nuance

Le cholestérol et les phytostérols alimentaires contribuent directement aux maladies cardiaques

illustrationLa variabilité génétique de l'absorption du cholestérol et du phytostérol influence le risque de maladie cardiovasculaire

 

REYKJAVIK, Islande, 6 août 2020 /PRNewswire/ -- Des scientifiques de deCODE Genetics, une filiale d'Amgen, et leurs collaborateurs du système de santé islandais, de l'Université d'Islande, de la biobanque de l'Université de Copenhague et de la Danish Blood Donor Study (étude danoise sur les donneurs de sang), ont publié récemment dans la revue European Heart Journal une étude qui fait état de découvertes indiquant les effets nocifs du cholestérol et des phytostérols alimentaires.

Il est bien connu que le « mauvais » cholestérol (également appelé cholestérol non HDL et cholestérol LDL) affecte directement le développement des maladies cardiovasculaires. Les personnes présentant des taux sanguins élevés de mauvais cholestérol ou un risque élevé de maladie cardiaque pour d'autres raisons sont généralement encouragées à réduire leur taux de cholestérol en modifiant leur mode de vie et, parfois, à recevoir un traitement par médicaments hypocholestérolémiants tels que les statines.

Les taux sanguins de cholestérol sont affectés à la fois par la génétique et l'environnement, notamment l'alimentation. La consommation de graisses saturées – présentes principalement dans la viande rouge – et de produits laitiers riches en graisses augmentent en effet le cholestérol sanguin. Cependant, l'importance du cholestérol alimentaire dans la régulation du taux de cholestérol dans le sang et du risque de maladie cardiaque fait l'objet de controverses depuis des décennies. La plupart des aliments riches en cholestérol sont également riches en graisses saturées, à quelques exceptions près, notamment les œufs et les crustacés.

Les phytostérols sont des molécules semblables au cholestérol que l'on trouve en petite quantité dans tous les aliments végétaux, y compris les fruits, les légumes, les fruits à coque et les légumineuses. Les aliments riches en phytostérols, principalement la margarine et les produits laitiers, sont généralement recommandés dans le cadre d'une alimentation saine pour le cœur dans la mesure où ils permettent de diminuer l'absorption du cholestérol alimentaire.

Les protéines de transport NPC1L1 et ABCG5/8 contrôlent l'absorption du cholestérol et des phytostérols alimentaires. La NPC1L1 transporte les stérols de la lumière intestinale vers les entérocytes où l'ABCG5/8 excrète moins de la moitié du cholestérol mais renvoie la plupart des phytostérols dans la lumière intestinale. Nous absorbons ainsi généralement environ 50 à 60 % du cholestérol alimentaire intestinal mais seulement 5 % des phytostérols alimentaires.

Les auteurs ont étudié les effets des variantes de séquence qui modulent la fonction de la protéine de transport ABCG/8 sur les taux sanguins de cholestérol et de phytostérols ainsi que le risque de maladie coronarienne sur de larges échantillons des biobanques islandaise, danoise et britannique. Les effets des variantes de séquence ont été mesurés chez près de 147 000 patients atteints de maladie coronarienne et 922 000 individus sains.

L'étude a montré que les personnes disposant des variantes de séquence qui diminuent la fonction de la protéine de transport ABCG5/8 présentent une augmentation des taux sanguins de cholestérol et de phytostérols et un risque accru de maladie cardiaque. Ces résultats confirment que le cholestérol alimentaire affecte les taux sanguins de cholestérol et le risque de crise cardiaque. Les résultats démontrent également que les gens absorbent des quantités variables du cholestérol qu'ils consomment.

L'étude a également montré que l'effet des variantes ABCG5/8, qui influencent à la fois les niveaux de cholestérol et de phytostérol, sur le risque de maladie cardiaque, était plus important que celui des autres variantes de cholestérol qui n'affectent pas les taux de phytostérol. Ces résultats étaient l'hypothèse selon laquelle les phytostérols peuvent contribuer directement à l'athérogenèse, ce qui soulève des questions sur la sécurité de la supplémentation alimentaire à l'aide de phytostérols.

Dans l'éditorial qui accompagne l'étude, Oliver Weingärtner déclare que « non seulement l'étude d'Helgadottiret al. est la meilleure étude à ce jour étayant l'hypothèse selon laquelle les variantes ABCG5/8 sont mécaniquement impliquées dans la cardiopathie athéroscléreuse, mais elle engage fortement à étudier également le rôle des xénostérols dans ce processus. »

Basé à Reykjavik, en Islande, deCODE est un leader mondial de l'analyse et de la compréhension du génome humain. Grâce à son expertise unique en génétique humaine, à laquelle s'ajoute une expertise croissante en transcriptomique et en protéomique des populations, et à un grand volume de données phénotypiques, deCODE a découvert des facteurs de risques génétiques liés à des dizaines de maladies courantes et a fourni des informations clés sur leur pathogenèse. Le but de la compréhension de la génétique des maladies est d'utiliser ces informations pour créer de nouveaux moyens de diagnostic, de traitement et de prévention des maladies. deCODE est une filiale entièrement détenue par Amgen (NASDAQ : AMGN).

Contact :

 

Thora Kristin Asgeirsdottir
Relations publiques et communication
deCODE genetics
354 -570 1909
354 -894 1909

 

 

 

 

Descripteur MESH : Hypercholestérolémie , Cholestérol , Phytostérols , Maladie , Risque , Génétique , Absorption , Cholestérol alimentaire , Aliments , Islande , Personnes , Produits laitiers , Expertise , Lumière , Compréhension , Sang , Maladie coronarienne , Maladies cardiovasculaires , Entérocytes , Éditorial , Sécurité , Biobanques , Santé , Donneurs de sang , Vie , Viande , Légumes , Rôle , Stérols , Protéomique , Environnement , Génome humain , Génome , Margarine , Protéines , Diagnostic

nuance

Recherche scientifique: Les +