nuance

Vaccin Astrazeneca : la DGS sème le chaos en refusant de livrer les médecins au profit des pharmacies

illustrationDans un message diffusé sur le fil DGS Urgent le 7 mars et signé par le Pr SALOMON, on apprend au détour d’une simple annotation que la semaine du 8 mars 2021, les pharmacies devront stopper les livraisons en doses du vaccin d’AstraZeneca aux médecins de ville faute de stocks suffisants. La commande ne sera ouverte cette semaine que pour répondre aux besoins propres des pharmacies qui sont autorisées à vacciner à compter du 15 mars.

Les médecins sont éberlués, Saison 2

C’est un paraphe de 3 lignes diffusé dans une circulaire DGS URGENT qui a mis le feu aux poudres

« À noter que pour la semaine du 8 mars, la commande ne sera ouverte que pour les besoins propres des officines, il ne sera pas possible de prendre des commandes pour les médecins compte tenu du nombre de doses livrées par AstraZeneca (environ 28 000 flacons disponibles à la commande). » DGS

Après avoir éberlué les médecins au printemps dernier faute de masque FFP2, la DGS innove donc avec une gifle magistrale à l’attention de tous les médecins de ville qui après avoir fait l’objet de toutes les attentions pour les inciter à participer à la campagne de vaccination, devront déprogrammer les rendez-vous qu’ils avaient soigneusement pris avec leurs patients ayant des comorbidités la semaine du 15 mars.

Si la « simple » absence de stock disponible aurait pu à la rigueur être entendue par le corps médical, le fait d’être mis devant le fait accompli, un dimanche à 22 h 30, par une simple annotation au détour d’une circulaire, et au profit des collègues pharmaciens sonne comme une insulte teintée de mépris.

« La réception de cette circulaire a eu l’effet d’une bombe tant les médecins y ont vu l’expression d’un mépris doublée d’une légèreté coupable. La profession médicale, engagée dans la campagne vaccinale n’est pas le faire valoir de la Direction Générale de la Santé. » Tempête l’UFML-S dans un communiqué

« L’UFMLS demande instamment au ministre de la Santé de réagir et de stopper cette décision vécue comme une insulte par la profession, qui va à l’encontre de leurs engagements dans la campagne vaccinale. Rien ne justifie le fléchage du matériel vaccinal vers une profession plutôt qu’une autre à moins que cela trouve sa source dans une pénurie de stocks dissimulée.»

Du côté de la FMF, on ne décolère pas non plus

« De qui se moque-t-on ? Comme pour les masques, les tests et les protections individuelles nous allons devoir gérer la pénurie ! … Ce gouvernement schizophrène ne peut pas à la fois exiger des médecins qu'ils s'impliquent et vaccinent plus, et en même temps leur supprimer l'accès aux vaccins. »

Le summum de la sottise technocratique pour le SML

« Autrement dit, pour céder au caprice des pharmaciens, la DGS décide que les médecins ne pourront pas vacciner la semaine prochaine alors que tous les rendez-vous sont déjà pris ! À aucun moment les syndicats médicaux n’ont été informés de cette décision, y compris lors de la réunion hebdomadaire qui s’est tenue encore ce vendredi avec les équipes du ministère de la Santé. »

Même l’ordre des médecins feint de ne pas y croire et appelle le Ministre Olivier Véran à démentir.

Les appels à la démission de J. Salomon se multiplient

Mg France rappelle que les médecins généralistes se « sont massivement investis » pour cette campagne en vaccinant non seulement 200 000 personnes en cinq jours au cabinet, mais pour beaucoup en intervenant également les week-ends dans les centres de vaccination libéraux ou hospitaliers.

MG France, qui trouve cette décision « invraisemblable », appelle le Pr Salamon à remettre sa démission. Le SML, la FMF, l’UFML-S, quasiment tous les syndicats de médecins sont unanimes pour réclamer la démission du directeur général de la santé.

Le CSMF prend le ministre Olivier Véran, « grand magicien », pour cible.

« Olivier Véran, ministre de la Santé, plus soucieux d’affichage que d’efficacité sur le terrain, décide d’exclure les médecins de la vaccination la semaine prochaine et d’attribuer les rares flacons de vaccins aux pharmaciens » dénonce le CSMF qui décrit « une décision aberrante, incompréhensible » qui « révolte les médecins » qui se retrouvent ce matin dans l’obligation d’annuler des rendez-vous déjà pris entre le 18 et le 26 mars.

« Les médecins libéraux sont révoltés par autant de désinvolture, et autant de mépris pour les efforts qu’ils développent depuis plusieurs semaines. Les Français ont besoin d’un Ministre de la Santé qui ne confonde pas stratégie vaccinale et stratégie de communication» CSMF

Descripteur MESH : Médecins , Pharmacies , Santé , Pharmaciens , Vaccins , Vaccination , Masques , Temps , Gouvernement , Corps médical , Patients , Syndicats , France , Réunion

1 réaction(s) à l'article Vaccin Astrazeneca : la DGS sème le chaos en refusant de livrer les médecins au profit des pharmacies

  • MyPassion

    jeannine benoliel| mercredi 10 mars 2021- REPONDRE

    En effet, quel mépris pour la profession!. Monsieur SALOMON a oublié qu'il a été également médecin! Qu'en conclure? les médecins seraient-ils moins compétents que les pharmaciens? Notre système de santé envié par tous est en pleine explosion.
    Dr Benoliel
nuance

Pratique médicale: Les +