Variole du singe : la HAS favorable à la prise en charge des tests

illustrationLe 25 juillet, la HAS a rendu un avis favorable sur le remboursement par l’Assurance maladie des tests d’amplification des acides nucléiques (TAAN, technique qui inclut les tests PCR) pour détecter l’infection par le virus Monkeypox.

Si la HAS rappelle que le diagnostic de cette infection repose avant tout sur l’examen clinique et l’interrogatoire du patient, elle convient qu’à la lumière des dernières données épidémiologiques disponibles et des recommandations internationales, les tests de détection peuvent avoir un rôle à jouer pour les cas suspects et/ou possibles lorsque le tableau clinique n’est pas suffisamment explicite.

La HAS précise par ailleurs les conditions de réalisation de ces tests. Ceux-ci doivent être spécifiquement adaptés au virus Monkeypox, et leurs performances doivent avoir été préalablement validées par le Centre national de référence des Orthopoxvirus. Elle recommande, selon le contexte clinique et le type de lésions observées, d’effectuer par ordre de priorité : des prélèvements muqueux, des prélèvements cutanés ou des prélèvements de la sphère oropharyngée.

La HAS souligne enfin la nécessité de rendre les résultats de ces tests le plus rapidement possible, puisqu’ils impactent notamment le maintien ou la levée de l’isolement.

Voir l’avis complet

Descripteur MESH : Virus , Acides , Maladie , Acides nucléiques , Orthopoxvirus , Virus de la variole , Infection , Variole , Diagnostic , Rôle , Lumière

Pratique médicale: Les +