nuance

La connaissance des traitements prescrits fait souvent défaut chez les seniors

Seulement une faible proportion de patients de 65 ans et plus paraît bien connaître ses traitements. Selon une étude américaine, 15 % de ces personnes sont capables de citer avec exactitute leurs médicaments, leurs dosages, leurs fréquences et leurs indications.

Ces résultats sont issus d’une étude qui vient de faire l’objet d’une publication dans la revue Annals of Emergency Medicine. Pour leur enquête, le Dr Michael Chung (Albany Medical College) a interrogé 77 patients qui avaient été admis aux urgences. Ces patients ne présentaient pas de signe de déficience intellectuelle. L’objectif était d’évaluer le degré de connaissance des patients sur leurs traitements.

« Notre étude reflète une mauvaise communication entre les personnes âgées et ceux qui fournissent les soins », explique le Dr Barfield qui a participé à cette enquête. La complexité des traitements associée trop souvent au rôle passif des personnes âgées pour la prise en charge de leur santé sont vraisemblablement en cause.

« Si l’on considère le nombre important de personnes âgées qui arrivent aux urgences pour des effets secondaires aux traitements, en plus de l’accroissement de cette tranche d’âge dans la population, cela pourrait devenir un problème majeur de santé publique », estime Barfield.

Les 77 patients de l’étude prenaient en moyenne 5,9 médicaments différents. Plus ce nombre était élevé, plus les patients avaient des difficultés à citer correctement le nom des médicaments, les posologies, les indications et la fréquence des prises.

Toutefois, environ 43 % des personnes interrogées étaient en mesure d’identifier correctement tous leurs traitements. Les dosages étaient bien connus de seulement 32,5 % des patients. Mais globalement, peu nombreux étaient ceux qui pouvaient donner des informations exhaustives et exactes sur leurs traitements.

Dans leur commentaire, les auteurs de cette étude expliquent que la connaissance du médicament pourrait être améliorée chez ces personnes qui sont souvent sous polymédication.

Source : American College of Emergency Physicians. Ann Emerg Med june 2002;39:605-08

SR

Descripteur MESH : Connaissance , Patients , Personnes , Santé , Urgences , Commentaire , Communication , Population , Rôle , Santé publique , Soins

nuance

Recherche scientifique: Les +