nuance

Une nouvelle forme de leucémie associée à une spécificité génétique

Une étude américaine a montré, après une analyse génétique d’expression parmi différents enfants atteints de leucémie, que ceux montrant une translocation du groupe de gènes MLL sur le chromosome 11, avaient un profil génétique qui se distinguait des autres formes de leucémie aiguës (lymphoblastiques et myéloïdes). Cette découverte permet d’envisager des thérapies spécifiques adaptées à cette forme particulièrement grave de leucémie.

Le pronostic des leucémies lymphoblastiques aiguës (LLA) de l’enfant possédant une translocation parmi les gènes MLL, HRX ou ALL1, est très réservé en particulier parce que le traitement chimiothérapique est souvent inefficace.

En particulier, les translocations retrouvées dans le gène MLL (pour Mixed Lineage Leukemia) parmi les enfants leucémiques ou les enfants traités avec une chimiothérapie induisant une leucémie, induisent des LLA qui récidivent très tôt.

Les chercheurs du Dana Farber Cancer Institute à Boston (EU), ont utilisé la technologie des puces à ADN, pour mettre en évidence les anomalies chromosomiques des enfants atteints de LLA et également de leucémies myéloïdes aiguës (LMA).

Les chercheurs ont trouvé environ 1000 gènes sous exprimés parmi les enfants atteints de LLA impliquant le gène MLL comparés aux enfants atteints de LMA, alors que 200 gènes étaient au contraire sur exprimés.

«Les cellules avec une translocation dans le groupe de gènes MLL possèdent donc un profil d’expression caractéristique distinct de celles des patients atteints de LLA conventionnelles», ont commenté les auteurs. «Le message ici est que lorsqu’une leucémie se comporte différemment des autres, elle devrait être reconnue comme un nouveau type de leucémie», a dit Scott Armstrong, auteur principal de l’étude.

MLL est associé, dans les cas de leucémies, à l’activation du gène flt-3, une tyrosine kinase intervenant dans la croissance cellulaire.

Ce gène représente un point vulnérable des cellules cancéreuses et peut donc être la cible d’éventuels médicaments, pensent les auteurs. «Si nous pouvons bloquer flt-3, nous pourrons probablement traiter les leucémies de type MLL», a dit Armstrong.

Source : Nature Genetics3 décembre 2001; publication en ligne avancée, DO1:10.1038/ng765.

Descripteur MESH : Génétique , Gènes , Analyse génétique , Leucémies , Cellules , ADN , Auteur , Boston , Croissance , Patients , Pronostic , Technologie , Tyrosine

nuance

Recherche scientifique: Les +