nuance

Les décès chez les enfants épileptiques sont rarement liés à l'épilepsie elle-même

L'épilepsie n'est pas une cause directe et fréquente de décès chez les enfants, indique une étude qui sera prochainement publiée dans le Lancet. En l'absence d'une autre pathologie grave pouvant entraîner un trouble neurologique, la mortalité de ces patients est très proche de celle de la population générale.

Cette étude est présentée par le Dr Carol Camfield (IWK Health Centre, Halifax) et des confrères canadiens. Ces auteurs expliquent dans leur introduction que le risque de décès pendant une crise épileptique reste un souci majeur des parents d'enfants épileptiques. Leur objectif était de déterminer le profil de décès des enfants épileptiques à l'échelle d'une population.

Les données utilisées regroupaient tous les nouveaux cas pédiatriques d'épilepsie enregistrés entre 1977 et 1985 dans la province de Nouvelle-Ecosse. Une analyse des dossiers médicaux correspondants a été réalisée en 1999.

Au total, 3,8 % (26/692) des enfants suivis sont décédés pendant la période d'investigation. La fréquence de ces décès est plus élevée que celle de la population de référence : elle était par exemple multipliée par 5,3 et 8,8 respectivement par rapport aux données de référence des années 1980 et 1990, expliquent les auteurs.

Selon les résultats publiés, la mortalité 20 ans après le diagnostic initial d'épilepsie dans cette cohorte pédiatrique est de 6,1 % comparé à 0,88 % dans la population de référence.

Toutefois, les auteurs précisent que "les morts subites inattendues dans l'épilepsie sont très rares. Si l'enfant à d'autres troubles neurologiques sévères, le risque de décès augmente de façon marquée, mais la cause du décès ne semble pas être directement liée à l'épilepsie".

Sur les 26 décès, seulement un enfant est décédé en état de mal épileptique et "il avait un déficit neurologique sévère". Au total, 22 décès étaient imputables à des affections graves et suffisantes pour causer un déficit neurologique fonctionnel. Les quatre autres cas concernaient des patients de 18 à 30 ans décédés par homicide (1), suicide (2) et la cause du décès n'a pas été identifiée pour le quatrième cas.

"Nos résultats devraient rassurer la plupart des familles qui ont un enfant épileptique", ajoutent les auteurs. La majorité des décès sont liés à des troubles suffisamment graves pour entraîner un déficit neurologique fonctionnel et pas à l'épilepsie elle-même, concluent-ils.

Source : Lancet published online April 16, 2002. http://image.thelancet.com/extras/01art3267web.pdf

SR

Descripteur MESH : Épilepsie , Population , Mortalité , Patients , Enfant , Risque , Diagnostic , Dossiers médicaux , État de mal épileptique , Homicide , Parents , Suicide

nuance

Recherche scientifique: Les +