nuance

Les antagonistes du glutamate limitent la croissance tumorale

D'après une étude in vitro sur plusieurs lignées tumorales humaines, les antagonistes des récepteurs au glutamate sont capables de réduire la prolifération des cellules cancéreuses en jouant à la fois sur la division et la mort cellulaire. Selon les chercheurs à l'origine de cette découverte, ces données indiquent que ces antagonistes des récepteurs au glutamate présentent un potentiel anticancéreux.

Cet effet des antagonistes des récepteurs au glutamate est présenté par Rzeski et al. dans un article qui vient de paraître sur le site de la revue Proceedings of the National Academy of Science.

Comme le rappellent les auteurs, on distingue plusieurs sous-types de récepteurs activés par le glutamate dont les récepteurs NMDA et AMDA qui ont été plus précisément étudiés dans ce travail.

Plusieurs types d'antagonistes des récepteurs NMDA et AMDA ont été testés par ces chercheurs sur des cellules de cancer du colon, du sein, des poumons, de la thyroïde ou encore sur des cellules d'astrocytomes et de neuroblastomes.

L'effet antiprolifératif des ces antagonistes a été observé sur les différents types tumoraux testés et pouvait être reproduit avec plusieurs antagonistes des récepteurs AMDA et NMDA, ce qui tend à confirmer le rôle de ces récepteurs. L'action de ces antagonistes résulte à la fois d'une diminution des divisions cellulaires et d'une augmentation des morts cellulaires. Autre fait marquant, ces composés diminuent également la migration des cellules cancéreuses. Enfin, ils exercent une action synergique avec le cyclophosmamide ou le cisplatine par exemple.

Les auteurs précisent toutefois que la sensibilité des lignées cellulaires testées est variable selon l'antagoniste du glutamate employé et que le calcium joue un rôle central dans les processus d'inhibition de la prolifération.

"Cette étude fournit de nouveaux défis importants pour les chercheurs sur le cancer et l'industrie pharmaceutique", estiment Cavalheiro et Olney dans un commentaire des travaux de Rzeski et al.. "Il faudra déterminer si les antagonistes du glutamate exercent un effet similaire in vivo et identifier les voies de signalisations utilisées par ces antagonistes pour inhiber la prolifération et la migration des cellules tumorales".

Source : Proc Natl Acad Sci USA 2001. Wojciech Rzeski, Lechoslaw Turski, and Chrysanthy Ikonomidou ; Glutamate antagonists limit tumor growth. Esper A. Cavalheiro, John W. Olney ; Glutamate antagonists: Deadly liaisons with cancer. Publiés le 1 mai sur le site du journal www.pnas.org.

Descripteur MESH : Croissance , Récepteurs au glutamate , Cellules , In vitro , Mort , Mort cellulaire , Rôle , Calcium , Cisplatine , Commentaire , Industrie , Industrie pharmaceutique , Joue , Travail

nuance

Recherche scientifique: Les +