nuance

Méningite à méningocoque B : simplification du schéma vaccinal pour Bexsero

illustrationLe laboratoire GlaxoSmithKline (GSK) annonce que son vaccin Bexsero contre la méningite B a reçu l’approbation de la Commission Européenne pour une simplification de son schéma vaccinal chez les nourrissons. Une primo-vaccination à l’âge de 3 et 5 mois et un rappel entre 12 et 15 mois sont, dès aujourd’hui, possibles. Avec une dose en moins chez le jeune nourrisson, la vaccination par de Bexsero est ainsi facilitée.  

Répondre à la réalité épidémiologique française des  infections invasives à méningocoque (IIM)

La méningite à méningocoque est une maladie rare, mais grave et imprévisible. Elle touche principalement les jeunes enfants et peut être fatale en seulement 24 heures1.

En Europe, la France est, depuis 2016, le 1er  pays en termes de décès liés aux Infections Invasives à Méningocoque (IIM), devant le Royaume-Uni2.

Les IIM en France

➢  Depuis une vingtaine d’années, l’incidence des IMM se situe entre 1 et 2 cas pour 100 000 habitants3 ; les nourrissons étant 10 fois plus à risque de contracter la maladie. Malgré un traitement approprié, les IIM peuvent être fatales dans 5 à 10% des cas et 1 survivant sur 5 peut souffrir de séquelles invalidantes (amputations, perte d’audition…)1

➢  En 2016, 526 cas ont été déclarés dont 63 ont entrainé un décès4 ;

➢  La majorité des IIM sont dues au sérogroupe B avec un pic particulièrement élevé chez les enfants de moins de 5 ans 4 (93 cas en 2016 soit près de 2/3 des IIM survenues chez les enfants de moins de 5 ans).

 

La méningite à méningocoque de groupe B est aujourd’hui la méningite bactérienne la plus fréquente chez les enfants de moins de 5 ans et chez les adolescents.

Cette réalité épidémiologique mobilise l’ensemble des acteurs de la prévention vaccinale en France : autorités de santé, praticiens mais aussi industriels de la santé5.

L’amélioration de la prévention vaccinale contre la méningite à méningocoque B est au cœur des priorités de GSK. L’un des axes pour y parvenir était ainsi de simplifier le schéma vaccinal de Bexsero chez le nourrisson, qui est le plus à risque.

 

Des études permettant de valider le schéma vaccinal simplifié en 2 1

 

Bexsero est indiqué pour l’immunisation active des sujets à partir de l’âge de 2 mois contre l’infection invasive méningococcique causée par Neisseria meningitidis de groupe B. La vaccination par BEXSERO est recommandée par le Haut Conseil de Santé Publique uniquement chez les personnes à risque élevé de contracter une infection invasive à méningocoque et dans les populations ciblées dans le cadre de situations spécifiques (épidémies, grappes de cas). L’utilisation de BEXSERO n’est actuellement pas recommandée et ni remboursée en population générale.

 

Bexsero permet notamment de protéger les populations pour lesquelles les pics d’incidence sont les plus élevés (les nourrissons jusque 12 mois, les jeunes enfants jusque 4 ans et les adolescents-jeunes adultes entre 16 et 22 ans4).

 

Afin de valider la possibilité de simplifier le schéma vaccinal de Bexsero, différentes études cliniques portant sur la réduction de doses ont été menées. Elles ont permis de montrer que les résultats d'immunogénicité du schéma en 2 doses de primovaccination et une dose de rappel (2 1) sont comparables aux résultats d'immunogénicité avec le schéma initial en 3 doses de primovaccination et une dose de rappel (3 1)6.

 

Ces études ont également permis de confirmer l’équivalence entre les 2 schémas vaccinaux en termes de persistance (mesurée à 24 et 36 mois)8, sans modification du profil de tolérance6,8.

 

Ces résultats concluants ont conduit la Commission Européenne à approuver ce nouveau schéma vaccinal simplifié, le 7 juin 20189.

 

Un schéma simplifié pour favoriser une meilleure intégration dans le calendrier vaccinal des nourrissons

 

Pour les médecins, cette simplification représente une option supplémentaire pour protéger les nourrissons contre le méningocoque B, principal agent des méningites à méningocoque en France (représentant sur les 25 dernières années 64 % des cas de sérogroupe connu3).

 

« Grâce à cette simplification, Bexsero peut être proposé aux parents et s’intégrer plus aisément dans le calendrier vaccinal, à 3 et 5 mois. La visite du 5ème mois étant déjà prévue pour la vaccination contre le méningocoque C, l’ajout éventuel de la vaccination contre le méningocoque B ferait de cette visite le rendez-vous clé de la protection des nourrissons contre les IIM. » précise le Dr Hervé Haas, pédiatre - Chef de Service Urgences Pédiatriques Infectiologie, Hôpitaux pédiatriques CHU Lenval à Nice.

 

Ce nouveau schéma vaccinal était par ailleurs l’un des éléments requis par le HCSP pour envisager d’élargir les recommandations vaccinales à l’ensemble des nourrissons en France.

 

Bexsero, une efficacité démontrée et confirmée par les résultats en vie réelle

 

Le programme d’études cliniques ayant permis l’obtention de l’AMM en 2013 montre tout l’intérêt de la composition de Bexsero10.

 

•    Un  taux élevé  de  réponse  immunitaire protectrice  pour chacun des composants antigéniques chez le nourrisson de 2 à 5 mois après vaccination avec 2 ou 3 doses,

•    La persistance de cette immunogénicité de 24 à 36 mois chez le nourrisson permettant ainsi de couvrir le premier pic de risque élevé4,

•    La persistance jusqu’à 23 mois après la 2ème dose chez les adolescents.

 

L’expérience au Royaume-Uni avec Bexsero

 

Face à la sévérité de l’infection, le fardeau de la maladie et sur la base des résultats des études pivot du dossier d’AMM, les autorités de santé au Royaume-Uni ont mis en place dès 2015 un programme national de vaccination avec Bexsero dont les résultats démontrent la pertinence de cette politique11 . Les données de pharmacovigilance ont récemment été publiées par les autorités de santé confirmant le bénéfice/risque de la vaccination de Bexsero. Les données d’efficacité en vie réelle sont en cours d’évaluation et devraient être présentées à l’automne. Les premiers résultats après 10 mois d’utilisation étaient très encourageants avec une réduction de 50% du nombre de cas de méningite B12. Ces résultats sont similaires à ceux observés lors de la campagne vaccinale contre la méningite C avec une réduction de 54% des cas en 12 mois13.

 

« Le caractère innovant de Bexsero, ses données d’efficacité et de tolérance issues d’un recul de plus de 20 millions de doses distribuées dans le monde, démontrent que nous disposons d’un vaccin efficace contre une maladie grave et dévastatrice. La simplification de son schéma vaccinal chez le nourrisson offre aujourd’hui une alternative qui devrait faciliter l’intégration de Bexsero au calendrier vaccinal français pour une meilleure protection des jeunes enfants. » déclare Yan Sergerie, Directeur Médical Vaccins GSK France.

 

A propos des infections invasives à méningocoque (IIM)

 

La méningite à méningocoque est une forme de méningite bactérienne - une grave infection des fines membranes qui enveloppent le cerveau et la moelle épinière. La bactérie la plus susceptible de provoquer des épidémies importantes est Neisseria meningitidis, dont on recense principalement 6 sérogroupes : A, B, C, W, X et Y. Le sérogroupe B est largement prédominant représentant, sur les 25 dernières années, 64% des cas. Bien que rares, les infections invasives à méningocoque évoluent rapidement, touchant principalement les enfants de moins de 5 ans et les adolescents, avec unemorbidité et une mortalité élevées. Les premiers symptômes peuvent souvent ressembler à ceux de la grippe, ce qui rend le diagnostic difficile. Malgré un traitement approprié, les IIM peuvent être fatales dans 5 à 10% des cas et environ 10% de ceux qui survivent à la maladie peuvent souffrir d'un handicap physique ou neurologique majeur (perte de membre, perte d'audition ou convulsions)14,15

 

A propos de Bexsero

 

Premier et seul vaccin à être indiqué dès l’âge de 2 mois contre les infections invasives à méningocoque B, Bexsero a obtenu une autorisation de mise sur le marché en France, en janvier 2013. Près de 20 ans de recherche et une technologie innovante (la vaccinologie inverse) ont été nécessaires pour élaborer Bexsero, premier vaccin protéique recombinant avec 4 composants antigéniques, qui fut récompensé par le Prix Galien.

 

Depuis, Bexsero dispose d’une AMM dans 40 pays incluant les USA avec aujourd’hui, un recul de plus de 20 millions de doses distribuées dans le monde qui démontre son efficacité et sa tolérance. Des programmes de vaccination, comme celui proposé au Royaume-Uni, permettent également d’évaluer le vaccin en vie réelle et d’en apprécier l’impact en population générale.

 

Pour la population générale, le Haut Conseil de la santé publique, dans son avis de 2013, ne recommande pas actuellement l’utilisation du vaccin Bexsero dans le cadre d’une stratégie généralisée de prévention des IIM B en France chez le nourrisson, l’enfant, l’adolescent et l’adulte.

 

Pour les personnes à risque élevé de contracter une IIM et pour des populations ciblées dans le cadre de situations spécifiques, la vaccination est recommandée dans des circonstances précises détaillées dans l’avis.

 

Indiqué pour l’immunisation active des sujets à partir de l’âge de 2 mois contre les IIIM causées par Neisseria meningitidis de groupe B. L’impact de l’infection invasive à différentes tranches d’âge ainsi que la variabilité épidémiologique des antigènes des souches du groupe B dans différentes zones géographiques doivent être pris en compte lors de la vaccination. Ce vaccin doit être utilisé conformément aux recommandations officielles.

 

Informations de sécurité importantes

 

Les effets indésirables les plus fréquents du RCP sont : sensibilité et érythème au site d'injection, fièvre et irritabilité, douleur au point d'injection, malaise et céphalée.

 

Les réactions observées après la vaccination avec Bexsero dans les essais cliniques étaient comparables à celles qui ont suivi d'autres vaccins de routine. Les réactions défavorables les plus communes (plus de 1 sur 10) rapportées dans tous les groupes d'âge de 2 mois à 17 ans sont douleur/sensibilité au site d'injection, érythème au site d'injection, gonflement au site d'injection, et induration au site d'injection.

 

GSK

1 Thompson MJ, Ninis N, Perera R, et al. Clinical Recognition of Meningococcal Disease in Children and Adolescents. Lancet.

2006;367(9508):397–403.

2 http://atlas.ecdc.europa.eu/public/index.aspx

3 Santé Publique France – Dossiers thématiques – Infections invasives à méningocoques – Aide mémoire

(http://invs.santepubliquefrance.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Maladies-a-prevention-vaccinale/Infections-invasives-a- meningocoques/Aide-memoire)

4 Santé Publique France - Bilans annuels. Les infections invasives à méningocoques en 2016 :

http://www.invs.sante.fr/ fr/content/download/124018/439779/version/2/file/Donnees_IIM_2016.pdf

5 HAS - https://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_2854741/fr/vaccination-un-an-de-travaux-scientifiques-argumentes-pour-nourrir-un-dialogue-necessaire

6 Safadi M, et al. Immunogenicity and safety of concomitant administration of meningococcal serogroup B (4CMenB) and serogroup C (MenC-CRM) vaccines in infants: A phase 3b, randomized controlled trial. Vaccine 2017;35:2052–2059. Etude retenue lors de l’évaluation d’AMM

8 Martinón-Torres, et al. Antibody persistence and booster responses 24–36 months after different 4CMenB vaccination schedules in infants and children: A randomised trial. Journal of Infection (2018) 76, 258–269. Etude retenue lors de l’évaluation d’AMM.

9 http://ec.europa.eu/health/documents/community-register/html/h812.htm (consulté juin 2018)

10 RCP BEXSERO

11  In line with the recommendations made by the Joint Committee on Vaccination and Immunisation, (JCVI). JCVI position statement on use of Bexsero® meningococcal B vaccine in the UK. March 2014. https://www.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/294245/JCVI_Statement_on_MenB.pdf

12 Sydel R Parikh, et al. Effectiveness and impact of a reduced infant schedule of 4CMenB vaccine against group B meningococcal disease in

England: a national observational cohort study. The Lancet 2016; 388: 2775–82.

13 Public Health England, 2017. Meningococcal disease: laboratory confirmed cases in England. https://www.gov.uk/government/publications/meningococcal-disease-laboratoryconfirmed- cases-in-england-and-wales (consulté  juin 2018).
 

Descripteur MESH : Vaccination , Méningite , Nourrisson , France , Santé , Risque , Maladie , Santé publique , Calendrier vaccinal , Vie , Vaccine , Population , Infection , Vaccins , Personnes , Érythème , Méningite bactérienne , Conseil , Épidémies , Cerveau , Douleur , Programmes , Programmes de vaccination , Recherche , Diagnostic , Antigènes , Sécurité , Technologie , Urgences , Céphalée , Caractère , Fièvre , Physique , Pharmacovigilance , Parents , Éléments , Mortalité , Membranes , Médecins , Maladie grave , Essais , Infectiologie , Immunisation , Hôpitaux pédiatriques , Hôpitaux , Europe

nuance

Médicaments: Les +