'ESB depuis 1987, il serait de 1.200 (900-1.400) si l'on estime que tous les cas ont été recensés, scénario qui paraît peu probable. A titre de comparaison, le Ministère indique 165 animaux infectés en France pour la période de février 1991 au 13 décembre 2000.

Toujours dans l'hypothèse d'un recensement exhaustif, 49 (37-61) animaux infectés seront rentrés dans la chaîne de consommation en l'an 2000, selon les estimations du Dr Donnely.

Dans l'hypothèse d'une sous-estimation des cas, 7.300 (4.700-9.800) animaux auraient été infectés depuis 1987 et 100 (81-120) bovins infectés auront été consommés en l'an 2000.

Cette étude, validée par un comité de relecture compétant, peut paraître alarmante. Néanmoins, il semble très difficile d'évaluer le nombre exact d'animaux qui ont été infectés par l'ESB.

Dans sa conclusion, le Dr Christl Donnely note que seules des études de cohorte rigoureuses permettront de "réexaminer les risques potentiels posés par la consommation de bœuf provenant de pays avec des cas natifs d'ESB".

Un point essentiel n'a pas été abordé par l'auteur : le risque pour le consommateur replacé dans un contexte d'interdiction des tissus potentiellement infectieux.

L'épidémiologie de l'ESB et la physiopathologie du nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (nvMCJ, vraisemblablement lié à l'agent infectieux de l'ESB) soulèvent encore de nombreuses questions. On peut rappeler à ce sujet une étude publiée également dans le journal Nature (Nature 2000;406:583-584, voir dépêche du 18/10/2000 ), qui estimait le nombre total de nvMCJ entre 63 cas et 136.000.

Source : Nature 2000;408:787-788

Descripteur MESH : France , Neurologie , Animaux , Calculs , Auteur , Bovins , Épidémiologie , Études de cohorte , Londres , Maladie , Nature , Risque , Tissus

nuance

Recherche scientifique: Les +