nuance

Surpoids et obésité: le couple nutritionniste/diététicien pour maigrir en douceur

Au travers de deux exemples (Cynthia et David), une nutritionniste et une diététicienne, dans le cadre d’un atelier pratique sur la nutrition organisé par la société Nestlé dans le cadre du salon Dietecom à Paris, ont voulu montrer que perdre du poids était possible sans suivre un régime hypocalorique stricte, mais en alliant alimentation équilibrée et exercice physique.

Le professeur Martine Laville, nutritionniste et médecin endocrinologue au CHU Edouard Herriot à Lyon, a d’abord expliqué qu’une personne prenant du poids voyait sa balance énergétique déséquilibrée (la base de la diététique :si on dépense moins que ce qu’on absorbe, on prend du poids).

La première règle pour un nutritionniste est donc d’évaluer les dépenses énergétiques du patient, puis adapter une prescription diététique qui prend en compte l’activité, les goûts et les motivation du patient.

Pour cela plusieurs outils sont à la disposition du nutritionniste (calorimétrie indirecte, méthode à l’eau doublement marquée), mais en pratique des calculs simples permettent de déterminer la dépense énergétique totale (DEP) du patient, représenté par la somme de la dépense énergétique de repos (DER) et celle en activité, plus celle liée à la thermogenèse.

La DER s’établit selon différentes formules, dont la plus connue est la formule de Harris et Benedict, et qui est fonction du poids, de la taille et de l’âge, différant légèrement entre hommes et femmes.

La DEP est ensuite calculée comme un multiple de la DER en fonction de l’activité physique quotidienne et du temps passé à chaque activité. Le coût énergétique moyen, exprimé en multiples de DER, a été établi pour 113 activités de la vie courante.

Sur la base du coût énergétique moyen exprimé en nombre de kilocalories par jour, le nutritionniste décide, selon les paramètres biologiques et anthropométriques du patient, de prescrire à celui-ci soit un changement de ses habitudes alimentaires, soit un régime hypocalorique.

Lorsque le patient n’est pas atteint par une obésité pathologique (indice corporel moyen inférieur à 30), les recommandations des professionnels de la diététique se résument à manger équilibré avec un exercice physique régulier, sans nécessité de suivre un régime hypocalorique.

Dans tous les cas, le recours au suivi du patient par un diététicien est recommandé, afin d’établir un programme nutritionnel adapté, qui tienne compte de la motivation, des habitudes, des objectifs du patient, ainsi que des raisons pour lesquelles le nutritionniste a prescrit une ‘correction’ alimentaire.

Source : Dietecom 8 mars 2002, Atelier pratique Nestlé Nutrition, Ecole de médecine, Paris

PI

Descripteur MESH : Physique , Exercice physique , Paris , Diététique , Habitudes , Motivation , Médecine , Vie , Thermogenèse , Temps , Repos , Objectifs , Obésité , Calculs , Mars , Hommes , Habitudes alimentaires , Femmes , Calorimétrie indirecte , Calorimétrie

Recherche scientifique: Les +