nuance

Une approche diététique pour réduire le taux d'homocystéine par un apport en acide folique

Le taux d'homocystéine, facteur de risque vasculaire, peut être réduit d'environ 20 % par une complémentation en acide folique (vitamine B9) ou par des céréales enrichies en acide folique. Une étude publiée dans la revue American Journal of Clinical Nutrition a comparé les effets de trois "régimes alimentaires" enrichis en acide folique sur la réduction du taux d'homocystéine.

L'hyperhomocystéinémie est un facteur de risque de maladie cardiaque ischémique maintenant bien identifié. Le Dr J. Man (Université de l'Otago, Nouvelle Zélande) et ses collaborateurs indiquent toutefois dans leur publication qu'aucune étude clinique n'a pour l'instant démontré qu'une réduction du taux d'homocytéine réduisaient les risques de maladie cardiovasculaire bien que ce facteur de risque indépendant soit largement reconnu.

Ce facteur de risque paraît modifiable notamment par la prise d'acide folique qui permet de réduire le taux plasmatique d'homocystéine en favorisant sa reméthylation en méthionine. Le but de ces travaux était de déterminer quel régime ou complémentation alimentaire en acide folique permettait de diminuer le taux plasmatique d'homocytéine total (tHcy).

Soixante cinq sujets âgés de de 36 à 71 ans (tHcy supérieur à 9 µmol/L) ont participé à cette étude randomisée. Les participants ont suivi un régime modifié (30 % lipides, 50 % glucides et 20 % protéines) et standardisé pendant deux semaines avant la mise en place des régimes évalués.

Les sujets ont ensuite été répartis en 4 groupes : groupe contrôle, régime avec aliments riches en acide folique, régime avec céréales enrichies en acide folique et complémentation en acide folique sous forme de tablettes. L'apport en acide folique souhaité était d'environ 600 µg/j et ces régimes ont été suivis pendant 12 semaines.

Le taux d'acide folique plasmatique a augmenté dans les trois groupes : 27 nmol/l dans le groupe "complémentation", 21 nmol/l dans le groupe "céréales" et 7 nmol/l dans le groupe "aliments riches en acide folique".

Néanmoins, une diminution significative de la tHcy n'a été observée que dans le groupe "complémentation" (- 21 %) et dans le groupe "céréales" (- 24 %). Selon des estimations basées sur les travaux de Boushey et al (JAMA 1995;274:1049-57), les auteurs indiquent que cette diminution pourrait se traduire par une réduction de 30 à 40 % du risque de maladie cardiaque ischémique.

L'objectif de cet étude n'était pas d'évaluer les conséquences d'un apport en acide folique sur le risque de maladie vasculaire, sujet que les auteurs abordent rapidement et avec beaucoup de précautions. L'apport essentiel de ces travaux réside dans la comparaison de l'effet de différentes sources d'acide folique sur le taux d'homocystéine.

Un petit déjeuner à base de céréales enrichies en acide folique (fournies dans l'étude par la société Kellogg) et des compléments en acide folique semblent être les deux meilleurs moyens de réduire le taux d'homocystéine.

Source : Am J Clin Nutr 2000;71:1448-54

Descripteur MESH : Homocystéine , Diététique , Acide folique , Risque , Céréales , Maladie , Aliments , Déjeuner , Glucides , Hyperhomocystéinémie , Lipides , Méthionine , Protéines

nuance

Recherche scientifique: Les +