nuance

Prévenir la grippe par des 'pastilles au glutathion'

Des travaux présentés au cours d'un congrès à San Diego suggèrent que le glutathion, sous forme de pastille ou de spray, pourrait prévenir les infections par le virus de la grippe. Le Dr Jones et ses collaborateurs (Emory University Health Sciences Center) viennent de démontrer chez des souris l'effet protecteur du glutathion.

Ces chercheurs viennent d'exposer leurs résultats lors de la conférence Experimental Biology 2000 à San Diego.

Le virus de la grippe produit par les cellules infectés est inactif. Le clivage d'une de ses protéines par une protéase génère alors une particule infectieuse. Par ailleurs, les chercheurs ont découvert que l'infection est associée à une réponse oxydative qui inactive les inhibiteurs de protéase, favorisant ainsi la formation des particules virales infectieuses.

Connaissant les propriétés anti-oxydantes du glutathion, l'équipe du Dr Jones à évalué l'effet d'une exposition locale de glutathion sur des cultures de cellules épithéliales infectées par le virus. Lorsque la concentration en particules virales est particulièrement élevée, le glutathion ne montre pas d'effet protecteur. Cependant, lorsque cette concentration est similaire à celle rencontrée lors d'une infection classique chez l'homme, le glutathion assure une protection totale des cellules.

Ces propriétés ont été évaluées sur un modèle murin. Deux groupes de souris ont été définis : un des groupes a reçu de l'eau contenant du glutathion tandis que l'autre non. Les résultats de ce modèle d'infection ont montré que celles qui avaient bu de l'eau contenant du glutathion avaient une production virale significativement réduite par rapport à l'autre groupe.

Le Dr Jones indique dans un communiqué de presse de son université qu'en agissant directement sur le site de l'infection il serait possible de bloquer l'infection dans les voies aériennes supérieures. "Nous pensons qu'en mettant le glutathion dans des pastilles, nous pourrions directement exposer au glutathion les tissus sensibles pendant une période relativement longue". "Il serait alors possible de bloquer l'infection pendant plusieurs heures".

Si ces résultats chez le rongeur semblent encourageants, des essais chez l'homme restent néanmoins indispensables afin d'évaluer réellement cette nouvelle stratégie de prévention. Le Dr Jones précise que le développement de "pastilles de glutathion" ne doit pas être considéré comme une alternative à la vaccination qui reste l'élement essentiel de la prophylaxie de la grippe.

Source : communiqué de presse, Emory University Health Sciences Center

Descripteur MESH : Glutathion , Épidémiologie , Virus , Infection , Cellules , Eau , Cellules épithéliales , Essais , Protéines , Tissus , Vaccination

nuance

Recherche scientifique: Les +