nuance

La réhabilitation améliorée après chirurgie (RAAC) n’est pas un frein à la filière ambulatoire - bien au contraire

illustrationLa présidente de l’association française de chirurgie ambulatoire (AFCA) communique actuellement sur « l’erreur » que constituerait la promotion par les établissements de santé des processus de réhabilitation après chirurgie et de modification des parcours patients aboutissant à l’hospitalisation des patients le jour de la chirurgie (procédure dite J0).

Cette affirmation est totalement contre-productive et constitue une grave erreur de raisonnement. Les parcours de soin en chirurgie se sont profondément modifiés au cours des dernières années avec comme objectif premier de réduire la morbidité périopératoire.

Par ailleurs ces procédures sont vertueuses au plan économique. Freiner les efforts de préparation à la chirurgie et les efforts de mise en place des soins de support pendant l’hospitalisation consiste à nier l’apport de ces procédures quant à la qualité des soins prodigués aux patients dont les bénéfices sont démontrés par une abondante littérature.

Prise en charge ambulatoire et réhabilitation améliorée en chirurgie ne sont pas antinomiques, mais complémentaires et correspondent aux mêmes aspirations d’amélioration de la qualité des soins. Ces objectifs ont d’ailleurs été définis comme orientation prioritaire au Journal officiel (Arrêté du 8 décembre 2015 fixant la liste des orientations nationales du développement professionnel continu des professionnels de santé pour les années 2016 à 2018, Article 2, Annexe 2, 5.le travail en équipe, orientation

Les mêmes établissements qui sont performants dans la mise en place de l’ambulatoire le sont également sur les procédures de réhabilitation améliorée après chirurgie. Sachant les efforts qui sont engagés par les équipes soignantes médicales et chirurgicales dans la réhabilitation améliorée avant et après chirurgie pour aboutir à une prise en charge de qualité avec des objectifs avant tout médicaux, la prise de position de la présidente de l’AFCA est non seulement incohérente, mais préjudiciable à l’intérêt des patients et incompréhensible par ces mêmes équipes.

Le CNP d’anesthésie réanimation, la Société française d’anesthésie réanimation et le groupe GRACE (Groupe francophone de Réhabilitation Améliorée après Chirurgie) s’inscrivent donc en faux contre les informations infondées véhiculées récemment et redisent leur détermination à poursuivre leurs efforts pour promouvoir simultanément la réorganisation des parcours patients en chirurgie dans le sens de la prise en charge ambulatoire et du parcours de soins de réhabilitation.

 

Descripteur MESH : Patients , Santé , Établissements de santé , Soins , Réanimation , Objectifs , Morbidité , Orientation , Travail , Littérature

nuance

Pratique médicale: Les +