nuance

L'ail diminue la concentration plasmatique du saquinavir

Les interactions pharmacologiques entre médicaments et compléments nutritifs ou extraits de plantes posent de réels problèmes, surtout aux Etats-Unis. D'après de nouveaux travaux, des comprimés à base d'ail peuvent modifier la pharmacocinétique du saquinavir, inhibiteur de protéase utilisé dans la prise en charge du VIH. Ceci se traduit par une diminution marquée de la concentration en saquinavir chez les patients.

La mise en évidence de cette interaction a fait l'objet d'une publication dans le journal Clinical Infectious Diseases. Stephen Piscitelli et des collaborateurs du National Institute of Health and Infectious Diseases ont réalisé leur étude sur 10 sujets en bonne santé et non infectés par le VIH.

Dans une première phase, les participants ont reçu 10 doses de saquinavir (Fortovase) à un dosage de 1200 mg trois fois par jour avec les repas et pendant quatre jours. Les paramètres pharmacocinétiques de référence ont été déterminés à cette étape.

Les participants ont ensuite reçu 41 doses de comprimés à base d'ail pris deux fois par jour pendant 20 jours. Ils reprenaient également le saquinavir les quatre derniers jours. Les investigateurs ont observé une réduction de 50 % de l'aire sous la courbe (ASC) pour le saquinavir dans ces conditions ainsi qu'une réduction moyenne de 54 % de la concentration maximale (Cmax).

Dix jours après l'arrêt des compléments à base d'ail et du saquinavir, les participants ont repris les mêmes doses de saquinavir : la Cmax était encore réduite de 30 % à 40 % par rapport à la valeur référence.

"En présence de compléments en ail, les concentrations sanguines de saquinavir ont diminué d'environ 50 % parmi les participants à l'étude", observe Judith Fallon qui a participé à ce travail. "Nous avons vu une interaction irréfutable et prolongée. La conséquence évidente est que les médecins et les patients devraient être prudents quant à l'utilisation de compléments à base d'ail au cours d'un traitement contre le VIH".

Les auteurs expliquent que le choix d'étudier l'ail en particulier relève de sa réputation contre le cholestérol. Ces formulations sont donc souvent employés par des patients qui souffrent d'hyperlipidémies et dyslipidémies liées aux antirétroviraux. Par ailleurs, certains principes actifs contenus dans l'ail et les inhibiteurs de la protéase utilisent la même voie métabolique : le système du cytochrome P450.

Source : National Institute of Allergy and Infectious Diseases. Clinical Infectious Diseases, publication électronique le 5 décembre 2001.

Descripteur MESH : Ail , Saquinavir , VIH Virus de l'Immunodéficience Humaine , Patients , Comprimés , Extraits de plantes , Plantes , Pharmacocinétique , Hyperlipidémies , Travail , Santé , Repas , Médecins , Hypercholestérolémie , Électronique , Dyslipidémies , Cholestérol , Antirétroviraux , Aire sous la courbe

nuance

Recherche scientifique: Les +