nuance

Un gène fortement associé au cancer du testicule

Une recherche publiée en avance sur le site web de la revue Oncogene décrit la découverte du gène hiwi, dont la sur-expression a été retrouvée parmi 63% des hommes de l’étude, atteints par un séminome testiculaire. Bien que l’échantillonnage de l’étude soit faible, les auteurs considèrent ces résultats comme significatifs et semblent sur le point de découvrir d’autres gènes impliqués dans le cancer du testicule.

Les cancers testiculaires représentent 1% des cancers de l’homme, et le principal cancer chez le caucasien âgé entre 15 et 45 ans, selon l’institut national du cancer américain.

Haifan Lin (Duke Université Medical Center, Durham, Caroline du Nord, EU) et son équipe ont trouvé que dans les séminomes testiculaires (cancer des gamètes), les cellules germinales surexprimaient (facteur 16 par rapport à la normale) le produit du gène hiwi (situé sur le locus 12q34.33), appartenant à la famille des gènes piwi retrouvés très conservés dans l’évolution des espèces.

Les recherches se sont basées sur 35 patients dont 19 avaient un séminome testiculaire. Douze de ces patients présentaient une surexpression du gène hiwi, soit 63% des cas de cancer.

Bien que le nombre de patients soit faible, les auteurs disent que cette surexpression est spécifique des cellules germinales cancéreuses, et que les tumeurs malignes sont fortement corrélées à l’hyperactivité du gène hiwi.

Les chercheurs sont sur le point de caractériser d’autres gènes spécifiques des cancers du testicule, notamment le gène TGCT1 situé sur le chromosome X.

Source: Oncogene 6 juin 2002;21(25):3988-99, publication en ligne avancée doi:10.1038.1205505

PI

Descripteur MESH : Gènes , Séminome , Testicule , Hommes , Recherche , Patients , Cellules , Cellules germinales , Caroline du Nord , Chromosome X , Famille , Lin , Tumeurs

nuance

Recherche scientifique: Les +