nuance

Caractérisation de profils génétiques distincts dans la maladie de Crohn et la recto-colite hémorragique

Des différences dans les profils d'expression de 170 gènes permettent de distinguer la maladie de Crohn et la recto-colite hémorragique, montre une étude publiée dans Human Molecular Genetics. L'utilisation des puces à ADN a permis d'identifier plusieurs gènes qui n'avaient pas précédemment été impliqués dans ces affections. Selon les auteurs, cette approche présente un intérêt diagnostique et facilitera l'identification de facteurs pronostiques.

Cette analyse a été réalisée à partir de tissus de colon provenant de six cas de maladie de Crohn, 12 cas de recto-colite hémorragique et six cas témoins. La technique des puces à ADN ou "DNA microarrays" a permis d'analyser simultanément l'expression de 7.306 gènes humains.

"Avant cette étude, seulement quelques gènes impliqués dans ces maladies [maladies inflammatoires chroniques intestinales, MICI] étaient connus, mais la liste a été allongée à 170 gènes", commente le Dr Shukti Chakravarti (Université Johns Hopkins) qui a dirigé ces travaux.

"Certains des gènes identifiés pourraient être impliqués dans les principaux évènements qui causent directement la maladie tandis que d'autres semblent importants dans l'orientation de l'évolution de la maladie", a-t-il précisé dans un communiqué.

Par rapport aux tissus témoins, les auteurs ont observé une modification spécifique de l'expression de 29 gènes dans la maladie de Crohn, 108 gènes dans la recto-colite hémorragique et 33 autres gènes étaient impliqués dans ces deux maladies. La description de ces gènes et leur fonction sont discutées dans cet article de Lawrance et al.

Selon les auteurs, cette empreinte génétique aidera le diagnostic en cas de "maladie inflammatoire chronique intestinale indéterminée". Des différences très claires ont été observées entre la maladie de Crohn et la recto-colite hémorragique.

"Ces maladies sont complexes, impliquent des facteurs génétiques, environnementaux et microbiens", souligne Chakravarti. "Notre prochaine étape est de suivre les patients au cours de l'évolution de la maladie et d'utiliser le profilage génétique pour traquer sa progression, identifier les changements précoces et tardifs et au final aider au développement de meilleurs facteurs prédictifs et de traitements pour chaque type de MICI".

Source : Human Molecular Genetics 2001,10(5):445-56. Johns Hopkins Medical Institutions.

Descripteur MESH : Maladie , Colite , Maladie de Crohn , Gènes , ADN , Évolution de la maladie , Génétique , Tissus , Diagnostic , Orientation , Patients

nuance

Recherche scientifique: Les +