nuance

Hypertension artérielle : la HAS publie une fiche mémo pour encourager le diagnostic précoce

illustrationTouchant environ 14 millions de personnes en France, l'hypertension artérielle (HTA) représente un enjeu de santé publique majeur. Elle demeure largement sous diagnostiquée et reste trop souvent mal contrôlée. Pour ces raisons la HAS publie en association avec la Société Française d'HTA (SFHTA) une fiche mémo à destination des professionnels de santé.

Insuffisance cardiaque, infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral, anévrisme, insuffisance rénale et démence, le tableau des complications liées à l'hypertension artérielle est d'autant plus sombre qu'un patient sur deux n'est pas diagnostiqué et que la moitié des hypertendus traités le sont mal.

Pour assurer un dépistage précoce, le rôle du médecin traitant est central et la HAS insiste pour que le médecin mesure la tension artérielle régulièrement, quel que soit le motif de consultation. Les autres professionnels de santé sont également encouragés à le faire le plus souvent possible.

La HAS rappelle également que le diagnostic doit être confirmé par une mesure par le patient lui-même, à son domicile, grâce à un dispositif d'automesure ou avec l'aide de professionnels en ambulatoire (MAPA)

L'adhésion du patient est capitale pour le succès du traitement et le médecin doit prendre le temps lors d'une consultation dédiée de l'informer sur les risques de l'HTA et de l'éduquer sur les différents aspects de la stratégie thérapeutique, les bénéfices démontrés qu'il peut en retirer. Il établit conjointement avec le patient un plan de soins et fixe des objectifs à 6 mois (réduction de la pression artérielle à moins de 140/90 mmHg) avec planification de consultation de suivi tous les mois.

Des mesures hygiéno-diététiques s'imposent dès la confirmation du diagnostic :
- pratique d’une activité physique régulière (par exemple 30 min d'endurance par jour au moins 3 fois par semaine) ;
- réduction du poids en cas de surcharge pondérale ;
- suppression ou la diminution de la consommation d’alcool ;
- normalisation de l’apport de sel à 6-8 g par jour maximum;
- arrêt du tabagisme qui est essentiel pour réduire la morbi-mortalité ;
- adoption d'une alimentation privilégiant la consommation de fruits légumes et d’aliments peu riches en graisse et saturées.

Ces mesures peuvent être complétées par un traitement médicamenteux de préférence le plus simple possible.

Les monothérapies en mono prise sont à privilégier parmi les classes thérapeutiques suivantes selon le profil du patient : diurétique thiazidique, inhibiteur calcique, inhibiteur de l'enzyme de conversion (IEC) ou antagoniste des récepteurs de l'angiotensine 2 (ARA2). Les bêtabloquants peuvent être utilisés mais présentent un risque plus élevé d'accident vasculaire cérébral (AVC).

 

Pour en savoir plus : Voir la fiche mémo sur le site de la HAS

Descripteur MESH : Diagnostic , Hypertension artérielle , Santé , Personnes , Association , France , Santé publique , Accident vasculaire cérébral , Tabagisme , Pression artérielle , Risque , Rôle , Soins , Objectifs , Temps , Thérapeutique , Traitement médicamenteux , Pression , Physique , Myocarde , Mortalité , Légumes , Insuffisance rénale , Infarctus du myocarde , Infarctus , Démence , Adulte , Adoption

nuance

Pratique médicale: Les +