nuance

Agents thrombolytiques administrés en bolus et risque d'hémorragie intracrânienne

Le risque d'hémorragie intracrânienne serait légèrement plus élevé lors de l'administration d'agents thrombolytiques en bolus que par administration en perfusion. Selon une méta-analyse parue dans le Lancet, ce risque serait respectivement de 0,6 et 0,8 %.

Le professeur S. Yusuf (Hamilton General Hospital, Hamilton, Canada) et deux collaborateurs ont procédé à une nouvelle analyse groupée de 7 essais randomisés qui comparaient l'administration de thrombolytiques en bolus et en perfusion. Les données de 103.972 patients ont été recueillies.

Les auteurs ont calculé les odds ratio pour les évènements suivants : hémorragie intracrânienne, AVC non hémorragique, mortalité et les récidives d'infarctus.

Comparé à la perfusion, l'administration en bolus était associée à un risque plus élevé d'hémorragie intracrânienne (0,8 % contre 0, 6 % , odds ratio = 1,25 ; IC 95 % = [1,08-1,45]).

Les auteurs indiquent que cette tendance était plus marquée dans les essais qui comparaient le même agent thrombolytique selon les deux modes d'administration (odds ratio = 1,75 ; IC 95 % = 1,32-2,33]). Le risque était également plus élevé (odds ratio = 1,25) dans les études qui comparaient les thérapies standards de perfusion avec la nouvelle génération de thrombolytiques administrés en bolus.

Néanmoins, aucune différence significative n'a été montrée dans le risque d'AVC non-hémorragique, la mortalité à 30 jours ou les récidives d'infarctus, précisent Yusuf et ses confrères.

Dans leur conclusions, ces auteurs indiquent que le risque légèrement accru des traitements thrombolytiques en bolus est en premier lieu "associé à la méthode d'administration plutôt qu'aux propriétés des agents".

Source : Lancet 2000;356:449-454. lien vers le site www.thelancet.com

Descripteur MESH : Risque , Hémorragie , Perfusion , Accident vasculaire cérébral , Essais , Infarctus , Mortalité , Canada , Patients

nuance

Recherche scientifique: Les +