nuance

A propos du risque de néoplasie proximale avancée chez l’adulte asymptomatique en fonction des observations distales colorectales

Les personnes asymptomatiques, âgées de 50 ans ou plus, avec des polypes coliques distaux, présentent plus de risque d’avoir une néoplasie proximale avancée que les personnes sans polypes distaux, indique une étude parue dans le dernier numéro du New England Journal of Medicine et menée par des gastroentérologues de l’Indiana University Medical Center à Indianapolis.

Le Dr Thomas Imperiale et ses collaborateurs précisent cependant que si la coloscopie est réalisée seulement chez les personnes ayant des polypes distaux, environ la moitié des cas de néoplasies proximales avancées ne serait pas détectée.

Ces auteurs ont cherché, par rapport risque chez des personnes sans polype distal, à déterminer le risque de néoplasie proximale distale, définie par un polype ayant des caractéristiques villeuses, ou ayant une dysplasie de grade élevé ou encore par la présence d’un cancer chez des personnes présentant des polypes distaux hyperplasiques ou des polypes néoplasiques.

Pour ce faire, ils ont analysé les données de 1994 adultes consécutifs asymptomatiques (âge 50 ans ou plus) bénéficiant d’une première coloscopie faisant partie d’un programme soutenu par l’employeur entre septembre 1995 et décembre 1998.

La localisation et les caractéristiques histologiques de tous les polypes étaient enregistrées.

Une coloscopie jusqu’au niveau du caecum a pu être réalisée chez 97 % des patients.

61 patients présentaient des lésions avancées du colon distal et 50 avaient des lésions proximales avancées, dont 7 un cancer.

23 patients ayant des néoplasies avancées n’avaient pas de polypes distaux. La prévalence des néoplasies proximales avancées chez les patients sans polype distal était de 1,5 %.

Chez les patients présentant soit des polypes distaux hyperplasiques, soit ceux avec des adénomes tubulaires distaux, soit ceux avec des polypes distaux avancés, la prévalence de néoplasies proximales avancées était respectivement de 8 cas sur 201 patients, 12 cas sur 168, et 7 cas sur 61.

Le RR de néoplasie proximale avancée, ajustée sur l’âge et le sexe, était de 2,6 pour les patients présentant des polypes distaux hyperplasiques, 4 pour ceux ayant des adénomes tubulaires distaux et 6,7 pour ceux ayant des polypes distaux avancés, comparés aux patients n’ayant pas de polypes distaux.

Enfin, les auteurs indiquent qu’un âge élevé et le sexe masculin étaient associés à une augmentation de risque de néoplasie proximale avancée.

NEJM, 2000 ; 343 : 169-74.

Descripteur MESH : Risque , Polypes , Personnes , Polypes coliques , Patients , Coloscopie , Adénomes , Prévalence , Sexe , Caecum

nuance

Recherche scientifique: Les +