nuance

Employés masculins de l’industrie nucléaire : pas d’augmentation du risque de mort fœtale ou de malformation congénitale

Une étude, publiée par une équipe britannique dans The Lancet, montre que l’exposition d’employés masculins de l’industrie nucléaire à de faibles doses de radiations ionisantes avant la conception d’un enfant n’augmente en aucune manière les risques de malformation ou de mort fœtale.

Il y avait quelques inquiétudes concernant les effets génétiques de l’exposition à de faibles doses de radiations ionisantes, mais les preuves étaient rares et contradictoires. De plus, les études concernaient surtout le développement d’un cancer chez les nouveau-nés.

Les auteurs de cette publication se sont attachés à évaluer l’impact de l’exposition aux faibles radiations ionisantes , des hommes et des femmes travaillant dans l’industrie nucléaire, sur la malformation congénitale et la mort fœtale.

Sont entrés dans l’étude 11.697 hommes et 1.903 femmes ayant rapporté une ou plusieurs grossesses après leur entrée dans l’industrie nucléaire. Les hommes ont déclaré un total de 23.676 grossesses et les femmes 3.585.

Chez les grossesses rapportées par les hommes, le risque de mort fœtale ou de malformation congénitale n’est pas lié à l’exposition éventuelle aux radiations ou à la dose reçue avant conception (par rapport au groupe témoin non exposé aux radiations).

Parmi les grossesses rapportées par les femmes (par rapport au groupe témoin), le risque de fausse couche avant la treizième semaine de gestation est plus grand (odds ratio = 1,3 : IC 95 % = 1,0-1,6) si la mère a été eventuellement en contact avec les radiations avant la conception, mais il n’y a pas de relation avec la dose. Le risque de mort fœtale après 24 semaines de gestation est également plus important (OR = 2,2 ; IC 95 % = 1,0-4,6), mais ces résultats ne concernent que 29 cas. Par contre il n’y a aucune relation entre le risque de malformation congénitale et l’exposition aux radiations ou la dose reçue.

Les auteurs en concluent qu’il n’y a pas de lien entre l’exposition aux faibles doses de radiations ionisantes et le risque de malformation congénitales chez les nouveau-nés issus de parents travaillant dans l’industrie nucléaire. En ce qui concerne la mort fœtale observée chez les femmes, elle ne concerne qu’un petit nombre de cas, et ces résultats sont difficiles à interpréter.

Ce travail a été financé par le Departement of Health et le Health and Safety Executive. Un des auteurs de cette publication a reçu un financement du British Nuclear Fuels Ltd.

Source : The Lancet 2000 ; 356 : 1293-99

Descripteur MESH : Mort , Risque , Enfant , Femmes , Hommes , Parents , Travail

nuance

Recherche scientifique: Les +