nuance

Le Darzalex®▼ (daratumumab) montre une augmentation significative de la survie sans progression dans le traitement des patients atteints de myélome multiple récidivant ou réfractaire

illustration« Ces données de l'étude de Phase 3 CANDOR renforcent l'ensemble croissant de preuves soutenant l'utilisation de régimes contenant du daratumumab dans le traitement du myélome multiple », a déclaré Saad Z. Usmani, D.M., chef de la division Troubles liés aux cellules plasmatiques au Levine Cancer Institute et investigateur principal. « Les résultats apportent des preuves importantes pour ce traitement d'association dans les cas de myélome multiple récidivant ou réfractaire, où les besoins non satisfaits sont encore importants, en particulier chez les patients réfractaires au lénalidomide. »

  • La première étude de Phase 3 a révélé l'avantage d'ajouter l'anticorps ciblant le CD38 daratumumab au carfilzomib et à la dexaméthasone en comparaison avec le carfilzomib et la dexaméthasone seuls
  • Données sélectionnées en tant que résumé des derniers résultats lors de l'ASH 2019

Les sociétés pharmaceutiques Janssen de Johnson & Johnson annoncent ce jour les résultats de l'étude de Phase 3 CANDOR, qui ont démontré que l'ajout de Darzalex® (daratumumab) au carfilzomib (Kyprolis®▼) et à la dexaméthasone (DKd), par rapport au carfilzomib et à la dexaméthasone (Kd) seuls, a amélioré de façon significative la survie sans progression (SSP) chez les patients atteints d'un myélome multiple récidivant ou réfractaire, diminuant de 37 % le risque de progression de la maladie ou de décès (rapport de risque [RR]=0,63 ; intervalle de confiance à 95 % [IC], 0,46-0,85 ; p=0,0014).1 Les résultats de l'étude ont été présentés pour la première fois sous la forme d'un résumé des dernières données (#LBA-6) au congrès annuel 2019 de la Société américaine d'hématologie (ASH).

« Ces données de l'étude de Phase 3 CANDOR renforcent l'ensemble croissant de preuves soutenant l'utilisation de régimes contenant du daratumumab dans le traitement du myélome multiple », a déclaré Saad Z. Usmani, D.M., chef de la division Troubles liés aux cellules plasmatiques au Levine Cancer Institute et investigateur principal. « Les résultats apportent des preuves importantes pour ce traitement d'association dans les cas de myélome multiple récidivant ou réfractaire, où les besoins non satisfaits sont encore importants, en particulier chez les patients réfractaires au lénalidomide. »

Les résultats de l'étude CANDOR ont montré que, par rapport à la Kd seule, la bithérapie DKd se traduit par une SSP et des taux de réponse beaucoup plus élevés.1 Le critère d'évaluation principal de la SSP a été atteint après un suivi médian de 16,9 mois et de 16,3 mois pour les groupes DKd et Kd, respectivement.1 La SSP médiane n'a pas été atteinte dans le groupe DKd, elle a été de 15,8 mois dans le groupe Kd.1 À 12 mois, le taux de négativité de la maladie résiduelle minimale (MRM) était 10 fois supérieur chez les patients du groupe DKd que chez les patients traités avec de la Kd seule (12,5 % versus 1,3 % ; p<0,0001).1 Le taux de réponse globale était de 84 % dans le groupe DKd, contre 75 % dans le groupe Kd (p=0,0040).1 Le taux de réponse complète (RC) ou mieux était de 29 % (DKd) et de 10 % (Kd).1 La durée médiane du traitement était plus longue dans le groupe DKd que dans le groupe Kd (17,5 versus 10,1 mois).1

« Les données de l'étude CANDOR montrent que le daratumumab en association avec le carfilzomib et la dexaméthasone peut constituer une option thérapeutique prometteuse pour les patients atteints de myélome multiple et ayant régressé après 1 à 3 traitements précédents, surtout pour ceux ayant déjà reçu un traitement à base de lénalidomide et de bortézomib », a indiqué Craig Tendler, D.M., vice-président du développement clinique et des affaires médicales mondiales chez Janssen Research and Development, LLC. « Cette étude de Phase 3 s'ajoute à l'ensemble des résultats relatifs à l'utilisation du daratumumab en association avec des schémas thérapeutiques établis pour le traitement des patients atteints de myélome multiple récidivant. Nous nous engageons à poursuivre l'étude du daratumumab comme traitement des patients atteints de myélome multiple. »

« Ces données positives confirment la polyvalence du daratumumab en tant qu'option thérapeutique pour les patients atteints d'un myélome multiple dans différents contextes », a déclaré le Dr Patrick Laroche, responsable du domaine thérapeutique Hématologie pour la région Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA) chez Janssen-Cilag. « Nous sommes enthousiasmés par le rôle potentiel que cette combinaison pourrait avoir comme nouvelle approche thérapeutique pour cette population de patients. »

CANDOR est une étude parrainée par Amgen et cofinancée par Janssen Research & Development. L'étude comprenait des patients qui avaient déjà reçu 1 à 3 lignes de traitement antérieures pour le myélome multiple. Parmi les patients randomisés dans l'étude, respectivement 42 % et 90 % avaient déjà été exposés au lénalidomide et au bortézomib ; 33 % étaient réfractaires au lénalidomide et 29 % réfractaires au bortézomib.1

La survie globale (SG) médiane n'a pas été atteinte dans l'un ou l'autre groupe de traitement après une période de suivi médiane de 17 mois (RR=0,75 ; IC à 95 %, 0,49–1,13 ; p=0,0836).1 En général, le profil d'innocuité de l’association DKd correspondait aux profils d'innocuité connus du daratumumab et de la Kd, à l'exception des effets indésirables mortels liés au traitement qui étaient plus élevés dans le groupe DKd que dans le groupe Kd.1 La fréquence des événements indésirables (EI) de grade 3 et plus était respectivement de 82 % et de 74 % chez les patients des groupes DKd et Kd, tandis que des EI graves (EIG) ont été observés chez 56 % et 46 % des patients, respectivement.1 La fréquence de l'insuffisance cardiaque de grade 3 et plus était de 4 % (DKd) et de 9 % (Kd), amenant à des interruptions similaires du carfilzomib observées dans les deux groupes (DKd 4 % versus Kd 5 %).1 Le taux d'interruption du traitement attribuable aux EI était semblable dans les deux groupes (DKd 22 % versus Kd 25 %).1 Cinq décès ont été signalés comme étant liés au traitement dans le bras DKd (pneumonie, septicémie, choc septique, infection à Acinetobacter et arrêt cardiorespiratoire, n=1 pour chaque cas).1

#FIN#

En Europe, le daratumumab est indiqué :2

  • en association avec le lénalidomide et la dexaméthasone pour le traitement des patients adultes atteints d'un myélome multiple nouvellement diagnostiqué
  • en association avec le lénalidomide et la dexaméthasone, ou le bortézomib et la dexaméthasone, pour le traitement des patients adultes atteints d’un myélome multiple ayant déjà reçu au moins un traitement antérieur
  • en monothérapie pour le traitement des patients adultes atteints d'un myélome multiple en rechute ou réfractaire, ayant précédemment reçu un traitement incluant un inhibiteur du protéasome et un agent immunomodulateur et ayant affiché une progression de la maladie lors du dernier traitement

À propos de l'étude CANDOR

CANDOR est une étude de Phase 3 ouverte et randomisée portant sur le daratumumab, le carfilzomib et la dexaméthasone (DKd) comparativement au carfilzomib et à la dexaméthasone (Kd) seuls.1 L'étude a évalué 466 patients atteints d'un myélome multiple récidivant ou réfractaire sur 120 sites dans le monde qui avaient déjà reçu de 1 à 3 traitements antérieurs.1 Le critère d'évaluation principal était la survie sans progression et les principaux critères d'évaluation secondaires étaient le taux de réponse globale, le taux de maladie résiduelle minimale et la survie globale.1 La SSP a été définie comme le temps écoulé entre la randomisation et la progression de la maladie ou le décès, quelle qu'en soit la cause.1

Les patients ont été randomisés selon un ratio 2:1 dans les groupes DKd et Kd1 et tous les patients ont reçu du carfilzomib deux fois par semaine sous forme de perfusion intraveineuse (IV) de 30 minutes aux jours 1, 2, 8, 9, 15 et 16 de chaque cycle de 28 jours.3 L'administration de chaque dose prévue pouvait se faire dans un délai de ± deux jours.3 La dose était de 20 mg/m2 les jours 1 et 2 pendant le cycle 1 et de 56 mg/m2 à partir du 8e jour.3 Tous les patients ont reçu 40 mg de dexaméthasone par voie orale ou IV par semaine les jours 1 et 2 du cycle 1 (20 mg pour les patients > 75 ans).3 Dans le groupe de traitement, le daratumumab a été administré par voie intraveineuse à raison de 8 mg/kg aux jours 1 et 2 du cycle 1, et à raison de 16 mg/kg une fois par semaine pour les doses restantes des deux premiers cycles, puis toutes les 2 semaines pendant 4 cycles (cycles 3 à 6) et toutes les 4 semaines pendant les cycles restants ou jusqu'à la progression de la maladie.3

Pour plus d'informations sur cette étude, veuillez consulter le site www.clinicaltrials.gov sous le numéro d'identification d'essai NCT03158688.

À propos du daratumumab

Le daratumumab est un produit biologique d’un nouveau genre ciblant le gène CD38, une protéine de surface qui est fortement exprimée sur les cellules du myélome multiple, quel que soit le stade de la maladie.4 On estime que le daratumumab induit la mort des cellules tumorales par de nombreux mécanismes d'action à médiation immunitaire, dont la cytotoxicité dépendante du complément, la cytotoxicité à médiation cellulaire dépendante des anticorps et la phagocytose cellulaire dépendante des anticorps, ainsi que l'apoptose, durant laquelle une série d’étapes moléculaires à l’intérieur d’une cellule conduit à la mort de celle-ci.2 Un sous-groupe de cellules suppressives dérivées des cellules myéloïdes (CSDM CD38 ), lymphocytes T régulateurs CD38 (Tregs) et cellules B CD38 (Bregs) ont diminué avec le traitement par daratumumab.7 Depuis son lancement, 100 000 patients ont été traités avec du daratumumab à l’échelle mondiale.5 Le daratumumab fait l’objet d’une évaluation dans un programme de développement clinique complet concernant tout un éventail de cadres de traitement du myélome multiple, comme dans le cas d’un traitement de première ligne ou en cas de récidive.6,7,8,9,10,11,12,13 D’autres études en cours ou planifiées visent à évaluer son potentiel dans le traitement d'autres maladies hématologiques malignes et pré-malignes dans lesquelles le CD38 est exprimé, comme le myélome indolent.14,15 Pour de plus amples informations, veuillez consulter le site www.clinicaltrials.gov.

Pour de plus amples informations sur le daratumumab, veuillez consulter le résumé des caractéristiques du produit sur le site web de l'Agence européenne des médicaments (EMA) à l'adresse : https://www.ema.europa.eu/documents/product-information/darzalex-epar-product-information_en.pdf.

En août 2012, Janssen Biotech, Inc. et Genmab A/S ont conclu un accord mondial octroyant à Janssen une licence exclusive pour développer, fabriquer et commercialiser le daratumumab.16

À propos du myélome multiple

Le myélome multiple (MM) est un cancer du sang incurable commençant dans la moelle osseuse qui se caractérise par une prolifération excessive des cellules plasmatiques.17 En Europe, plus de 48 200 cas de MM ont été diagnostiqués en 2018, et plus de 30 800 patients en sont morts.18 Près de 60 % des patients atteints de MM ne survivent pas plus de cinq ans après le diagnostic.19

Bien que le traitement puisse déboucher sur une rémission, il est malheureusement fort probable que le patient rechute étant donné qu'il n'existe actuellement aucun traitement.20 On parle de MM réfractaire lorsque la maladie d'un patient progresse dans les 60 jours après le dernier traitement.21,22 On parle de cancer récidivant lorsque la maladie réapparaît après une période de rémission initiale, partielle ou complète.23 Tandis que certains patients atteints de MM ne présentent absolument aucun symptôme, la plupart d'entre eux sont diagnostiqués en raison de symptômes pouvant inclure des problèmes osseux, une numération globulaire basse, une élévation du taux de calcium, des problèmes rénaux ou des infections.24 Les patients qui rechutent après un traitement avec des thérapies standards, incluant des inhibiteurs du protéasome et des agents immunomodulateurs, présentent un pronostic défavorable et disposent de peu d’options thérapeutiques.25

À propos des sociétés pharmaceutiques Janssen de Johnson & Johnson

Chez Janssen, nous créons un avenir dans lequel la maladie appartiendra au passé. Nous sommes les sociétés pharmaceutiques de Johnson & Johnson. Nous travaillons sans relâche pour que cet avenir devienne une réalité pour les patients du monde entier, en luttant contre la maladie grâce à la science, en faisant preuve d'ingéniosité pour améliorer l'accès aux traitements et en luttant contre le désespoir de toutes nos forces. Nous nous concentrons sur des domaines médicaux où nous pouvons avoir un impact majeur, à savoir les troubles cardiovasculaires et le métabolisme, l'immunologie, les maladies infectieuses et les vaccins, les neurosciences, l'oncologie et l'hypertension pulmonaire. Pour plus d'informations, veuillez visiter www.janssen.com/emea. Suivez toute notre actualité sur www.twitter.com/janssenEMEA.

Janssen Research & Development, LLC, Cilag GmbH International ; Janssen Biotech, Inc. et Janssen-Cilag International NV font partie des sociétés pharmaceutiques Janssen du groupe Johnson & Johnson.

# # #

Mises en garde concernant les énoncés prospectifs

Le présent communiqué de presse contient des « énoncés prospectifs » au sens de la loi Private Securities Litigation Reform Act de 1995 pour ce qui concerne les avantages du daratumumab pour traiter les patients atteints de myélome multiple. Il est conseillé au lecteur de ne pas se fier indûment à ces énoncés prospectifs. Ces énoncés sont fondés sur les attentes actuelles à l'égard d'événements futurs. Si les suppositions sous-jacentes s’avèrent inexactes ou si des risques ou incertitudes, connus ou inconnus, se matérialisent, les résultats réels pourraient différer sensiblement des attentes et projections de Janssen Research & Development, LLC, de Janssen-Cilag International NV, de Janssen-Cilag Limited, de Janssen Biotech, Inc., de toute société pharmaceutique Janssen de Johnson & Johnson et/ou de Johnson & Johnson. Les risques et incertitudes incluent, sans toutefois s’y limiter : les problèmes et incertitudes inhérents à la recherche et au développement de produits, dont l’incertitude quant au succès clinique et à l’obtention des autorisations réglementaires ; l’incertitude quant au succès commercial ; les difficultés et retards dans la fabrication ; la concurrence, y compris les progrès technologiques, les nouveaux produits et brevets obtenus par nos concurrents ; la contestation de brevets ; les préoccupations concernant l’efficacité ou l’innocuité de produits résultant de rappels de produits ou d’actions réglementaires ; les modifications des comportements et des habitudes d’achat des acheteurs de produits et services de soins de santé ; les modifications des lois et réglementations en vigueur, y compris les réformes en matière de soins de santé à travers le monde ; ainsi que les tendances envers la maîtrise des coûts des soins de santé. Une liste et des descriptions plus détaillées de ces risques, incertitudes et autres facteurs figurent dans le rapport annuel de Johnson & Johnson sur formulaire 10-K pour l’exercice clos au 30 décembre 2018, y compris dans les sections intitulées « Cautionary Note Regarding Forward-Looking Statements » et « Item 1A. Risk Factors », dans le dernier rapport trimestriel déposé par la société sur formulaire 10-Q et dans les documents subséquents déposés par la société auprès de la Commission américaine des opérations de Bourse (la « SEC »). Des exemplaires de ces documents sont disponibles en ligne sur les sites www.sec.gov et www.jnj.com, ou sur demande auprès de Johnson & Johnson. Les sociétés pharmaceutiques Janssen de Johnson & Johnson et Johnson & Johnson rejettent toute obligation de mise à jour des énoncés prospectifs à la suite de nouvelles informations ou d'événements ou développements futurs.

1 Saad Z. Usmani, MD et al. Carfilzomib, Dexamethasone, and Daratumumab Versus Carfilzomib and Dexamethasone for the Treatment of Patients with Relapsed or Refractory Multiple Myeloma (RRMM): Primary Analysis Results from the Randomized, Open-label, Phase 3 Study CANDOR (NCT03158688). Congrès annuel 2019 de la Société américaine d'hématologie. Décembre 2019.

2 Agence européenne des médicaments. DARZALEX summary of product characteristics, août 2019. Disponible sur : https://www.ema.europa.eu/documents/product-information/darzalex-epar-product-information_en.pdf Dernière consultation en novembre 2019.

3 ClinicalTrials.gov. Study of Carfilzomib, Daratumumab and Dexamethasone for Patients With Relapsed and/or Refractory Multiple Myeloma. (CANDOR). NCT03158688. Disponible sur : https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT03158688 Dernière consultation en décembre 2019.

4 Fedele G, di Girolamo M, Recine U, et al. CD38 ligation in peripheral blood mononuclear cells of myeloma patients induces release of protumorigenic IL-6 and impaired secretion of IFNgamma cytokines and proliferation. Mediat Inflamm. 2013;2013:564687.

5 Janssen. Data on file: RF-82203. Daratumumab: New patient starts launch to date. Décembre 2019

6 ClinicalTrials.gov. A study comparing daratumumab, lenalidomide, and dexamethasone with lenalidomide and dexamethasone in relapsed or refractory multiple myeloma. NCT02076009. Disponible sur : https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT02076009 Dernière consultation en décembre 2019.

7 ClinicalTrials.gov. Addition of daratumumab to combination of bortezomib and dexamethasone in participants with relapsed or refractory multiple myeloma. NCT02136134. Disponible sur : https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT02136134 Dernière consultation en décembre 2019.

8 ClinicalTrials.gov. A study to evaluate daratumumab in transplant eligible participants with previously untreated multiple myeloma (Cassiopeia). NCT02541383. Disponible sur : https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT02541383 Dernière consultation en décembre 2019.

9 ClinicalTrials.gov. A study of combination of daratumumab and Velcade (bortezomib) melphalan-prednisone (DVMP) compared to Velcade melphalan-prednisone (VMP) in participants with previously untreated multiple myeloma. NCT02195479. Disponible sur : https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT02195479 Dernière consultation en décembre 2019.

10 ClinicalTrials.gov. Study comparing daratumumab, lenalidomide, and dexamethasone with lenalidomide and dexamethasone in participants with previously untreated multiple myeloma. NCT02252172. Disponible sur : https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT02252172 Dernière consultation en décembre 2019.

11 ClinicalTrials.gov. A study of Velcade (bortezomib) melphalan-prednisone (VMP) compared to daratumumab in combination with VMP (D-VMP), in participants with previously untreated multiple myeloma who are ineligible for high-dose therapy (Asia Pacific region). NCT03217812. Disponible sur : https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT03217812 Dernière consultation en décembre 2019.

12 ClinicalTrials.gov. Comparison of pomalidomide and dexamethasone with or without daratumumab in subjects with relapsed or refractory multiple myeloma previously treated with lenalidomide and a proteasome inhibitor daratumumab/pomalidomide/dexamethasone vs pomalidomide/dexamethasone (EMN14). NCT03180736. Disponible sur : https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT03180736 Dernière consultation en décembre 2019.

13 ClinicalTrials.gov. Study of carfilzomib, daratumumab and dexamethasone for patients with relapsed and/or refractory multiple myeloma (CANDOR). NCT03158688. Disponible sur : https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT03158688 Dernière consultation en décembre 2019.

14 ClinicalTrials.gov. A study to evaluate 3 dose schedules of daratumumab in participants with smoldering multiple myeloma. NCT02316106. Disponible sur : https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT02316106 Dernière consultation en décembre 2019.

15 ClinicalTrials.gov. An efficacy and safety proof of concept study of daratumumab in relapsed/refractory mantle cell lymphoma, diffuse large B-cell lymphoma, and follicular lymphoma. NCT02413489. Disponible sur : https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT02413489 Dernière consultation en décembre 2019.

16 Johnson & Johnson. Janssen Biotech announces global license and development agreement for investigational anti-cancer agent daratumumab. Communiqué de presse du 20 août 2012. Disponible sur : https://www.jnj.com/media-center/press-releases/janssen-biotech-announces-global-license-and-development-agreement-for-investigational-anti-cancer-agent-daratumumab Dernière consultation en décembre 2019.

17 American Society of Clinical Oncology. Multiple myeloma: introduction. Disponible sur : https://www.cancer.net/cancer-types/multiple-myeloma/introduction Dernière consultation en décembre 2019.

18 GLOBOCAN 2018. Cancer Today Population Factsheets: Europe Region. Disponible sur : https://gco.iarc.fr/today/data/factsheets/populations/908-europe-fact-sheets.pdf Dernière consultation en décembre 2019.

19 De Angelis R, Minicozzi P, Sant M, et al. Survival variations by country and age for lymphoid and myeloid malignancies in Europe 2000-2007: results of EUROCARE-5 population-based study. Eur J Cancer. 2015;51:2254-68.

20 Abdi J, Chen G, Chang H, et al. Drug resistance in multiple myeloma: latest findings and new concepts on molecular mechanisms. Oncotarget. 2013;4:2186–207.

21 National Cancer Institute. NCI dictionary of cancer terms: refractory. Disponible sur : https://www.cancer.gov/publications/dictionaries/cancer-terms?CdrID=350245 Dernière consultation en décembre 2019.

22 Richardson P, Mitsiades C, Schlossman R, et al. The treatment of relapsed and refractory multiple myeloma. Hematology Am Soc Hematol Educ Program. 2007:317-23.

23 National Cancer Institute. NCI dictionary of cancer terms: relapsed. Disponible sur :https://www.cancer.gov/publications/dictionaries/cancer-terms?CdrID=45866 Dernière consultation en décembre 2019.

24 American Cancer Society. Multiple myeloma: early detection, diagnosis and staging. Disponible sur : https://www.cancer.org/content/dam/CRC/PDF/Public/8740.00.pdf Dernière consultation en décembre 2019.

25 Kumar SK, Lee JH, Lahuerta JJ, et al. Risk of progression and survival in multiple myeloma relapsing after therapy with IMiDs and bortezomib: a multicenter international myeloma working group study. Leukemia. 2012;26:149-57.

Décembre 2019

CP-128940

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.



CONTACT:

Relations avec les médias :
Noah Reymond
Mobile : 31 621 38 5718
E-mail : NReymond@its.jnj.com

Relations avec les investisseurs :
Christopher DelOrefice
Tél. : 1 732-524-2955

Lesley Fishman
Tél. : 1 732-524-3922

© 2019 Business Wire - Tous droits réservés

Descripteur MESH : Patients , Myélome multiple , Survie , Cellules , Association , Dexaméthasone , Maladie , Europe , Sociétés , Thérapeutique , Population , Soins , Anticorps , Santé , Prednisone , Melphalan , Mort , Brevets , Risque , Traduction , Hématologie , Neurosciences , Science , Recherche , Lymphocytes T régulateurs , Cytotoxicité à médiation cellulaire dépendante des anticorps , Phagocytose , Apoptose , Jurisprudence , Lymphocytes T , Confiance , Maîtrise des coûts , Coûts des soins de santé , Lymphocytes , Afrique , Moyen Orient , Langue , Vaccins , Choc septique , Acinetobacter , Hypertension pulmonaire , Hypertension artérielle , Moelle osseuse , Récidive , Choc , Calcium , Sang , Cytokines , Métabolisme , Inhibiteurs du protéasome

nuance

Médicaments: Les +