nuance

Un gène manquant impliqué dans la variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob

Une étude génétique publiée dans la revue Nature semblerait suggérer que les personnes souffrant de la nouvelle variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (vMCJ) serait trois fois plus nombreuses à avoir un gène manquant que la population normale. Ce gène, appelé DQ7, fait partie des protéines du complexe majeur d’histocompatibilité de type II, qui participent à la présentation des antigènes au système immunitaire.

John Collinge et son équipe de l’institut de neurologie à Londres, ont étudié le profil génétique de 50 patients atteints par la vMCJ, qui constituent environ la moitié de la population supposée affectée par cette maladie.

Seulement 12% des personnes malades étaient porteuses de l’allèle du gène DQ7 alors que 36% des personnes témoins non malades (n=197) possédaient cet allèle .

«La base moléculaire de cette corrélation entre la perte de l’allèle QQ7 et la vMCJ est encore inconnue», reconnaissent les auteurs.

«Des études plus poussées devront révéler le rôle des molécules du complexe majeur d’histocompatibilité de classe II dans la pathogénie de la maladie et aider au développement d’une prophylaxie secondaire ou d’une intervention thérapeutique», ont-ils conclu.

Source : Nature 15 novembre 2001;414:269-70.

Descripteur MESH : Maladie , Neurologie , Personnes , Génétique , Population , Antigènes , Protéines , Système immunitaire , Londres , Patients , Rôle

nuance

Recherche scientifique: Les +