nuance

Un lien établi entre l'hypothyroïdie et les maladies cardiovasculaires chez la femme ménopausée

Chez les femmes ménopausées, l'hypothyroïdie infraclinique (sans symptôme apparent) est un facteur de risque pour l'athérosclérose de l'aorte et l'infartus du myocarde. Selon une étude néerlandaise, 10,8 % des femmes ménopausées seraient atteintes d'hypothyroïdie infraclinique.

Ces travaux ont été menés afin de déterminer si l'hypothyroïdie infraclinique et l'autoimmunité antithyroïdienne sont associées avec l'athérosclérose de l'aorte ou l'infarctus du myocarde. L'équipe du Dr J.Witteman (Erasmus University Medical School, Rotterdam, Pays-Bas) a collecté des données sur l'état thyroïdien, la survenue d'athérosclérose de l'aorte et d'infarctus du myocarde chez 1149 femmes néerlandaises ménopausées. L'hypothyroïdie infraclinique a été diagnostiquée lorsqu'une concentration en TSH (Thyroïd-Stimulatig Hormone) élevée était associée à un taux sérique normal de thyroxine libre. L'autoimmunité antithyroïdienne a été décelée par dosage des anticorps anti-thyroïde peroxidase. Les résulats indiquent que 10,8 % des patientes souffrent d'hypothyroïdie infraclinique. Cette affection entraine une augmentation des risques d'athérosclérose de l'aorte et d'infarctus du myocarde de 70 % et 130 % respectivement. Cette corrélation est encore plus marquée chez les femmes souffrant d'hypothyroïdie infraclinique et d'autoimmunité antithyroïdienne : risque augmenté de 90 % pour l'athérosclérose de l'aorte et de 210 % pour l'infarctus du myocarde. Cependant, l'auto-immunité antithyroïdienne seule n'augmente pas le risque de survenue de ces maladies cardiovasculaires. L'hypothyroïdie infraclinique est donc fortement associée à un risque d'athérosclérose de l'aorte et d'infarctus du myocarde chez les femmes ménopausées. Il est important d'indiquer que ce risque est comparable aux risques majeurs impliqués dans la survenue de maladies cardiovasculaires. Cependant, les auteurs précisent que l'hypothyroïdie infraclinique ne peut être considérée comme la cause de ces affections car les informations concernant l'état thyroïdien et les maladies cardiovasculaires ont été collectées en même temps. Les chercheurs indiquent que des études complémentaires permettraient de développer un dépistage plus large ainsi qu'une thérapie pour les femmes ménopausées atteintes d'hypothyroïdie infraclinique. Source : Annals of Internal Medicine, 15 Février 2000, Vol. 132, n°4, 270-278

Descripteur MESH : Hypothyroïdie , Maladies cardiovasculaires , Femmes , Aorte , Athérosclérose , Myocarde , Risque , Infarctus , Infarctus du myocarde , Anticorps , Immunité , Temps , Thyroxine

nuance

Recherche scientifique: Les +